Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le non au traité européen en tête d’un sondage en Irlande

Le non au traité européen en tête d’un sondage en Irlande

© Reuters – Vendredi 6 juin

DUBLIN (Reuters) – A une semaine du référendum irlandais sur le traité réformant les institutions européennes, le camp du « non » est pour la première fois donné en tête des intentions de vote par un sondage que publie vendredi l’Irish Times.

L’Irlande est le seul Etat membre de l’Union européenne à  avoir opté pour la ratification par voie référendaire du traité de Lisbonne. Celui-ci devant être ratifié par la totalité des 27 Etats membres, cela signifie que moins de 1% des 490 millions d’habitants du bloc communautaire pourraient faire dérailler la réforme des institutions de l’UE.

Selon cette étude de l’institut TNS/mrbi, les « nonistes » sont crédités de 35% des intentions de vote contre 30% pour les partisans du « oui ». Les indécis représentent 28% des 1.000 personnes interrogées. Ils sont par ailleurs 7% à  dire qu’ils ne voteront pas le 12 juin.

En trois semaines, précise l’institut, le camp du non a plus que doublé. Les partisans du traité reculent eux de cinq points.

D’autres instituts de sondage avaient mesuré ces dernières semaines une remontée du « non » dans les intentions de vote.

Les trois principaux partis politiques irlandais, les syndicats, les organisations patronale et agricole soutiennent tous le traité de Lisbonne, négocié après le rejet en 2005 par les électeurs français et néerlandais du Traité constitutionnel européen.

Le « non » est défendu par une coalition hétéroclite dont la campagne est particulièrement efficace.

Les adversaires irlandais du traité dénoncent des failles dans le texte signé à  Lisbonne qui, affirment-ils, font courir à  l’Irlande le risque de perdre le contrôle en matière de fiscalité, de commerce ou de moeurs (sur l’avortement par exemple) et menacent sa neutralité militaire.

Les partisans du « oui » voient dans ces attaques une politique de la peur exploitant des questions sensibles que n’affecte pas le traité.

Le traité institutionnel doit notamment doter l’Europe d’un président et renforce les prérogatives du haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune.

Pour l’heure, quatorze pays l’ont ratifié.

Version française Henri-Pierre André


Publié le 6 juin, 2008 dans Europe & UE.

Laissez un commentaire