Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Geronimo : sa vie, son crâne

Geronimo : sa vie, son crâne

© LePoint.fr

Un chaman n’est pas forcément un vieillard enveloppé de bandelettes, bredouillant, yeux révulsés et bave aux lèvres. Il peut aussi prendre l’apparence d’un joli brin de fille, pianiste et parisienne, ou d’un grand-père poule à  Stetson blanc offrant des croissants à  ses petites-filles dans un « gourmet bar » du Nouveau-Mexique. Comme Corine Sombrun, première Occidentale initiée au chamanisme mongol, et comme Harlyn Geronimo, arrière-petit-fils du grand guerrier apache et medicine man reconnu. Février 2005 : depuis son appartement, Corine Sombrun compose le numéro de Harlyn Geronimo. Elle l’a obtenu après une longue enquête commencée en Mongolie : au cours d’une transe, par 40°, le nom « Geronimo » s’est imposé à  elle. C’est irrationnel, mais ce n’est pas un hasard : comme les jeunes Mongols, les bébés apaches ont en bas du dos une tache de naissance bleue. Surprise au bout du fil ? Même pas : « J’attendais votre appel », répond l’Apache, qui l’invite à  le rejoindre dans sa réserve, au Nouveau-Mexique. C’est ce voyage que la Française raconte dans un livre stimulant, plein d’Histoire et de légendes, de peintures de guerre et de plantes qui guérissent. Un voyage aux sources de la Gila, lieu de naissance de Geronimo, pendant lequel Harlyn l’a initiée aux vertus des plantes médicinales, à  la survie dans le désert, à  l’histoire secrète de son arrière-grand-père, « chaman de guerre », dont on suit les années de formation et la guerre épuisante menée contre les Blancs. Récit double, qui vous plonge dans le passé et dans le quotidien de ces Indiens de réserve, entre les traditions qui se perdent et l’obésité qui gagne. Récit vivant mais dense, où l’on apprend que le cri de guerre des paras américains qui sautèrent sur la verte Normandie, en juin 1944, était « Geronimo ! » et que son petit-fils débarqua à  Omaha Beach. Où l’on apprend aussi que Prescott Bush, grand-père de l’actuel président des Etats-Unis, aurait profané en 1918 la tombe du guerrier apache, à  Fort Sill, pour rapporter son crâne et ses fémurs à  la société secrète des Skull and Bones (Crâne et Os), dont il faisait partie à  Yale. Harlyn a écrit à  George W., membre des Skull and Bones, pour qu’il rende les os et que Geronimo puisse ainsi terminer le grand cycle de la vie près de son arbre de naissance. Pas de réponse pour l’instant. Il va falloir lui envoyer notre chaman

« Sur les pas de Geronimo », de Corine Sombrun et Harlyn Geronimo (Albin Michel, « Terre indienne », 316 pages, 22 E).


Publié le 18 mai, 2008 dans Skull & Bones.

Laissez un commentaire