Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Gnosticisme

Le Gnosticisme

gnosticisme

Le Gnosticisme, est un mouvement philosophique et religieux proéminent durant la période Greco-Romaine 2 siècles avant JC.

Alors que le Gnosticisme influença plusieurs religions traditionnelles, son effet a été plus clairement ressenti sur le jeune Christianisme, dans lequel il entraina la formation du canon, la foi, et l’organisation épiscopal.

La désignation du Gnosticisme, dérivé du Grec gnostikos (en qui réside la gnose, ou le « savoir secret »), est un terme de la scolarité moderne. Des évidences du phénomène Gnostique, trouvés dans les Pères de l’Église s’opposèrent aux enseignements Gnostiques (Irénée de Lyon, c. 185; Hippolyte, c. 230; Épiphane, c.375) et aux écritures gnostiques elles-mêmes, révèlent une diversité en théologie, éthiques, et rituels qui défient la classification stricte.

Par contre les sectes gnostiques apparaissent avoir mi l’accent sur les pouvoirs rédempteurs du savoir ésotérique, acquis non pas en apprenant ou en observant mais par révélation divine.

Histoire

Les origines du monde Gnostique ont été cherché par les étudiants dans la dualité de la religion Iranienne, l’idéalisme allégorique des philosophies moyennes Platoniques, et l’apocalyptisme de certain juifs mystiques.

Il y a aussi des analogies avec les pensées Mésopotamiques et Egyptiennes. C’est seulement avec la montée du Christianisme, cependant, que le syncrétisme gnostique commença à  s’exprimer totalement.

Le premier Gnostique à  propos duquel certaines choses peuvent être racontées avec confidence est Simon Magus, un professeur juif hétérodoxe du premier siècle qui présenta la conception Gnostique fondamentale que le mal résulte d’une cassure avec le côté inconnu de Dieu.

Mais la Gnose de Simon reste essentiellement Juive et monothéiste, tout comme les cercles Gnostiques dont lesquels plus tard le Nouveau Testament fera allusion.

La phase dualiste était atteinte par l’expansion du Gnosticisme dans le monde Hellénistique et sous l’influence de la philosophie de Platon, dans laquelle était emprunté la doctrine qu’une démiurge inférieure était responsable de la création du monde.

Cet apprentissage est trouvé dans l’Evangile Apocryphe de Jean (2ème siècle après J.C) et autres documents de la gnose populaire découvertes près de Naj’ Hammadi dans la haute Egypte durant les années 1940, et dans la Pistis Sophia, un travail Gnostique du 3ème siècle en Copte appartenant à  la même école.

La Gnose de Valentin, de Basilide et leurs écoles présupposent cette gnose populaire, qui elle, cependant, a été sérieusement Hellénisé et Christianisé et défois apparait très proche des vues du Platonisme Moyen.

Le Gnosticisme de l’Est a prit quelque fois une route différente. Sous l’influence de la religion traditionnelle Iranienne, le Manichéisme semi-Gnostique développa un dualisme comisique entre l’âme et la matière.

Plus encore, il montrait de l’énorme influence dans l’Ascèsisme Syrien, il était enraciné dans le Gnosticisme populaire et avait préservé ses doctrines essentielles.

Nature

D’un point de vu Gnostique, le côte inconscient de l’homme ne fait qu’un avec l’aspect inconnu de Dieu, mais à  cause d’une chute tragique il est envoyé dans un monde qui lui est complètement Alien comparé à  qui il est réellement.

Avec l’aide de révélation provenant de l’au delà , l’homme devient conscient de son origine, essence, et sa destiné transcendante. La révélation Gnostique doit être distinguée comme une illumination philosophique, car elle ne peut pas être atteinte par les forces de la raison, et des révélations Chrétiennes, car elle n’a pas ses racines dans l’histoire et n’est pas transmise par des Textes.

C’est plutôt l’intuition du mystère de soi même.

Le Monde, produit par de la matière démoniaque et possédé par des démons maléfiques, ne peut pas être la création d’un bon Dieu; c’est plus généralement perçu comme une illusion, un avortement, dominé par Yahweh, le démiurge Juif, dont la création et l’histoire ne sont pas appréciées.

Ce monde est donc Alien à  Dieu lui même, qui est pour les Gnostiques la profondeur et le silence, au delà  de tout noms ou prédictions, l’absolu, la source de bons esprits qui forment ensemble le Pleroma, ou la totalité des esprits divins, la lumière.

Ces conceptions sont exprimées dans des mythes variés, qui emploient des matériaux provenants de plusieurs religions traditionnelles mais servent à  exprimer une expérience basique qui est nouvelle, la découverte de l’inconscient ou de l’esprit de l’homme qui dort en lui jusqu’à  ce qu’il soit réveillé par le Sauveur.

Les sectes Gnostiques du 2ème siècle ont utilisé les écritures des religions Hébreuses et Chrétiennes, employant des méthodes allégoriques afin de leur extraire les vrais sens Gnostiques.

La plupart des groupes Gnostiques ont l’air d’être organisé comme des écoles, dans lesquelles l’apprentissage autoritaire a été transmi, interprété et gardé secret.

Il y avait un désaccord très large parmi certains groupes à  propos de l’importance des rites, avec certain pratiquant quasi-Chrétien Eucharistique, baptiste et d’autre rejetant tout aspects conventionnels de vénération, y compris les prières, les jeùnes, et Aumônes.

Les notions d’éthiques en plus ont largement variées.

Influence

Le développement de doctrine Chrétienne a été pour la plupart une réaction contre le Gnosticisme. La formulation de symboles, la canonisation des textes du Nouveau Testament, et l’accentuation de l’autorité épiscopale ont toute été nécessairement faites par les arguments Gnostiques.

De plus, dans quelques mesures les Gnostiques ont été les premier théologiens, et leurs systèmes dépassaient la systèmisation de la jeune pensée chrétienne.

En addition, ils ont gardé en vie les grands problèmes de libertés, de rédemption, de grâce, qui pour un temps ont perdues leurs accentuations parmi les écrivains Chrétiens.

Référence : http://www.britannica.com/eb/article-9037124/Gnosticism


Publicité
Publié le 28 mars, 2008 dans Religions & Mythologies.

Laissez un commentaire