Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Liban : 18ème report de la présidentielle

Liban : 18ème report de la présidentielle

© Aloufok.net

Le Parlement libanais a échoué mardi, pour la 18e fois, à  élire un nouveau président du Liban, faute de réunir un nombre suffisant de députés, alors que la majorité et l’opposition, restent en profond désaccord sur le partage du pouvoir au sein d’un futur gouvernement.

Le Parlement tente sans succès depuis septembre d’élire à  la présidence le chef de l’armée, Michel Sleimane, un candidat de consensus, en raison du boycottage des députés de l’opposition, qui empêche d’atteindre le quorum nécessaire pour procéder au scrutin. Plongé dans une grave crise politique, le Liban est privé de président depuis le départ du Président Emile Lahoud en novembre 2007.

Prenant acte de l’absence des députés de l’opposition, le président du Parlement Nabih Berri a reporté mardi une nouvelle fois la séance, sans fixer immédiatement la date de la prochaine convocation. Il a renouvelé son appel au dialogue entre les deux camps.

Il a précisé qu’il fixerait la date d’une nouvelle séance si la majorité refuse de discuter. La solution « ne peut passer que par le dialogue », a-t-il insisté. Au yeux de la coalition gouvernementale, de tels pourparlers ne doivent avoir lieu qu’après l’élection du nouveau président, et elle souligne que de précédentes tentatives de dialogue n’ont rien donné.

Au Koweït, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner avait déclaré un peu plus tôt qu’un nouveau report du vote libanais serait « triste » et qu’il ne comprenait pas pourquoi la classe politique et la société civile libanaises ne semblent pas « disposées à  nous offrir une nouvelle perspective ».

M. Kouchner a rencontré son homologue syrien Walid al-Moallem pour discuter de la crise libanaise, en marge de la réunion des voisins de l’Irak. C’était la première rencontre de ce type depuis que Paris et Damas avaient suspendu leurs contacts à  haut niveau sur le Liban en décembre


Publié le 24 avril, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire