Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Après le séisme, l’ouverture n’a pas fait long feu en Chine

Après le séisme, l’ouverture n’a pas fait long feu en Chine

© Reuters

seisme chine1

CHENGDU, Chine (Reuters) – Par Lindsay Beck

Saluée dans le monde entier, l’ouverture de la Chine à  l’aide internationale et à  la presse après le séisme meurtrier du 12 mai n’a pas duré : moins d’un mois après la catastrophe, l’armée commence à  boucler les zones sensibles, et les médias se heurtent à  de nombreuses restrictions.

La question des écoles, dont beaucoup se sont effondrées, symbolise cette reprise en mains de l’information par le pouvoir, jugent des journalistes locaux.

Dans la semaine, des points de contrôle ont été installés sur les principales routes menant à  Dujiangyan et Juyuan, deux villes du Sichuan où les écoles n’ont pas résisté au séisme, tuant des centaines d’enfants et provoquant la colère des parents, selon qui la construction a été bâclée.

Dimanche dernier, des centaines de parents ont assisté à  une cérémonie funéraire organisée pour les enfants morts à  l’école primaire Xinjian de Dujiangyan, en présence de nombreux journalistes.

Mais en milieu de semaine, les forces de police et paramilitaires ont bloqué l’accès à  cet établissement, empêchant les reporters de prendre des photos, de tourner des images et d’entrer en contact avec des parents.

Des journalistes de Southern Weekend et Southern Metropolis Daily, deux des publications les plus offensives du pays, ont même été rappelés dans leurs rédactions, a dit un autre membre du groupe.

Selon des journalistes locaux, les organes chargés de la propagande ont distribué dès la mi-mai des guides sur la façon de parler de la zone sinistrée, mais c’est seulement au cours des derniers jours que les règles se sont durcies.

PARLER DES HÉROS

Les journalistes ont ainsi reçu l’instruction de se concentrer sur les héros, particulièrement s’ils appartiennent au gouvernement ou au Parti communiste chinois, et de ne pas parler des écoles, a assuré une source proche des organes de régulation.

« Les parents sont très en colère. Mais personne ne va parler de leurs requêtes », a affirmé cette source, ajoutant que rien de négatif ne devait être publié.

De nombreux journaux ont pourtant consacré des pages entières aux écoles effondrées, posant la question de la corruption des élus locaux.

A Wufu, l’école est le seul bâtiment à  s’être effondré.

Dans la semaine, un responsable local et la police ont tenté d’empêcher un journaliste étranger de parler aux parents.

La police a justifié son intervention en expliquant qu’il fallait s’enregistrer auprès du gouvernement local, malgré l’accréditation délivrée par le bureau provincial des affaires étrangères.

Dans les jours ayant suivi le séisme qui a dévasté la province du Sichuan, dans le sud-ouest du pays, faisant près de 70.000 morts, les médias locaux, internationaux et des milliers de volontaires avaient accédé sans entraves aux zones sinistrées.

« Au départ, (le gouvernement) n’avait pas la possibilité de contrôler cela, mais il retrouve cette capacité », souligne Ran Yunfei, rédacteur en chef d’un magazine à  Chengdy, capitale du Sichuan.

« Les médias étrangers ont été trop optimistes vis-à -vis du gouvernement », conclut-il.

Version française Grégory Blachier


Publié le 7 juin, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire