Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Alain Bauer, le « frère » du président

Alain Bauer, le « frère » du président

© Lexpress.fr

alain bauer

«Bauer est né vieux.» Ce propos acide de son ami publicitaire Stéphane Fouks lui va comme un gant. Ce surdoué a tout fait trop jeune: socialiste à  15 ans, franc-maçon à  18 ans, vice-président de l’université Paris I à  19 ans, conseiller du Premier ministre Michel Rocard à  26 ans, PDG de sa société à  32 ans, alors qu’il claque la porte du PS, et grand maître du Grand Orient à  38 ans, pour un triennat.

Quelques mois avant l’élection présidentielle de 2002, Nicolas Sarkozy invite le grand maître à  déjeuner: «Je pense être Premier ministre si Jacques Chirac est réélu et les questions de sécurité m’intéressent», lui annonce-t-il. Six mois plus tard, Sarkozy s’installe non pas à  Matignon mais Place Beauvau et convie de nouveau Bauer. «Il m’a dit précisément ce qu’il retenait de mes suggestions et m’a proposé une rencontre au moins mensuelle pour évaluer sa politique. A l’exception de Michel Rocard, c’était pour moi inédit chez un homme politique.» De là  naît leur complicité.

Nommé président de l’Observatoire national de la délinquance, Bauer jongle avec les chiffres de l’insécurité. Ce grand mètre 84, comme aurait pu dire le frère Pierre Dac, circule comme chez lui au ministère de l’Intérieur, paradis des frangins! En 2004, c’est lui qui aurait indiqué à  Nicolas Sarkà¶zy de Nagy-Bocsa la présence de son nom sur les fameux listings Clearstream – Bauer ne dément ni ne confirme être l’informateur du ministre. Fin 2006, ce dernier lui remet les insignes d’officier de l’Ordre national du mérite, avec cette phrase flatteuse qu’il n’oublie pas: «Rien au ministère ne se fait sans les conseils, l’impulsion, les idées d’Alain Bauer!»

Pendant la campagne présidentielle de 2007, il aide son ami Nicolas, qui lui a imposé le tutoiement, à  préparer ses grandes émissions de télévision, sur les questions de délinquance, de sécurité, de banlieues, de justice. Pour lui, Bauer, fumeur de gros cigares, organise un dîner avec 1 000 francs-maçons dans un grand hôtel parisien. Beaucoup de ses amis glosent sur son ambition d’être ministre.

«Alain Bauer entretient la peur qu’il suscite, car il aime ça»

Avant l’élection de Sarkozy, le joueur d’échecs était formel: «Il n’en est pas question. àƒ”¡a a cessé de m’intéresser en 1994.» Aujourd’hui, il est moins catégorique. Et de souligner qu’il a déjà  plus d’influence qu’un sous-secrétaire d’Etat. Mais le gastronome, dont la loge s’appelle justement le Banquet, redoute de perdre sa liberté de parole avec le «mari de Carla», plaisante-t-il: «On s’est déjà  foutus sur la gueule au sujet de la nomination d’un préfet musulman!» Plus récemment, le toujours copain de Rocard lui a confié son désaccord au sujet de la supériorité supposée des curés et des pasteurs sur les instituteurs.

«Beaucoup le craignent, notamment au gouvernement, disent de lui plusieurs anciens grands maîtres du GO. Il entretient la peur qu’il suscite, car il aime ça.» Ses fréquentes interviews dans la presse agacent dans les loges. «Etre intelligent et brillant ne lui interdit pas de répondre aux médias», ironise son ami Claude Vaillant, grand orateur du GO (chargé du respect du règlement). Bauer invite les francs-maçons à  assumer avec fierté leur appartenance, notamment ceux qui ont des responsabilités dans la société. Mais il est peu suivi. Du coup, il se ferme comme une huître si l’on évoque ses relations avec un frère du GO. Comme Thierry Vinson, devenu secrétaire général-adjoint de son groupe de travail sur les institutions publiques chargées de sécurité et de stratégie. Ou Stéphane Juvigny, au cabinet de «MAM». Ou encore Xavier Bertrand.


Publié le 14 mars, 2008 dans Franc Maçonnerie, Sarkozy.

Commentaires (1)

 

  1. toni dit :

    il est rigolo ce type je connaissait pas

    merci pour l’info :)

Laissez un commentaire