Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Ancien Testament: certains passages sont le fruit d’hallucinations

Ancien Testament: certains passages sont le fruit d’hallucinations

© Romandie.com

Les Hébreux consommaient peut-être de manière assidue une plante hallucinogène à  l’époque où Moïse avait rapporté les Tables de la Loi du sommet du Sinaï. Cette hypothèse résulte d’une nouvelle étude réalisée par un professeur israélien en psychologie.

Benny Shanon, de l’Université hébraïque de Jérusalem, explique dans la revue britannique « Time and Mind » que deux plantes poussant dans le désert du Sinaï renferment les mêmes molécules psychoactives que celles que l’on trouve dans des plantes à  partir desquelles les Indiens d’Amazonie préparent l’ayahuasca, breuvage fortement hallucinogène que consomment les chamans de la région.

Le tonnerre, les éclairs et le puissant son de trompe qui, selon le Livre de l’Exode, ont enveloppé le Sinaï lorsque les Israélites campaient dans le désert alentour, pourraient avoir eu pour seule origine l’état de conscience modifié du peuple venu d’Egypte, pose Shanon comme hypothèse.

Dans certaines formes avancées d’hallucinations produites par la consommation d’ayahuasca, la vue de la lumière s’accompagne de sentiments religieux et spirituels profonds, écrit Shanon.

Dans une telle situation, beaucoup, selon lui, ont l’impression d’accéder à  Dieu. Shanon précise qu’il connaît bien les effets de l’ayahuasca pour en avoir consommé 160 fois, à  diverses occasions.

Il rappelle que l’une des plantes psychoactives présentes dans le Sinaï et en d’autres points du Proche-Orient, appelée « harmal », se voit attribuer par les Juifs de la région des pouvoirs magiques et médicaux.

Publié le 4 mars, 2008 dans Religions & Mythologies.

Laissez un commentaire