Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Kouchner en Irak

Le chef de la diplomatie française se réjouit de « l’amélioration » en Irak

© AFP

BAGDAD (AFP) – Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, s’est réjoui dimanche de « l’amélioration » de la situation en Irak, réaffirmant la volonté de la France de prendre part à  la reconstruction de ce pays.

« Je pense sincèrement que la situation sécuritaire s’améliore en Irak. Il y a des endroits où elle est pratiquement semblable au reste des pays du monde », a estimé M. Kouchner au terme de son passage à  Bagdad.

Après avoir passé la journée de samedi à  Nasiriyah, ville du sud chiite du pays, M. Kouchner à  rencontré le soir même le président irakien Jalal Talabani, à  sa résidence du centre de la capitale.

Il a passé la nuit sur place, dans une villa mise à  disposition par la présidence, en dehors de la « zone verte » ultrafortifiée où se trouve notamment l’ambassade américaine et où séjournent le plus souvent les responsables étrangers en visite en Irak.

Le ministre français a rencontré dimanche matin le général David Petraeus, commandant en chef des forces américaines et alliées en Irak, puis le plus haut dignitaire chrétien irakien, le cardinal Emmanuel III Delly.

Il a visité l’hôpital Al-Bitar, dans le centre de la capitale, afin d’apporter son soutien à  l’action de l’association humanitaire française « la chaîne de l’espoir » qui intervient dans cet établissement spécialisé en cardiologie.

Le ministre s’est ensuite entretenu avec le Premier ministre Nouri al-Maliki, qui a souligné « la volonté du gouvernement de renforcer ses relations avec la France », en particulier dans le domaine économique, selon un communiqué officiel de la primature.

« L’entretien s’est bien passé », a commenté à  l’AFP M. Kouchner, qui s’est félicité de « l’accueil chaleureux » des responsables irakiens et a reçu en cadeau de ses hôtes un exemplaire du Coran.

Il s’agissait de la seconde visite en Irak de M. Kouchner en tant que chef de la diplomatie française. Il s’était rendu à  Bagdad en aoùt 2007, pour la première visite d’un membre du gouvernement français depuis l’invasion du pays par les forces américaines en 2003, à  laquelle la France s’était fermement opposée.

Peu après son déplacement, M. Kouchner avait cependant dù s’excuser auprès de M. Maliki après avoir réclamé sa démission dans un entretien avec l’hebdomadaire américain Newsweek.

« L’incident n’a pas été évoqué » dimanche lors de la rencontre entre les deux hommes, a confié à  l’AFP un membre de la délégation.

Le Premier ministre a ainsi appelé « les entreprises françaises à  investir en Irak », souhaitant « développer la coopération médicale » entre les deux pays ou encore que les forces armées irakiennes s’équipent de matériel français.

De son coté, M. Kouchner a « réaffirmé la volonté de la France de prendre part à  la reconstruction du pays ».

« Il y a des projets qui ont été proposés à  la France », a-t-il expliqué. « Nous verrons bien si certains industriels peuvent y répondre. »

Plus généralement, le ministre français s’est réjoui d’avoir constaté « une amélioration de la sécurité » et le processus d' »irakisation » en cours dans le pays.

Avec leur armée, leur administration, « les Irakiens prennent eux-mêmes leurs affaires en charge, et nous en sommes très heureux », s’est-il félicité.

Le déplacement de M. Kouchner devait être « l’occasion (…) d’exprimer aux Irakiens la disponibilité de la France à  travailler (…) en vue de favoriser la réconciliation nationale », selon le Quai d’Orsay.

M. Kouchner a par ailleurs confirmé que les dossiers de 500 Irakiens, dont des chrétiens, étaient actuellement examinés par les autorités françaises pour être accueillis prochainement en France.

Le chef de la diplomatie française a quitté Bagdad dans l’après-midi pour se rendre à  Erbil, capitale du Kurdistan autonome, dans le nord de l’Irak. Il doit y ouvrir officiellement un « bureau d’ambassade », destiné à  devenir un consulat dans les mois qui viennent.

A Bagdad, Kouchner visite un hôpital, puis rencontre Petraeus et Maliki

© AFP

BAGDAD (AFP) – Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui effectue depuis samedi une visite en Irak, s’est entretenu dimanche avec le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki après avoir visité un hôpital du centre de Bagdad, a-t-on appris auprès de sa délégation.

La situation « s’améliore » en Irak, a estimé dimanche le ministre des Affaires étrangères, au deuxième jour de sa visite dans le pays.

Interrogé par l’AFP, M. Kouchner a dit avoir constaté une « amélioration de la situation en Irak ».

« J’ai le sentiment que les choses vont mieux. Les statistiques montrent une baisse des incidents de sécurité », a-t-il déclaré à  l’issue d’un déjeuner offert par son homologue irakien Hoshyar Zebari.

Le ministre français s’est réjoui de ces « progrès » ainsi que du processus « +d’irakisation+ » en cours : « les Irakiens eux-mêmes, avec leur armée, leur administration, prennent en charge leurs propres problèmes ».

M. Kouchner, qui a rejoint la capitale samedi soir en provenance du sud, a passé la nuit dans une villa d’hôte du président irakien Jalal Talabani, dans le quartier al-Jadria, un quartier du sud de Bagdad, soit en dehors de la Zone verte ultrafortifiée où se trouve notamment l’ambassade américaine.

Il a rencontré dimanche matin pendant près d’une heure le général David Petraeus, commandant en chef des forces américaines et alliées en Irak, avant de s’entretenir avec le plus haut dignitaire chrétien irakien, le cardinal Emmanuel III Delly, selon un membre de la délégation de M. Kouchner.

Le chef de la diplomatie française a ensuite visité l’hôpital Al-Bitar, une structure spécialisée en pathologie cardiaque, afin d’apporter son soutien à  l’action d’une association humanitaire, « La chaîne de l’espoir », a-t-on précisé de même source.

A l’issue de cette visite, M. Kouchner a rencontré M. Maliki, avant d’aller déjeuner en compagnie de son homologue irakien, Hoshyar Zeybari.

M. Kouchner, qui effectue sa deuxième visite en Irak en tant que chef de la diplomatie française –la première avait eu lieu en aoùt 2007–, doit partir dans l’après-midi pour Erbil, capitale du Kurdistan irakien autonome, où il doit ouvrir officiellement une représentation diplomatique.

Samedi, il s’était entretenu avec M. Talabani.

Au cours de sa visite de l’hôpital Al-Bitar, le chef de la diplomatie française, un ancien responsable de l’ONG Médecins sans frontières (MSF), était accompagné du professeur français Alain Deloche, président de l’association « La chaîne de l’espoir », qui envoie chaque mois en France des enfants irakiens souffrant de malformations cardiaques, dans le but d’y être opérés.

Selon la même source, la France, qui soutient l’association, apporte également son soutien à  la formation du personnel de cet hôpital.


Publié le 1 juin, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire