Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Tibet: la répression « n’est pas supportable », selon M. Kouchner

Tibet: la répression « n’est pas supportable », selon M. Kouchner

© AFP

PARIS (AFP) €” La « répression » chinoise au Tibet « n’est pas supportable », a déclaré mardi le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, tout en réaffirmant la position de la France qui n’est pas favorable à  un boycott des Jeux Olympiques.

« Cette répression n’est pas supportable », a déclaré M. Kouchner à  la radio française Europe 1, interrogé sur l’appel que lui a lancé l’ancien ministre socialiste Jack Lang à  « sortir de sa réserve » sur le Tibet.

« Ce qu’il faut c’est que la violence cesse, bien sùr de part et d’autre, mais, surtout, que la répression cesse », a dit le ministre des Affaires étrangères.

M. Kouchner a toutefois rappelé que « personne ne réclame, surtout pas le dalaï lama, le boycott des Jeux Olympiques » et estimé à  nouveau qu’il ne fallait pas être « plus tibétain que le dalaï lama ».

Le ministre a précisé avoir demandé lundi à  son homologue chinois Yang Jiechi « que les journalistes qui sont bloqués autour du Tibet puissent s’y rendre », lors d’un entretien téléphonique d' »une heure et demi ».

« Evidemment, la réponse a été: il y a des questions de sécurité », a dit M. Kouchner.

M. Kouchner a souhaité que les ministres des affaires étrangères européens qui se réunissent vendredi en Slovénie, adoptent une position commune tenant compte à  la fois des « relations avec ce grand pays qu’est la Chine » et « des souffrances des Tibétains et des violences actuelles ».

« Nous ne cessons de demander, et le président (Nicolas Sarkozy) hier encore, qu’elles cessent, ces violences », a poursuivi le ministre.

Lundi, M. Sarkozy était sorti de son silence sur ce dossier en adressant à  son homologue chinois Hu Jintao un message appelant à  « la retenue et à  la fin des violences par le dialogue » au Tibet.

Il avait aussi « exprimé la disponibilité de la France à  faciliter cette reprise du dialogue, dans le cadre du partenariat stratégique franco-chinois ».

La secrétaire d’Etat française aux Droits de l’Homme Rama Yade a réaffirmé de son côté qu’elle était prête à  recevoir le dalaï lama, chef spirituel du bouddhisme tibétain, s’il venait en France, dans un entretien publié mardi par le quotidien Le Figaro.

La France était restée jusque-là  très en retrait sur la situation au Tibet. A l’inverse, le Premier ministre britannique Gordon Brown s’est déclaré la semaine dernière prêt à  rencontrer le dalaï lama, accusé par Pékin d’être à  l’origine des manifestations de Lhassa, et Berlin a gelé ses pourparlers avec la Chine en matière de développement économique.


Publié le 25 mars, 2008 dans Monde.

Commentaires (1)

 

  1. Tom dit :

    Ouais je dirais même que la France est restée bien » en retrait »

Laissez un commentaire