Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le brut léger américain passe la barre des 130 dollars le baril

Le brut léger américain passe la barre des 130 dollars le baril

© Reuters

LONDRES (Reuters) – Les cours du pétrole ont battu de nouveaux records mercredi matin en Europe, à  plus de 130 dollars le baril de brut léger américain.

Le marché pétrolier est poussé à  la hausse par une faiblesse accrue du dollar, en réaction à  la publication d’un indice du climat des affaires en amélioration inattendue en Allemagne, ce qui a favorisé l’euro.

Ce facteur haussier ponctuel s’ajoute aux tensions sur les marchés du gazole et aux craintes sur l’approvisionnement à  plus long terme, qui font à  nouveau flamber les cours pétroliers ces derniers jours.

Le contrat juillet sur le baril de WTI est monté jusqu’à  130,30 dollars, alors que cette qualité de pétrole brut était à  100 dollars au début janvier.

Le Brent a lui aussi battu de nouveaux records et est monté jusqu’à  129,70 dollars le baril.

Vers 10h30 GMT, ils se traitaient encore tous deux en hausse de plus d’un dollar, respectivement à  130,14 dollars (+0,9%) et 129,54 dollars (+1,33%).

« Ce marché refuse de se calmer », commente Robert Laughlin, analyste chez MF Global. « Les capitaux continuent d’affluer même à  ces niveaux élevés. »

Répondant à  Reuters lors d’un déplacement au Venezuela, le secrétaire général de l’Opep Abdullah al-Badri a estimé mardi que les cours actuels du pétrole n’avaient rien à  voir avec un problème d’offre et de demande mais étaient imputables à  la spéculation et au dollar faible.

La faiblesse persistante du dollar est un des facteurs de hausse des cours pétroliers car elle pousse les fonds spéculatifs vers les marchés de matières premières.

L’escalade des cours est aussi nourrie en ce moment par la vive augmentation de la demande dans les pays émergents, dont la Chine qui augmente ses commandes notamment en prévision des Jeux olympiques de Pékin en aoùt.

L’état des stocks pétroliers aux États-Unis la semaine dernière sera publié à  14h30 GMT. L’indicateur devrait montrer une légère hausse des réserves de produits raffinés mais le marché s’inquiète de la possibilité d’un approvisionnement insuffisant à  plus ou moins brève échéance en gazole et en essence.

L’Opep a indiqué mercredi dans un communiqué qu’elle était disposée à  agir en cas de besoin pour assurer un approvisionnement pétrolier approprié même si elle estime toujours que la hausse des cours est alimentée par des facteurs autres que le rapport entre l’offre et la demande.

Le cabinet spécialisé Petrologistics a indiqué mercredi que la production de l’Opep avait augmenté de 700.000 barils par jour en mai par rapport au mois d’avril.

Selon les économistes interrogés par Reuters, l’état des stocks américains devrait traduire une cinquième semaine consécutive de consolidation des réserves de brut.

La hausse, mesurée sur la semaine dernière, devrait être de 600.000 barils pour les réserves de brut, de 700.000 barils pour l’essence et de 1,3 million de barils pour les produits distillés, dont le gazole.


Publié le 21 mai, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire