Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Jacques Chirac et son idée de la franc-maçonnerie

Jacques Chirac et son idée de la franc-maçonnerie

© Info Plus Gabon

chirac

PARIS, 11 juin (Infosplusgabon) – Peut-être vous demandez-vous où Jacques Chirac allait-il chercher son inspiration, quelle philosophie oriente les « valeurs de la République », d’où viennent tous ces beaux principes qui nous sont imposés ? La réponse est simple : la République est noyautée par une secte ! Ce n’est même pas une information confidentielle puisque les gourous sont reçus à  l’Elysée ! Lisez donc ci-après le discours de Chirac aux francs-maçons et vous comprendrez ! Un véritable panégyrique !

J’avais déjà  lu ce discours au moment où il fut prononcé, en 2003 à  l’occasion du 275ème anniversaire d’une quelconque obédience maçonnique.

Il y a quelques années, j’avais retrouvé ce discours sur le site www.cesnur.org consacré aux nouvelles religions : tout un programme !

Si encore il s’agissait d’une secte vouée au culte de la déesse Aphrodite et dont les cérémonies finissent inévitablement en orgies échangistes, on comprendrait Chirac ! On pourrait mettre ça sur le compte d’une envie de fantaisie !

Mais venons-en au discours. C’est la quintessence de la prose chiraquienne, un sommet de la flagornerie à  l’usage des lobbies. En résumé, les francs-maçons sont à  l’origine de la République. « La République, ils l’ont aidée à  naître, répandant les idées de raison et de progrès. Ils l’ont veillée lorsqu’elle était fragile ou attaquée. Ils l’ont nourrie de leur exigence et de leur réflexion. Ils ont toujours été au premier rang de ses défenseurs. »

Nous leur devons tout : « Lumières de la raison, de la tolérance, de la solidarité humaine, lumières de la liberté, la liberté absolue de conscience, la liberté de douter, parce que le doute est moteur de progrès. » (Faurisson appréciera la liberté de douter…)

L’Histoire de France, depuis le siècle des Lumières, se résume à  la progression des idées maçonniques ! Avec cependant un léger retour en arrière pendant les « Heures noires de l’Occupation et de la Collaboration », au cours desquelles les pauvres francs-maçons durent subir un « déchaînement de violence et de haine ». (Je vous avais prévenus : on se noie dans le poncif chiraquien !)

Evidemment, « ils sont aux avant-postes de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. » (Vous connaissez un discours de Chirac où ces trois termes n’apparaissent pas ?)

Enfin, Chirac leur témoigne « le respect de la Nation ». Je ne sais pas ce que ce terme évoque pour lui : peut-être ses 80 pour cent d’électeurs ?

Allocution de M. Jacques CHIRAC, Président de la République, à  l’occasion du 275 ème anniversaire de l’Ordre Maçonnique en France

PALAIS DE L’ELYSEE – LUNDI 23 JUIN 2003

Mesdames et Messieurs les Grands Maîtres, Mesdames, Messieurs,

Je suis heureux de recevoir aujourd’hui les représentants d’une tradition philosophique qui a pris une part si importante, en France et dans le monde, à  l’élaboration et à  la diffusion des idées républicaines.

Il est des histoires qui contribuent à  forger l’histoire, des événements qui font avancer la cause de la liberté. La création, en 1728, de la première loge française est de ceux-là .

Vous avez choisi de fêter ensemble cet événement. Et vous avez voulu y associer les maçonneries étrangères. A toutes et à  tous, je souhaite la plus chaleureuse des bienvenues.

En vous recevant aujourd’hui, j’ai souhaité rendre hommage au rôle civique de vos sociétés de pensée. Un rôle actif de défense et de réaffirmation des principes républicains, un rôle de vigilance, un rôle de réflexion.

Cet anniversaire est aussi pour vous l’occasion de donner une idée juste de la franc-maçonnerie, au-delà  des clichés et des idées reçues.

Vous inscrivez votre engagement dans l’héritage des Lumières. Lumières de la raison, de la tolérance, de la solidarité humaine, lumières de la liberté, la liberté absolue de conscience, la liberté de douter, parce que le doute est moteur de progrès. Une liberté que résume bien le triptyque : provoquer et non imposer, suggérer sans proclamer, interroger plutôt que répondre. Bref, la vraie liberté de l’homme parvenu à  s’affranchir tant des passions que des carcans sociaux.

Alain Bauer, dont je salue l’initiative qui nous réunit aujourd’hui, a évoqué la naissance de la maçonnerie en France à  l’aube du XVIIIe siècle, avec cette belle formule que je lui emprunte : C’est le peuple de l’Encyclopédie qui essaie de devenir celui des Lumières. Né dans les spasmes des guerres civiles et religieuses anglaises, l’idéal maçonnique, celui d’Isaac Newton, rêvait de substituer aux dogmatismes le débat sur le progrès scientifique, de desserrer l’étreinte, de casser les rigidités, pour instaurer un espace de liberté, hors des tabous et des index de l’époque.

