Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Mondialisation, Dénationalisation & Délocalisation

Mondialisation, Dénationalisation & Délocalisation

© Jijel.info, 21 mai 2008

En 1990, W.G. Bush Father, éminent membre parmi ceux de ces fameux «Maîtres Du Monde», donnât le signal de départ à  l’amorçage de la mondialisation. Les prémices de cette affaire ayant déjà  été sentis en 1980. A l’origine, très peu de citoyens dans le monde, pourquoi pas, étaient au fait de savoir ce que voulait signifier exactement ce nouveau concept qu’est la naissance de l’idée à  propos de la mondialisation. Hormis peut être, quelques initiés et experts financiers internationaux au parfum de cette histoire.

Chez nous encore, beaucoup plus qu’ailleurs. Au moment de son annonce faite, nombreuses étaient les questions posées par les gens, que cette idée floue influençait, appréhendant ce qui était encore quelque chose d’assez indéfinissable. Les questions demeuraient sans réponses satisfaisantes. L’avènement de l’outil Internet aidant; c’est à  partir de là , en zappant, qu’un peu chacun commençait à  concevoir une idée plus ou moins précise de ce phénomène, bien que tous n’en ayant pas la même perception.

Tous, loin de se douter encore et positivement, qu’il s’agit là , effectivement, de l’apparition subite d’un trou noir dans l’espace social mondial. Capable d’avaler implacablement toutes civilisations et cultures, économies et commerces, frontières et nationalités, religions et croyances, ainsi que toute autre forme de comportement social et civilisationnel ayant permis à  l’humanité de vivre jusqu’à  présent. Ce qui est devenu, en définitive, désigné sous le vocable de : «La globalisation».

Entre-temps, des colloques animés par des experts au fait de leur affaire étaient tenus afin «d’éclairer» les opinions à  ce sujet en vantant les retombées bénéfiques. Partage mondial du travail, spécificités de productions locales etc.

Des associations nationales et internationales, ayant flairé sur le tôt l’espèce de piège tendu, par conséquent «le sale coup» en préparation et ses retombées négatives à  plus ou moins long terme, s’étaient mises à  crier à  la duperie. Le parti le plus célèbre à  gesticuler en ce domaine, étant celui des «verts». Animé par l’entreprenant paysan Français José Bové. Aux moustaches en guidon de vélo et non moins déterminé dans son action. S’en prenant d’abord aux OGM pour affùter les armes nécessaires à  ses revendications jusque là  assez musclées du reste.

Au début «on» voulait convaincre de la nécessité d’un tel projet, nourris en prospective depuis déjà  les années 1950, après les accords de Yalta ou le partage du monde, intervenus à  l’issue de la 2ème guerre mondiale… En continuation faite, en catimini, du projet définitif de l’accaparement du monde à  travers cette fameuse organisation que sont «Les Maîtres Du Monde» et qui est, en définitive, l’outil d’application, avec l’Amérique pour aire, des velléités de domination de la planète que restent à  nourrir les adeptes de cette doctrine et qui sont les «Illuminati». En fait, l’idée de cette domination ne date pas des années 1950, mais depuis déjà  des siècles.

Cela dit, qu’en est-il de l’application de ce processus dans notre pays ? D’abord, bien avant l’annonce de cette «mondialisation» rampante, l’état Algérien avait formulé, dès1982, la nécessité de se délester du secteur public. Arguant justement en guise de motifs, des vertus de la nouvelles donne économique internationale qu’est «Le nouvel ordre Economique Mondial » Ceci déjà , durant la Présidence de Chadli Bendjedid. Il avait été alors commencé à  cette période, le «démantèlement» du secteur public économique du pays à  travers son fractionnement en plusieurs autres «Directions». Englobant un certain nombre d’unités issues de ce partage. Il avait été pensé à  ce moment, par d’aucuns, que c’était pour assurer une meilleure gestion de ce potentiel économique. Mais cependant, les plus avertis savaient déjà  de quoi il retournait réellement : c’était là , ni plus ni moins, que le glas sonnant pour ce secteur nourricier de milliers de familles… La suite des évènements avait été pour leur donner raison. Nouvel Ordre Economique mondial ou tout bonnement Mondialisation, c’était du «kif kif» au même. Aujourd’hui il ne demeure plus que des bribes du secteur économique national. Edifié par feu Houari Boumediene, dans sa volonté d’établir pour notre pays ce qu’il pensait devenir « Le leader Economique Africain » ; Mais l’Elysée de Paris du temps de Mitterrand, ne l’entendant pas de cette oreille, avait «susurré» dans des oreilles attentives et consentantes, nous le supposons à  ce jour, les « bonnes directives » afin que ce projet ne vois jamais le jour.

Et de fait. De «faillite de gestion» en faillites du fait des gestionnaires de ce secteur, avec son «écroulement», avait mis fin à  toute une époque de gestion socialiste des biens de l’état. Il avait été mis fin par la même occasion au concept même du socialisme communautaire et des idées qu’il prônait. C’était l’annonce de l’épuisement du produit des pis nourriciers fourni par les services de l’état. Des milliers de travailleurs s’étaient vu mettre prématurément en chômage technique à  titre définitif, avec vaines promesses d’un recyclage ou autre insertion. C’était là  une étrange façon de contribuer positivement à  asseoir le Nouvel Ordre Economique Mondial, ou plutôt, la bonne manière d’initier positivement le désordre mondial désiré, que cache effectivement en filigrane, la définition réelle de ce terme dans sa trame.

Aujourd’hui, chez nous, comme partout ailleurs à  travers les pays du monde, notamment ceux ciblés en particulier faisant partie de son tiers, à  travers l’idée appliquée des délocalisations des industries privées européennes celles là , les résultats de tout ce ramdam planétaire n’est autre que l’existence produite de millions de chômeurs à  travers le monde. Auxquels n’est assuré en perspective, aucune chance de trouver un emploi. Notre secteur économique national déstructuré jusqu’à  la moindre de sa pierre ayant contribué pour sa part à  l’occasionner proprement chez nous.

De toute évidence, les avanies attribuées en conséquences à  ce nouveau fléau, n’en étant encore arrivées qu’à  moitié chemin, le train véhiculant toute cette misère mondiale encore loin d’avoir atteint sa gare de destination finale, il est à  se demander à  quelle espèce d’autres surprises tout court, devra s’attendre encore la population terrestre composées de ses 6 milliards et sept cent millions d’êtres humains, ahanant actuellement sur le dos de la planète.

A moins d’un divin miracle, la question de le savoir demeure positivement et cruellement posée pour tous.


Publié le 4 juin, 2008 dans Nouvel Ordre Mondial.

Laissez un commentaire