Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La flamme olympique allumée en Grèce dans un contexte tendu

La flamme olympique allumée en Grèce dans un contexte tendu

© Par Karolos Grohmann Reuters – Lundi 24 mars

flamme olympique grece

OLYMPIE, Grèce (Reuters) – La flamme olympique des Jeux de Pékin a été allumée sur le site antique d’Olympie, en Grèce, et a commencé un voyage de près de cinq mois qui se terminera le 8 aoùt dans la capitale chinoise, pour la cérémonie d’ouverture.

L’actrice Maria Nafpliotou, jouant le rôle de la grande prêtresse, a profité d’un rayon de soleil à  travers les nuages pour allumer la flamme devant le temple d’Héra.

L’athlète grec Alexandros Nikolaidis, médaille d’argent de taekwondo aux Jeux d’Athènes en 2004, est le premier relayeur à  porter la flamme, qui restera six jours en Grèce avant d’être remise aux Chinois le 30 mars.

Peu avant la cérémonie, plusieurs manifestants ont tenté d’interrompre le discours du président du comité d’organisation chinois des JO.

Reporters sans frontières (RSF) a annoncé être à  l’origine de cette manifestation.

Parvenant à  se placer derrière Liu Qi, un homme a brièvement déployé une banderole représentant les anneaux olympiques sous forme de menottes, avant d’être emmené par la police, qui l’a identifié comme étant un Tibétain de 48 ans.

Trois personnes ont été interpellées et seront inculpées pour troubles à  l’ordre public, a indiqué la police.

RSF précise que son président Robert Ménard, qui a déployé une seconde banderole dans la tribune où il avait pris place, figure parmi les personnes arrêtées.

« Si le feu olympique est sacré, les droits de l’homme le sont plus encore. Nous ne pouvions pas laisser le gouvernement chinois se saisir de la flamme olympique, un symbole de paix, sans dénoncer la situation dramatique des droits de l’homme dans le pays », affirme RSF sur son site internet, www.rsf.org.

Liu est resté imperturbable durant le début de manifestation. « La flamme olympique va diffuser lumière et bonheur, paix et amitié, espoir et rêves au peuple de Chine et au monde entier », a-t-il déclaré.

D’autres manifestants ont suivi les premiers porteurs de la torche et ont à  plusieurs reprises arrêté le relais en s’allongeant en travers de la route. Certains portaient des t-shirts « Libérez le Tibet », tandis qu’une grande banderole était accrochée à  l’un des immeubles bordant l’avenue principale de la ville moderne d’Olympie.

Jacques Rogge, président du Comité international olympique, a déclaré lors de son discours espérer que « le symbole de la torche sera reconnu par tous et que les circonstances propices pourront être créées pour que symbole résonne partout où elle passera ».

« CLIMAT DE VIOLENCE »

« Il était justifié d’accorder les Jeux à  la Chine pour deux raisons », avait déclaré Rogge peu avant la cérémonie dans une interview à  Reuters.

Selon lui, le fait d’apporter l’idéal olympique à  un cinquième de la population mondiale et de soumettre la Chine au regard des médias durant la préparation et la tenue des JO sont des raisons suffisantes.

« Cela aura un effet positif sur l’évolution de la Chine », a déclaré Rogge.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont appelé le CIO à  faire pression sur Pékin à  propos des droits de l’homme, notamment depuis les violents affrontements déclenchés à  la mi-mars entre des manifestants tibétains et les forces de l’ordre.

« Je n’ai aucun message à  remettre à  la Chine en ce qui concerne la souveraineté chinoise », a pour sa part déclaré Rogge. « Mais les Jeux ne peuvent se dérouler dans un climat de violence. Ce qui se passe au Tibet nous inquiète. »

Rogge, qui assure respecter les causes défendues par les militants, a rappelé que le CIO n’était ni une organisation politique ni une ONG.

« Nous connaissons nos limites. Nous n’allons pas nous lancer dans un débat politique », a-t-il déclaré, ajoutant que lors de l’attribution des Jeux à  Pékin, l’état des droits de l’homme en Chine avait été attentivement examiné.

Après l’interview, un militant tibétain en exil, Tenzin Dorjee, s’est approché de Rogge.

« Je respecte votre cause », a déclaré le président du CIO au directeur adjoint de l’association « Students for a Free Tibet ». « Je ne compte pas ouvrir une discussion maintenant », a-t-il ajouté.

Tenzin Dorjee, qui avait fait part de son intention de manifester à  Olympie dans la journée, a par la suite été interpellé par la police grecque dans la foulée de l’incident lors du discours du représentant chinois, bien qu’il n’y ait pas participé.

Version française Gregory Schwartz

Publié le 25 mars, 2008 dans Jeux Olympiques 2008.

Laissez un commentaire