Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

2006: Benoît XVI retrouve sa Bavière en plein débat sur le passé nazi

Benoît XVI retrouve sa Bavière en plein débat sur le passé nazi

© Libération.fr

benoit xvi
Benoît XVI, lundi matin à  Altà¶tting, en Bavière.

Günter Grass dit avoir croisé le futur pape dans un camp de prisonniers.
Par Odile BENYAHIA-KOUIDER
QUOTIDIEN : Lundi 11 septembre 2006 – 06:00

Les révélations du prix Nobel de littérature Günter Grass sur son passé dans la Waffen SS ont bien failli gâcher la visite du pape Benoît XVI dans sa Bavière natale. Accueilli par des «Panzer Kardinal» lors de son élection, en avril 2005, le cardinal Joseph Ratzinger pensait en avoir terminé avec le IIIe Reich. Mais, dans sa biographie coup de tonnerre, Beim Hà¤uten der Zwiebel («en épluchant les oignons»), Günter Grass raconte avoir rencontré dans le camp militaire américain de Bad Aibling (Bavière), où il séjourna au milieu de 100 000 autres prisonniers, un certain Joseph, féru de citations latines et très croyant.

«Un peu coincé». «Nous avons essayé de passer le temps, nous avons joué aux dés et nous avons parlé de nos perspectives d’avenir, écrit le prix Nobel. Je voulais devenir artiste et il voulait faire carrière dans l’Eglise. Il me paraissait un peu coincé, mais c’était un gentil garçon.» Conclusion de Grass : «Je ne suis, hélas, devenu qu’écrivain, tandis que lui…» Vrai ? Faux ? Pendant quelques jours, la presse allemande s’est demandé si Grass avait vraiment rencontré le futur pape, s’il l’avait confondu avec un autre Joseph ou bien s’il avait carrément inventé l’épisode pour médiatiser encore un peu davantage ses révélations. Le Vatican n’a pas confirmé l’information et l’affaire s’est éteinte.
Le parallèle entre les vies de deux des octogénaires les plus célèbres d’Allemagne n’en demeure pas moins intéressant. De facto, Günter Grass et Joseph Ratzinger, tous deux nés en 1927 (le premier le 16 octobre et le second, le 16 avril), sont passés par le même camp de prisonniers. Mais la question de savoir s’ils se sont rencontrés ou non reste secondaire. «L’essentiel, estime l’écrivain juif allemand Rafael Seligmann, c’est que Grass a menti sur cet épisode de sa vie durant soixante et un ans, préférant styliser ses postures morales, tandis que Joseph Ratzinger, lui, a montré sa force morale en racontant la vérité.» Le cardinal Ratzinger a en effet longuement raconté, dans le Sel de la terre et dans son livre de souvenirs ( Ma Vie ), comment le jeune séminariste qu’il était a été contraint, à  l’âge de 14 ans, d’adhérer aux Jeunesses hitlériennes, puis d’incorporer la défense antiaérienne (lire Grand Angle, Libération du 29 juin 2005).
Joseph Ratzinger raconte aussi comment les «vieux nazis» de la Légion autrichienne, dans laquelle il servit un temps, le réveillèrent un beau matin en lui demandant de se porter volontaire pour les SS. Motivant son refus par le fait qu’il voulait devenir prêtre, il fut «congédié à  coups d’insultes et de moqueries». Ratzinger, qui a profité de l’avancée des Alliés pour déserter de la Wehrmacht en avril 1945, a certes eu la chance d’être élevé dans une famille très catholique et antinazie. Ce qui ne fut pas le cas d’un Günter Grass suffisamment sensible à  la propagande pour s’inscrire, à  l’âge de 15 ans, dans la section des sous-marins, avant d’atterrir dans la Waffen SS.
Polémique. «Personne en Allemagne ne lui reproche d’avoir fait une erreur à  17 ans, précise Rafael Seligmann, mais le scandale c’est qu’en 1985 il a été le premier à  polémiquer au sujet de la visite du président Reagan et du chancelier Kohl au cimetière militaire de Bitburg.» Cimetière dans lequel se trouvaient 49 tombes de Waffen SS, dont 32 avaient moins de 25 ans. Au lieu de profiter de cette occasion pour dire : «Moi aussi, j’aurais pu être parmi ces tombes», Grass a continué à  fournir un curriculum vitঠcorrigé, se contentant de mentionner son appartenance à  la Wehrmacht et à  la défense antiaérienne. Et le plus extraordinaire, c’est qu’aucun de ses biographes n’a songé à  pousser ses recherches jusqu’au centre de documentation de la Wehrmacht à  Berlin, où sont consignés les dossiers de 18 millions de soldats allemands. Les états de service de Günter Grass étaient consignés sur un tout petit papier : l’acte de libération délivré par les Américains. «Finalement, souligne Rafael Seligmann, Günter Grass s’est comporté comme l’Allemand moyen d’après-guerre, incapable d’envisager son passé avec lucidité.»


Publicité
Publié le 6 avril, 2008 dans Vatican.

Commentaires (2)

 

  1. Maranatha dit :

    Le Pape est un pion des illuminati, la papauté est une institution Luciférienne. Saint-Pierre selon la Saint Bible n’a jamais été pape, c’est une fonction qui a été créee bien plus tard et qui n’a absolument aucun rapport avec le christianisme authentique. il ne faut pas se faire d’illusion, nous vivons dans un monde de mensonge. Le but de Satan/Lucifer (Qui pilote les illuminati) est de vous ravir votre âme. Maranatha!

  2. samueltosismael dit :

    le nouvel ordre mondial me scandalise mais dire que le pape est de copain copain
    avec bush alors non ,je ne crois pas au vérité acquis mais plus à  la profonde vérité ,le pape ne dira jamais d’emblé ce qui pense il le dira sans le dire que celui qui a des oreilles qu’il entende ,je m’explique il compare sa jeunesse à  la jeunesse des américains parce qu’il connait le plans et c un clin d’oeil et les catho l’on bien conpris contrairement à  ce que depuis fort longtemps les critiques fuse car c au monde qu’il parle mais d’abord au catho ensuite il faut bien voir le sentier entre les évangéliste et catholique qui est farouche et je m’étonne que personne ne se pose de question de ce côté la et quand même soulignons que si il y a une église qui va contre l’évolution du monde la plus subversif c celle là 

Laissez un commentaire