Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le pétrole affole tous les compteurs en se propulsant à  plus de 134 dollars

Le pétrole affole tous les compteurs en se propulsant à  plus de 134 dollars

© AFP

LONDRES (AFP) – Les prix du pétrole ont franchi successivement mercredi les seuils historiques de 130, 131, 132, 133 et 134 dollars, culminant à  134,10 dollars à  New York et 133,47 à  Londres, enflammé par les craintes sur l’offre, la baisse du dollar et un plongeon surprise des stocks américains.

Après avoir atteint 100 dollars le 2 janvier, l’or noir a connu un printemps frénétique, dépassant 110 dollars le baril en mars, 120 dollars le 5 mai, 125 dollars le 9 mai.

Mardi, l’hystérie s’est emparée à  nouveau du marché. Mercredi, les cours ont dépassé vers 10H05 GMT pour la première fois le seuil de 130 dollars. A la mi-journée, l’annonce d’une chute imprévue des stocks américains de brut a achevé d’affoler les compteurs: le pétrole a dépassé 131, 132, 133 dollars puis les 134 dollars à  New York.

Le baril a clôturé à  133,17 dollars (+4,10 dollars) à  New York et 132,70 dollars (4,76 dollars) à  Londres.

Le département américain à  l’Energie (DoE) a annoncé une fonte de 5,4 millions de barils des stocks de brut, qui étaient supposés s’étoffer. Contre toute attente, les stocks d’essence ont aussi diminué, de 800.000 barils. Seules, les réserves de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont augmenté, mais bien moins que prévu.

Cette annonce a encore aggravé le sentiment que l’écart entre offre et demande se resserre dangereusement au fil des mois: alors que la demande ne cesse de progresser dans les pays émergents, l’offre peine à  suivre.

« Les prix sont soutenus par les inquiétudes sur les approvisionnements d’essence avant la +driving season+ (saison des grands déplacements automobiles aux Etats-Unis, ndlr) et par une demande accrue de diesel en provenance de Chine, où (les autorités) cherchent à  doper l’offre avant les jeux Olympiques et après le tremblement de terre (du 12 mai), ce qui a encore resserré l’écart entre offre et demande », estime Nimit Khamar, de la maison de courtage Sucden.

Le Nigeria, premier producteur de brut africain, reste également au centre des inquiétudes: en raison de l’insécurité, sa production pétrolière plafonne actuellement à  près de 2 millions de barils par jour.

Signe que ces craintes ne sont pas liées à  des difficultés temporaires, le mouvement touche aussi les prix à  long terme. Le pétrole vendu en décembre 2016 – le contrat le plus éloigné disponible à  New York – s’échange déjà  près de 140 dollars.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui assure 40% de l’offre mondiale, a contribué à  l’envolée en observant passivement la flambée depuis septembre.

Mardi, le secrétaire général du cartel, Abdallah el-Badri, a réitéré le sentiment de l’Opep que le « marché est bien approvisionné avec une hausse des stocks dans les pays de l’OCDE au-delà  de leur niveau moyen sur cinq ans », se contentant de se dire « inquiet » de la volatilité des prix.

Des arguments qui ne semblent pas convaincre les Etats-Unis. Après avoir vainement intercédé à  plusieurs reprises cette année auprès de leurs alliés saoudiens pour que l’Opep fournisse plus de brut, ils semblent dorénavant pencher pour des méthodes plus fermes.

La Chambre des représentants américaine a adopté mardi un projet de loi visant à  permettre au ministère de la Justice de poursuivre les pratiques anticoncurrentielles dans le milieu pétrolier, notamment parmi les « entités contrôlées par l’Opep ».

Hors Opep, le tableau n’est guère réjouissant. Depuis le début de l’année, la Russie, deuxième producteur mondial derrière l’Arabie saoudite, a affiché une stagnation de sa production.

Enfin, la faiblesse du dollar fournit une incitation supplémentaire aux investisseurs qui achètent aussi du pétrole pour se couvrir contre l’inflation. Le billet vert qui avait repris du terrain face à  l’euro depuis deux semaines, a replongé mercredi. Vers 21H00 GMT, il s’échangeait à  1,5787 dollar contre un euro.

Publié le 21 mai, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire