Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

UIMM : Royal dénonce des « protégés » du pouvoir

UIMM : Royal dénonce des « protégés » du pouvoir

© NouvelObs.com

« Il y a des gens puissants qui bénéficient d’une totale impunité. Aujourd’hui dans le pays, les devoirs, c’est surtout pour les moyens et les petits », a lancé Ségolène Royal, lors d’un déplacement à  Clichy-sous-Bois.

Lors d’un déplacement mardi 4 mars à  Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), berceau des émeutes urbaines de l’automne 2005, Ségolène Royal s’est lancée dans une diatribe contre les scandales financiers, dénonçant « des gens puissants qui bénéficient d’une totale impunité » et qui « sont protégés par le pouvoir en place ».

« Colère sourde »

Elle a estimé que « ce que les Français découvrent, c’est que finalement les petits et moyens paient toujours pour les gros. On a su il y a quelques jours l’augmentation de 40% des salaires du CAC40, les 200 familles qui ont fui dans un paradis fiscal, le scandale de l’UIMM, le krach de la Société générale où les responsables sont toujours en place ».
Dans la veine d’un François Mitterrand qui dénonçait au congrès d’Epinay « l’argent qui corrompt, l’argent qui achète, l’argent qui écrase, l’argent qui tue », la dirigeante socialiste a noté que cette accumulation d’affaires « nourrit une colère sourde. Il y a le sentiment que l’argent, il y en a, mais que l’argent est gaspillé et que les puissants sont protégés par le pouvoir en place ».

« Sentiment de révolte »

« N’oublions pas que pendant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy s’est rendu au MEDEF », où « il y avait toute la brochette des gens de l’UIMM. Il a dit devant eux que le programme du MEDEF était aussi son programme présidentiel. Voilà  le résultat! », a-t-elle lancé, en poursuivant qu’il « y a des gens puissants qui bénéficient d’une totale impunité. Aujourd’hui dans le pays, les devoirs, c’est surtout pour les moyens et les petits ».
« Il y a de quoi comprendre ce sentiment de révolte », a conclu Ségolène Royal, « à  un moment où la vie est difficile pour des millions de Français ».


Publicité
Publié le 5 mars, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire