Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’Iran et les Etats-Unis

L’Iran et les Etats-Unis se parleraient «en secret»

© LeFigaro.fr

ahmadinejad nucleaire

Des conseillers politiques des deux pays ennemis discuteraient dans l’ombre depuis cinq ans du programme nucléaire iranien et de leurs relations diplomatiques gelées.

Alors que les Etats-Unis menaçaient encore mardi dernier l’Iran d’un isolement croissant et de nouvelles sanctions internationales, les deux ennemis jurés entretiendraient des discussions secrètes depuis cinq ans. C’est ce qu’affirme le quotidien britannique The Independent, sur la base du témoignage d’un des participants à  ces rencontres, l’ancien sous-secrétaire d’Etat américain, Thomas Pickering.

Selon ce diplomate aguerri de 77 ans, un groupe d’une douzaine d’anciens diplomates et d’experts américains, organisé par la UN Association of the USA, une organisation pro-onusienne, a rencontré des universitaires et conseillers politiques iraniens, «dans beaucoup de lieux différents, mais pas aux Etats-Unis ou en Iran».

Même si aucun des participants ne sont membres de leurs gouvernements respectifs, «certains Iraniens étaient en relation avec des institutions officielles en Iran», explique au quotidien britannique cet ancien ambassadeur des Etats-Unis aux Nations unies.

Pendant que le dossier du nucléaire iranien était au cœur de l’actualité, «nous avons discuté de ce qui se passait au plan intérieur dans nos deux pays, et de problématiques globales», affectant la relation américano-iranienne, raconte encore Thomas Pickering, qui précise que «chaque partie en informait ses autorités». Et d’ajouter : l’administration Bush «ne nous a pas découragé». Selon The Independent, ce type de discussions secrètes a souvent donné une «impulsion cruciale» à  la résolution des conflits diplomatiques les plus durs.

«Préparer les opinions publiques»

«Les contacts entre les Etats-Unis et l’Iran n’ont jamais cessé que ce soit par le biais des Nations unies, de l’Irak ou de pays tiers», explique un spécialiste de l’Iran, interrogé par lefigaro.fr. «Beaucoup de diplomates américains se disent qu’ils ont tout tenté, sauf la discussion directe et qu’il est temps d’utiliser cette dernière arme. (…) «La nouveauté réside dans le fait que ces discussions sont utilisées médiatiquement pour que les opinions admettent que les deux pays puissent à  nouveau se parler», ajoute ce chercheur, pour qui ce dialogue risque toutefois d’être bloqué tant que les deux pays seront gouvernés par Bush et Ahmadinejad.

L’existence de ces discussions secrètes coïncide avec la récente publication par trois des membres américains de ce groupe – dont Thomas Pickering, un autre diplomate à  la retraite, William Luers et un chercheur du MIT Jim Walsh – de propositions destinées à  sortir de l’impasse entre l’Iran et l’occident sur le dossier nucléaire. A en croire l’ancien sous-secrétaire d’Etat, ce plan, plutôt bien accueilli, propose notamment de créer un consortium international pour gérer l’enrichissement d’uranium sur le sol iranien. Pour l’heure, ni l’administration Bush, ni le gouvernement iranien n’ont officiellement réagi.

Publié le 21 avril, 2008 dans Etats-Unis.

Laissez un commentaire