Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Vidéo-surveillance – Souriez, vous êtes filmés !

Vidéo-surveillance – Souriez, vous êtes filmés !

© FranceSoir.fr, Jean-François Coulomb des Arts, le jeudi 10 avril 2008 à  04:00

Le gouvernement veut tripler d’ici à  deux ans le nombre de caméras de vidéosurveillance dans les lieux publics. La CNIL s’en émeut et demande un renforcement de ses pouvoirs.

Une majorité de Français est favorable, dans les lieux publics, à  la présence de caméras de vidéosurveillance, du moins si l’on en croit un sondage diligenté par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Les Français considèrent que cette surveillance est efficace pour lutter contre la délinquance et le terrorisme. Il est vrai que de nombreuses affaires de crime ont été résolues grâce aux enregistrements fournis par des caméras. Par exemple, à  Londres, les auteurs de l’attentat dans le métro le 7 juillet 2005 ont pu être identifiés grâce à  l’image.

Une législation compliquée

Des caméras installées dans les lieux publics nécessitent une autorisation de la préfecture et il faut que le public soit averti très clairement. On en trouve 350.000 en France. Mais, si vous souhaitez installer un système de vidéosurveillance dans un lieu non ouvert au public (il en existe un million), vous aurez à  faire à  la CNIL ! Une législation mal adaptée que dénonce Alex Türk, le président de la CNIL. Il demande à  Michèle Alliot-Marie, le ministre de l’Intérieur, que les pouvoirs de la CNIL soient renforcés afin de « clarifier un cadre juridique qu'(il) juge à  l’heure actuelle inapplicable. C’est vrai que la cohabitation de ces deux systèmes juridiques posent de réels problèmes ». Il faut savoir que les systèmes de vidéosurveillance publics relèvent de la compétence de la CNIL lorsque les enregistrements visuels sont utilisés dans des traitements automatisés. Oui mais voilà , la CNIL n’est pas tenue informée de l’installation de ces systèmes qui dépendent de la préfecture. Surréaliste !

En un mot, il faut remettre tout le système à  plat. Cela passe par un meilleur encadrement de la vidéosurveillance par une autorité administrative, et reconnue comme telle. La CNIL est prête à  assumer cette tâche. Il ne faut pas baisser la garde, nos libertés individuelles sont à  ce prix. N’oubliez pas que Big Brother veille. Relisez 1984, le roman de George Orwell, il fait froid dans le dos.


Publié le 16 avril, 2008 dans Big Brother.

Laissez un commentaire