Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

4 ans et demi pour un père abject

4 ans et demi pour un père abject

© Canoe.com

Un père de 19 ans qui a battu, mordu et étranglé son propre fils de quelques semaines, allant même jusqu’à  lui faire le bouche à  bouche pour l’empêcher de mourir, a été condamné hier à  quatre ans et demi de prison.

La brutalité dont a été victime le poupon né le 25 décembre 2006 est inouïe. «Dans le cadre de mes évaluations en pédiatrie sociojuridique, ce cas a été l’un des plus violents et des plus bouleversants», avait témoigné lors des représentations sur sentence du jeune père le Dr Alain Sirard, qui en a pourtant vu d’autres.

Tout a commencé le 15 mars 2007 quand la mère du petit l’amène à  l’hôpital, l’ayant trouvé en piteux état avec son père.

À Sainte-Justine, le Dr Sirard se rend bien compte que les explications du père ne concordent pas avec les blessures de l’enfant et le confronte. Le jeune homme passera tout de suite aux aveux.

À l’aide d’une poupée, il s’est mis à  décrire les trois épisodes au cours desquels il a rudoyé le petit depuis sa naissance.

Il n’y a à  peu près rien que le petit n’ait pas subi. Morsures à  la nuque, torsion de l’oreille, coups à  la tête et aux côtes alors qu’il lui obstruait la bouche et le nez.

Un étranglement a même déjà  nécessité une manœuvre de «bouche-à -bouche».

Le jeune homme a rapidement plaidé coupable, mais malgré ses remords apparents, il continue de présenter un risque de récidive élevé selon les spécialistes qui l’ont évalué avant sentence.

On ne connaît pas pour l’instant les séquelles que pourraient conserver le petit, qui est encore trop jeune.

La juge Sylvie Durand l’a condamné hier à  quatre ans et demi de prison, ce qui une fois la détention préventive soustraite, donne 26 mois à  compter d’aujourd’hui.


Publié le 16 mai, 2008 dans Société & Culture.

Laissez un commentaire