Cette histoire, ces convictions, la franc-maçonnerie peut les assumer avec fierté. Elles fondent son engagement. Elles marquent ses traditions. Trois siècles ont passé et vous tenez à  ce que vos travaux continuent de s’accomplir dans la liberté, le refus des certitudes, l’ouverture internationale, en recherchant toujours l’indispensable sérénité dans laquelle doit être menée la réflexion, loin de l’agitation du monde.

Sa fidélité aux traditions, son engagement au service de l’homme, la franc-maçonnerie les a chèrement payés, persécutée par tous les totalitarismes.

Les heures noires de l’Occupation et de la collaboration l’ont douloureusement marquée. Dès aoùt 1940, une législation anti-maçonnique était promulguée. Les obédiences étaient dissoutes, leurs locaux occupés, leurs temples dévastés, leurs archives détruites, leurs collections pillées.

Les francs-maçons ont été dénoncés, leurs noms livrés à  l’occupant nazi. Beaucoup d’entre eux furent déportés et trouvèrent la mort dans les camps. Jamais dans son histoire, la franc-maçonnerie française, qui s’était toujours développée dans le plus grand respect des institutions et des lois, n’avait eu à  subir un tel déchaînement de violence et de haine.

Cet acharnement ne peut s’expliquer que par l’indéfectible attachement des francs-maçons à  la République. La République, ils l’ont aidée à  naître, répandant les idées de raison et de progrès. Ils l’ont veillée lorsqu’elle était fragile ou attaquée. Ils l’ont nourrie de leur exigence et de leur réflexion. Ils ont toujours été au premier rang de ses défenseurs.

Au XVIIIe et au XIXe siècles, ils furent naturellement de tous les combats contre l’autoritarisme.

Dans les tavernes des origines, ils ont contribué à  diffuser les valeurs qui furent celles de la Révolution française et que proclame la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. Dans le grand élan de 1848, ils militent pour les libertés politiques et syndicales, la liberté de la presse, la liberté d’association, l’abolition de l’esclavage.

Après avoir contribué à  faire naître la IIIe République, ils sont nombreux à  s’engager dans la Ligue des Droits de l’Homme, pour que triomphe l’innocence du Capitaine Dreyfus. Quelques années auparavant, ils avaient préparé, pour une très large part, et ardemment soutenu la loi de 1882, loi capitale pour la République, qui créait un enseignement primaire obligatoire, laïque et gratuit. Avec la même fermeté, le même enthousiasme, ils appuient la loi de 1901, qui garantit la liberté d’association, puis celle de 1905, qui sépare les églises et l’Etat.

Le Combat pour la laïcité doit beaucoup à  leur engagement. Combat de chaque instant, combat qui reste toujours d’actualité. Combat pour la tolérance et pour une fraternité fondée sur le respect de l’autre et qui ne s’arrête pas aux différences, aux origines, aux religions.

Au fil du temps, à  mesure que s’est enracinée la République, que se sont imposées les valeurs universelles qu’elle défend, la franc-maçonnerie française a su attirer des femmes et des hommes engagés dans la vie sociale et représentatifs de la France dans toute sa diversité.

Il n’est pas de grande question sociale, touchant à  la condition humaine, que les francs-maçons n’aient abordée. Récemment, individuellement ou de manière concertée, ils sont intervenus dans les débats sur la place des femmes dans notre vie publique, sur la bioéthique, l’accueil et la place des handicapés, l’avenir de l’école, la construction européenne, le développement durable, la mondialisation, la diversité culturelle, la question aussi du choc démographique et de l’adaptation nécessaire de la société française et de ses structures.

Parce que les francs-maçons ont d’abord à  coeur l’exigence d’humanisme, ils sont aux avant-postes de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, contre les discriminations et tout simplement contre la violence. Il n’est pour vous, de progrès individuel et collectif, de véritable vivre ensemble, qu’affranchis des passions et des intérêts particuliers, des communautarismes et des intégrismes, des ignorances et des antagonismes qu’elles engendrent.

Mesdames et Messieurs,

Cet anniversaire qui nous rassemble aujourd’hui, vous le vivez, j’imagine, comme un engagement renouvelé pour l’avenir, pour d’autres progrès, d’autres libertés.

Aujourd’hui, je veux saluer votre action qui a joué un rôle essentiel dans l’enracinement de l’idéal républicain en France. En vous recevant toutes et tous, je souhaite vous témoigner le respect de la Nation pour ce que vous êtes et pour ce que vous faites.

Je vous en remercie.

FIN/IPG/KMG/2008

© Copyright Infosplusgabon


Publié le 12 juin, 2008 dans Franc Maçonnerie.

Laissez un commentaire