Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Angela Merkel et Israël

Angela Merkel et Israël

© LeMonde.fr


060130_merkel_in_israel_hjo_h
envoyé par UDF

Soixante-trois ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, six décennies après la naissance d’Israël et plus de quarante ans après l’établissement des relations diplomatiques entre l’Allemagne démocratique et l’Etat juif, la visite de dirigeants allemands à  Jérusalem reste un exercice semé d’embùches. Ils sont toujours soupçonnés d’en faire trop ou pas assez. L’ancien chancelier Kohl l’avait appris à  ses dépens quand, pensant souligner la rupture des jeunes générations allemandes avec la barbarie nazie, il avait vanté les mérites de la « naissance tardive ». Cette déclaration avait entraîné un malentendu avec les Israéliens, qui l’avaient interprétée comme la volonté de tirer un trait sur le passé.

Angela Merkel, qui a achevé un voyage de trois jours en Israël, accompagnée d’une grande partie de son gouvernement, a su éviter cet d’écueil. Sa visite a été une première à  bien des égards. Elle a été le premier dirigeant allemand grandi dans « l’autre Allemagne » – la RDA communiste, qui s’est obstinée pendant quarante ans à  refuser sa part de l’héritage national-socialiste – à  se rendre en visite officielle à  Jérusalem. Elle a été le premier chef d’un gouvernement allemand à  s’adresser à  la Knesset dans sa langue maternelle. Elle a été la première à  coprésider avec Ehoud Olmert une réunion des deux gouvernements, un de ces conseils des ministres communs que l’Allemagne organise avec la France ou la Pologne.

Devant le Parlement israélien, la chancelière a trouvé les mots pour souligner « la responsabilité éternelle de l’Allemagne dans la catastrophe morale de l’histoire allemande » que fut la Shoah. Seule une poignée de députés de droite ont refusé d’assister à  la cérémonie. Mais la gauche israélienne, tel l’éditorialiste d’Haaretz, critique aussi Mme Merkel. Elle lui reproche d’avoir confondu un soutien inconditionnel à  l’existence d’Israël – principe fondateur de la diplomatie allemande – avec une approbation sans nuance de la politique israélienne actuelle. La chancelière a en effet condamné les tirs de roquette sur les villes israéliennes, mais n’a pas dit un mot de la répression menée par Tsahal à  Gaza. Contrairement à  d’autres responsables occidentaux, elle n’a pas couplé sa visite en Israël avec un détour dans les territoires occupés pour rencontrer le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qu’elle s’est contentée d’appeler au téléphone.

Avec Gerhard Schrà¶der et surtout Joschka Fischer, le gouvernement rouge-vert, qui a précédé la grande coalition au pouvoir à  Berlin, avait réussi à  définir un équilibre entre la solidarité avec Israël et une appréciation critique de la politique israélienne. Cet équilibre est certes délicat à  respecter. Mais il assure aux amis d’Israël, et particulièrement à  l’Allemagne, une influence plus forte en faveur de la pérennité de l’Etat juif.


Publié le 20 mars, 2008 dans Le Monde, Sionisme & Israël.

Laissez un commentaire