Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le dollar s’approche des 1,57 dollar pour un euro et fait tomber les bourses d’Asie

Le dollar s’approche des 1,57 dollar pour un euro

© AFP – Vendredi 14 mars

NEW YORK (AFP) – Le dollar est tombé à  un nouveau plus bas face à  l’euro vendredi, après le fléchissement de l’indice mesurant la confiance des consommateurs américains en février.

Après être passé sous les 100 yens jeudi, le dollar a également atteint un plus bas historique face au franc suisse, en reculant pour la première fois sous 1 franc.

Vers 21H00 GMT (22H00 à  Paris), l’euro valait 1,5669 dollar, contre 1,5624 jeudi vers 21H00 GMT.

La monnaie unique européenne était en baisse face au yen à  155,46 yens pour un euro, contre 157,23 yens la veille.

De son côté, le billet vert reculait encore face à  la monnaie nippone, à  99,18 yens pour un dollar contre 100,60 jeudi soir.

Le billet vert a été affecté par la baisse de l’indice de confiance des consommateurs américains, selon les cambistes. Tout signe renforçant l’idée d’enfoncement de l’économie américaine et plaidant pour une baisse des taux d’intérêt américains pèse sur le dollar.

« Le sentiment général à  l’égard du dollar reste négatif », selon les analystes du cabinet Sucden.

En outre, la stabilité inattendue, en février, des chiffres de l’inflation aux Etats-Unis a convaincu les investisseurs que la banque centrale américaine (Fed) devrait continuer à  baisser son taux directeur d’un demi-point de pourcentage (0,50%), voire de trois quarts de point de pourcentage dès la semaine prochaine (0,75%), selon Natixis.

Une nouvelle baisse du loyer de l’argent aux Etats-Unis agrandit l’écart entre le rendement des placements en défaveur du dollar par rapport à  l’euro, dont le taux d’intérêt est de 4%, contre 3% actuellement pour le dollar.

En zone euro, l’inflation s’est affichée en hausse plus forte que prévu en février, atteignant 3,3% sur un an, soit son plus haut niveau depuis plus de dix ans, et un niveau nettement supérieur à  l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE) qui vise une inflation légèrement inférieure à  2% à  moyen terme.

Le marché guettera lundi les chiffres de la production industrielle et mardi l’indice des prix à  la production aux Etats-Unis, les chiffres de la balance commerciale mercredi et l’indice PMI jeudi en zone euro, l’ensemble de la semaine devant être dominé par la décision de la Fed mardi.

La livre est descendue à  un plus bas face à  l’euro, à  77,52 pence, avant de remonter légèrement à  77,48 pence. Elle baissait également face au billet vert, à  2,0219 dollars pour une livre.

Le franc suisse gagnait du terrain face à  la devise européenne, à  1,5639 franc pour un euro, comme face au billet vert à  0,9978 franc suisse.

Le yuan chinois a clôturé à  un nouveau record de 7,0894 yuans pour un dollar, contre 7,0900 yuans jeudi.

La chute continue du dollar fait plonger Bourses asiatiques et européennes

© AFP

PARIS (AFP) – La dégringolade du dollar, qui a accéléré sa chute lundi face à  l’euro et au yen, a entraîné dans son sillage l’ensemble des Bourses européennes et asiatiques, la débâcle de la banque d’affaires Bear Stearns ne faisant qu’ajouter à  la morosité des marchés financiers.

La Bourse de Paris a ouvert la semaine en très forte baisse, l’indice CAC 40 lâchant 2,62% pour se retrouver pour la première fois depuis le 16 novembre 2005 sous la barre psychologique des 4.500 points.

A 09H10 (08H10 GMT), l’indice parisien vedette avait déjà  dégringolé de 120,20 points à  4.471,95 points, portant à  plus de 20% sa baisse depuis le début de l’année. Une amplitude fréquemment considérée par les spécialistes comme témoignant d’un krach.

Le mouvement a été identique sur les autres places européennes: l’indice vedette Footsie-100 de la Bourse de Londres a ouvert en baisse de 1,92%, à  5.523,30 points ; et l’indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a dès l’ouverture abandonné 1,41% à  6.360,92 points.

De même, l’Ibex madrilène cédait 1,98% peu après l’ouverture, à  08h26 GMT, l’indice milanais abandonnait 2,18% à  la même heure, et le SMI suisse lâchait 2,55% à  08h41 GMT.

Les places européennes subissent de plein fouet les mauvaises nouvelles qui se succèdent dans le secteur financier, avec notamment le sauvetage en catastrophe de la banque Bear Stearns, promise à  la faillite et rachetée à  un prix dérisoire par son homologue américaine JPMorgan.

De même les Bourses souffrent de la dégringolade continue du dollar et des records parallèles de l’euro, de la hausse ininterrompue du pétrole, et de la nouvelle intervention en urgence de la Réserve fédérale américaine, qui n’a en rien rassuré les investisseurs.

L’euro a atteint un nouveau pic historique de 1,5905 dollar lundi dans les échanges asiatiques, faisant sauter successivement et en quelques heures les barres des 1,57, des 1,58 et des 1,59 dollar. Le précédent record (1,5668 dollar) datait de seulement vendredi soir.

Le billet vert quant à  lui s’est enfoncé largement sous la barre des 100 yens qu’il avait franchie à  la baisse la semaine dernière pour la première fois en douze ans, pour atteindre un creux de 95,75 yens vers 02H25 GMT.

L’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, a enfin ajouté sa pierre au pessimisme ambiant lundi en affirmant au Financial Times que la crise actuelle pourrait être « la plus grave » depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les places européennes ont cependant mieux résisté lundi que leurs homologues asiatiques: l’indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a clôturé la première séance de la semaine en chute de 5,18% à  21.084,61 points, la Bourse de Shanghai a terminé en forte baisse, son indice composite cédant 3,6% à  3.820,05 points, et l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé en très forte baisse de 3,71%, à  11.787,51 points, tombant sous la barre symbolique des 12.000 points pour la première fois depuis plus de deux ans et demi.

Les investisseurs craignent en fait une aggravation continue de la crise financière après l’annonce du rachat de la banque américaine Bear Stearns par JPMorgan et la baisse du taux d’escompte (le taux des prêts aux grandes institutions financières) de la Réserve Fédérale américaine, à  3,25% contre 3,50%.

« Le malaise et le sentiment d’insécurité du marché au sujet de l’économie américaine est ce qui fait battre de l’aile le dollar », a expliqué Masaki Fukui, économiste des changes chez Mizuho Corporate Bank.

« Et l’abaissement du taux d’escompte par la Fed n’a servi qu’à  souligner que la crise est très sérieuse », a-t-il ajouté.


Publié le 17 mars, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire