Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La guerre contre l’Iran pourrait être plus près que vous ne le croyez

La guerre contre l’Iran pourrait être plus près que vous ne le croyez

© Alter Info, AmConBlog

Il y a beaucoup de spéculation et de bourdonnement aujourd’hui à  Washington qui laissent entendre que le Conseil de sécurité nationale (2) a donné son accord de principe afin de mettre à  exécution des plans d’attaque sur un camp dirigé par le groupe iranien Al-Qods, que l’on croit être derrière la formation des militants irakiens. Le camp qui aurait été retenu pour cible est l’un des nombreux camps situés près de Téhéran.

Par Philip Giraldi
The American Conservative (1)
Le 9 mai 2008

bush administration

Le secrétaire à  la Défense Robert Gates est le seul haut fonctionnaire qui ait demandé de retarder toute action offensive. La décision d’aller de l’avant avec le projet d’attaquer l’Iran est le résultat direct des préoccupations exprimées au sujet de la détérioration de la situation au Liban où le Hezbollah, un allié iranien, semble avoir pris le dessus sur les forces gouvernementales et semble être en mesure de dominer la situation politique.

La Maison Blanche a contacté directement le gouvernement iranien hier par l’intermédiaire d’une chaîne fournie par les autorités de la région kurde en Irak, qui traditionnellement avait des liens étroits avec Téhéran. Les États-Unis ont exigé que l’Iran admette qu’ils font de l’ingérence en Irak et qu’ils s’engagent également à  prendre des mesures visant à  mettre fin à  leur appui aux divers groupes de militants. Il y avait également un avertissement au sujet de l’ingérence au Liban.

Le gouvernement iranien aurait répondu rapidement, réaffirmant sa position selon laquelle il ne discuterait pas de la question tant que les États-Unis n’auront pas cessé leur propre ingérence en employant des groupes de dissidents iraniens.

Cette perception de l’intransigeance iranienne jumelée à  la situation libanaise a convaincu la Maison Blanche qu’un certain « signe » ne laissant aucune ambiguïté devait être envoyé aux dirigeants de l’Iran, probablement sous la forme de missiles de croisière. Nous pouvons présumer que l’attaque sera une « cible précise » et autant que possible limitée et dirigée de manière à  cibler uniquement un groupe al-Qods, afin d’éviter des victimes parmi les civils.

La décision de mettre à  exécution les plans d’une attaque n’est pas définitive. Le président des États-Unis doit encore donner l’ordre de lancer l’attaque lorsque tous les préparatifs auront été réalisés.

Traduit par Dany Quirion pour Alter Info

Source : http://www.amconmag.com/blog

NDT : Les textes ci-dessous et la photo qui accompagne l’article sont tirés de l’encyclopédie Wikipédia.

(1) The American Conservative est une revue américaine d’opinion bimensuelle [ndt: et aussi un site Internet], fondée en 2002. La revue défend une vision traditionnelle de la politique, anti-guerre, et paléo-conservatrice, opposée au néo-conservatisme, tout en étant lié au courant paléo-libertarien.
La revue a ouvertement soutenu le candidat républicain Ron Paul lors de l’élection américaine de 2008, mais n’a pas soutenu de candidat en 2004. Lors de l’élection législative de mi-mandat de 2006, elle a appelé ses lecteurs à  voter pour les candidats du Parti Démocrate, par opposition à  la politique de George W. Bush.
Outre ses fondateurs, les principaux contributeurs de The American Conservative sont (ou ont été): Paul Craig Roberts , Tom Tancredo, Robert Novak, Samuel Huntington, Norman Mailer, Uri Avnery, Lou Dobbs, ou encore Rod Dreher.

(2) Le Conseil de sécurité nationale est une organisation administrative dépendant directement du président des États-Unis. Il a un rôle de conseil, de coordination et parfois d’impulsion sur les sujets de politique étrangère, de sécurité nationale, et plus généralement sur l’ensemble des questions stratégiques. Il est en cela un acteur peu connu, mais majeur, parfois prédominant, de la politique étrangère des États-Unis.
Il réunit statutairement le vice-président, le secrétaire d’État (équivalent du ministre des affaires étrangères dans les autres pays), le secrétaire à  la Défense et le conseiller à  la sécurité nationale autour du président.

(3) Photo : Une réunion du Conseil de sécurité nationale le 5 juillet 2006. Voisin de Condoleezza Rice, vous reconnaîtrez l’ancien secrétaire à  la Défense Donald Rumsfeld, aujourd’hui remplacé par Robert Gates.


Publié le 10 mai, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire