Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Jean-Marc Ayrault accuse Nicolas Sarkozy de surdité

Jean-Marc Ayrault accuse Nicolas Sarkozy de surdité

© Reuters

PARIS (Reuters) – En maintenant le cap des réformes économiques et sociales, Nicolas Sarkozy montre qu’il est sourd aux appels des Français, estime Jean-Marc Ayrault.

Le président du groupe socialiste à  l’Assemblée nationale réagissait sur RTL à  l’entretien accordé par le chef de l’Etat au Figaro, dans lequel il confirme ses projets de réformes et assure que le pouvoir d’achat est un « objectif central » de sa politique.

« Ce qui me paraît surréaliste dans cette interview, c’est qu’au fond le président a raison contre tout le monde avec son gouvernement, qu’il ne changera rien quel que soit le vote des Français dimanche », a déclaré Jean-Marc Ayrault, à  trois jours du premier tour des élections municipales.

« Le président est sourd et c’est pour ça qu’il faut voter fort », a-t-il ajouté.

Pour le député-maire de Nantes, il y a « dès le départ une erreur de stratégie économique » de la part de l’équipe au pouvoir et « les promesses n’ont pas été tenues » en matière de croissance et de pouvoir d’achat.

Jean-Marc Ayrault s’est par ailleurs déclaré choqué par les propos du Premier ministre, François Fillon, qui a accusé la gauche de créer un « climat de quasi guerre civile » à  l’approche des municipales.

« Je trouve ça profondément choquant qu’il dise des choses aussi brutales et caricaturales », a-t-il estimé.

« Quand on tient de tels propos de la part du Premier ministre, ça ressemble à  des gens qui perdent un peu la tête, qui perdent la mesure et qui transmettent au pays leur inquiétude, leur angoisse, alors que le pays a besoin de respect, de confiance ».


Publicité
Publié le 6 mars, 2008 dans Sarkozy.

Laissez un commentaire