Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les médias américains et Clinton attaquent Obama pour avoir invoqué l’« amère » vérité

Les médias américains et Clinton attaquent Obama pour avoir invoqué l’« amère » vérité

© Alter Info

Le week-end dernier, les médias américains et les rivaux politiques du candidat démocrate à  la présidentielle Barack Obama ont vigoureusement attaqué le sénateur de l’Illinois après qu’il eut commis la faute impardonnable de dire la vérité, ou du moins une partie de la vérité, à  propos de l’amertume des travailleurs américains face à  l’érosion constante de leur qualité de vie et de leurs emplois.

obama clinton

Les commentaires d’Obama, prononcés lors d’une collecte de fonds privée à  San Francisco, furent rapportés vendredi dans un blogue politique du Huffington Post. Des partisans lui avaient demandé pourquoi il tirait de l’arrière face à  la sénatrice Hillary Clinton dans des sondages en Pennsylvanie, où des primaires auront lieu le 22 avril.

« Notre défi est de convaincre les gens que nous pouvons faire des progrès même si rien ne l’indique dans leur vie de tous les jours, a déclaré Obama. Lorsque l’on se rend dans certaines de ces petites villes en Pennsylvanie, on se rend compte que, comme dans de nombreuses petites villes du Midwest, les emplois ont disparu depuis 25 ans et rien ne les a remplacés. Ils ont continué de diminuer durant l’administration Clinton et l’administration Bush, et chaque administration, l’une après l’autre, avait affirmé que ces communautés allaient se régénérer, mais ce n’est pas ce qui est arrivé. Il n’est donc pas surprenant que ces gens soient en colère, qu’ils s’accrochent aux armes ou à  la religion ou aux sentiments xénophobes ou protectionnistes, ou qu’ils soient antipathiques aux gens qui ne sont pas comme eux, afin de donner un sens à  leurs frustrations. »

Obama venait de terminer un voyage de six jours en autobus à  travers la Pennsylvanie qui a comporté des dizaines de réunions dans des hôtels de ville de petites villes, ce qui était différent des rassemblements dans des arénas, caractéristiques de sa campagne dans d’autres Etats. Ainsi, il a eu des discussions face à  face avec des centaines d’électeurs de la classe ouvrière qui lui ont parlé de fermetures d’usines, de l’avenir bloqué pour leurs enfants, et d’innombrables promesses trahies des politiciens démocrates et républicains.

Il semblerait que le sénateur démocrate est coupable d’une double offense vis-à -vis des normes de la politique électorale américaine moderne : il s’est laissé influencé par de véritables expériences de défavorisés sociaux, et a ensuite parlé ouvertement devant un auditoire, bien que privilégié et lors d’une collecte de fonds privée, des réalités économiques de la société américaine.

Il aurait aggravé ce péché politique en suggérant que la religion, le port d’arme, le protectionnisme économique et la propagande xénophobe étaient utilisés pour détourner l’attention des travailleurs de l’oppression économique à  laquelle ils font face.

La réaction des médias américains, dès que ses commentaires furent publiés, fut immédiate et hostile. Obama avait fait une « bourde », il avait « offensé » le monde rural des Etats-Unis et faisait maintenant face à  un « fiasco politique total ». Un commentaire publié sur le site web d’influence politico.com a affirmé que « cela pourrait être un point tournant pour la campagne d’Obama », qui pourrait entraîner la perte de la nomination démocrate aux mains de la sénatrice de New York Hillary Clinton.

II est instructif de comparer cette réaction à  la réponse au discours sur les relations entre les races qu’Obama a donné le mois dernier en réponse aux commentaires controversés faits par l’ex-pasteur de Chicago, le révérend Jeremiah Wright. La majorité des médias avaient traité le discours d’Obama de manière favorable, un signe que dans les Etats-Unis de 2008, les divisions de classe sont une question beaucoup plus délicate que les questions raciales.

Rien dans ce qu’Obama a dit n’a surpris les experts ou ses adversaires politiques. En fait, il a sous-estimé le niveau de colère que l’on trouve dans l’Amérique des campagnes et des petites villes, vu qu’il n’a pas mentionné l’un des plus importants facteurs galvanisant la colère populaire : la guerre en Irak, qui a sévi de manière disproportionnée dans ces communautés où un pourcentage beaucoup plus élevé de jeunes se sont engagés dans l’armée que dans les zones urbaines ou les banlieues urbaines.

Les stratèges politiques républicains ont recours, depuis plusieurs années, à  des appels aux sentiments religieux – « Dieu, les homosexuels et les armes à  feu » dans le langage des conseillers politiques – afin de trouver un appui parmi les électeurs dont les emplois et le niveau de vie ont été dévastés par le déclin de l’industrie américaine et les politiques de « libre-échange » des gouvernements républicains et démocrates qui se sont succédés.

Il y a quatre ans, Thomas Frank a écrit un best-seller (Pourquoi les pauvres votent à  droite ?) qui se penche sur ce processus dans son Etat natal et ses conclusions sur l’utilisation de références codées à  la religion afin d’amener les électeurs à  ignorer leurs propres intérêts économiques font partie de outils de base de la classe politique et des cercles médiatiques.

Même si le livre de Frank nous éclaire sur les politiques et la culture américaine, il ignore le facteur le plus fondamental qui permet aux républicains de faire appel aux préjugés et à  l’esprit de clocher afin de réaliser des gains électoraux : le virage drastique du Parti démocrate vers la droite et son abandon des politiques pour atténuer les inégalités sociales ou améliorer les conditions de vie des travailleurs.

Le porte-parole pour la campagne de celui qui sera vraisemblablement le candidat présidentiel républicain, le sénateur John McCain, a dénoncé Obama pour avoir « dénigré » les « valeurs » et les « traditions américaines » qui « ont contribué à  l’identité et à  la grandeur de ce pays ».

La réponse de la campagne de Clinton sur les commentaires d’Obama ne fut pas moins réactionnaire. Son porte-parole a accusé Obama d’avoir « offensé l’Amérique des petites villes », ajoutant que « les Américains sont fatigués d’avoir un président qui les regarde de haut – ils veulent un président qui va se lever debout pour eux et pour du changement. Les Américains qui vivent dans les petites villes sont optimistes, travaillants et ne se laissent pas abattre. »

Lors d’un rassemblement en Caroline du Nord, les gens qui font campagne pour Clinton ont remis des autocollants portant le slogan « Je ne suis pas en colère. »

La candidate a elle-même déclaré : « J’ai été décontenancée par les commentaires du sénateur Obama dénigrant l’Amérique des petites villes. Les commentaires du sénateur Obama étaient élitistes et hors de propos. Ils ne reflètent pas les valeurs et les croyances des Américains. »

L’accusation « d’élitisme » est remarquable venant de madame Clinton, qui, la semaine dernière, rendait publique sa déclaration de revenus indiquant qu’elle et son mari avaient engrangé 109 millions de dollars au cours des sept dernières années, ce qui classent aisément les Clinton parmi le 0,01 pour cent au sommet de la société américaine.

Clinton poursuit en ajoutant qu’elle s’identifie aux valeurs religieuses et patriotiques. « J’ai été élevée avec les valeurs du Midwest et l’inébranlable foi en l’Amérique et ses politiques », a-t-elle dit. (La candidate de 60 ans a grandi dans les années 1950, les années de la chasse aux sorcières de McCarthy, le conformisme de la guerre froide et la domination de l’oppression raciale dans le sud des États-Unis.)

« J’ai grandi dans une famille qui allait à  l’église, poursuit-elle, une famille qui croyait dans l’importance de vivre et d’exprimer sa foi. Les gens que je connais ne « s’agrippent » pas à  la religion en raison de leur amertume. Ces gens ont la foi non parce qu’ils sont pauvres matériellement, mais parce qu’ils sont riches spirituellement. »

La réaction initiale d’Obama à  ce barrage de critique a été de réitérer ses vues lors d’une rencontre ayant eu lieu à  un hôtel de ville en Indiana, où, comme le journaliste du Washington Post le décrivait, « il a répété le mot offensant [amertume] trois fois. » Obama a ridiculisé la dénégation de Clinton voulant que la classe ouvrière en Pennsylvanie était insatisfaite de l’état de l’économie, ajoutant que McCain et Clinton étaient « déconnectés » en raison de leur évidente sous-estimation du niveau de colère grandissant contre l’establishment politique.

« Les gens en ont assez », a déclaré Obama. « Ils sont en colère, ils sont frustrés et ils sont amers, ils veulent voir un changement à  Washington. »

Le jour suivant, cependant, Obama commençait à  changer de ton et se distançait de cette évaluation crue de l’état d’esprit populaire en Amérique et surtout de toutes critiques implicites sur le rôle de la religion. « Je ne me suis pas exprimé aussi bien que j’aurais pu », a-t-il dit lors d’un rallye de campagne à  Muncie en Indiana. Dans une entrevue avec le Raleigh News & Observer, il a dit, « Évidement, si j’ai dit des choses d’une manière qui aurait pu offenser des gens, je le regrette profondément. »

Dès la journée de dimanche, il était en pleine contrition, se prosternant devant ceux qui l’accusaient d’offenser les dévots religieux, même s’il continuait à  dire qu’il y avait dans les régions rurales et les petites villes d’Amérique, une aliénation massive.

Il reste à  voir si la fureur politique des derniers jours va avoir un effet durable sur le résultat de la campagne pour la nomination du candidat démocrate pour l’élection présidentielle, ou sur les élections de novembre prochain. Mais cet épisode a exposé de manière révélatrice les médias et l’establishment politique.

Le consensus quasi unanime qu’Obama avait fait une bourde en faisant référence à  l’amertume et le ressentiment de la classe ouvrière a deux sources : l’énorme distance sociale entre les millionnaires et les politiciens de la vraie vie des travailleurs, et la crainte que, dans un contexte de marchés financiers en convulsion, et le début d’une profonde récession, toutes discussions sur les causes sous-jacentes des antagonismes sociaux en Amérique peuvent avoir des conséquences explosives.


Publié le 16 avril, 2008 dans Présidentielle Américaine 2008.

Laissez un commentaire