Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Oui, Carla Bruni-Sarkozy a raison de s’inquiéter des dangers potentiels d’internet !

Oui, Carla Bruni-Sarkozy a raison de s’inquiéter des dangers potentiels d’internet !

© LA MOUCHE DU COQ

Découvrant, révélée par internet, les tergiversations de son mari, celle que les médias se plaisent à  appeler la première dame (elle n’est que l’épouse du président élu) s’est inquiétée des risques que l’internet fait courir au secret dùe à  la vie privée.

Scandalisée par la comparaison que faisait Mme Bruni entre le Nouvel obs et la presse collabo de Vichy, j’ai déjà  eu l’occasion de dire ce que je pensais d’un raccourci jugé pathétique et qui est, pour le moins, une sacrée gaffe. Interpellée par une de mes lectrices, j’ai finalement pris le temps de lire sur le net l’ensemble de l’interview de la nouvelle Mme Sarkozy (après avoir visionné la promo qu’en faisait Christophe Barbier dans son making-off) : quelle déception. Un tissu de banalités égocentrées, à  la manière des actrices qui parlent du rôle qu’elles tiennent dans un film, pas la moindre émotion, contrairement à  ce qui était annoncé, pas la moindre analyse politique, juste la parole de quelqu’un qui sait se faire plaisir et saisir de la vie toutes les gâteries qu’elle lui propose. A l’image, finalement, de son visage d’ange qui, malgré sa beauté, n’exprime rien. Curieusement, dans le contexte, la phrase incriminée sur les dénonciations de juifs sous l’occupation m’a paru moins violente… et plus pertinente. L’actualité et les remarques d’un proche, en effet, me forcent aujourd’hui à  me questionner sur les risques pris lorsque l’on publie sur internet.

« Dans le cadre d’une procédure judiciaire, la géolocalisation des utilisateurs d’Internet deviendra possible. Et de nouvelles formes d’incrimination vont être créées : l’usurpation d’identité sur Internet sera ainsi bientôt un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. »

Voilà  ce dont nous informe Le Monde dans son édition du 16-02-08. Nous savions déjà  que nous étions localisables et que ce blog, tout anonyme qu’il soit pour l’ensemble de ses lecteurs, ne l’est ni pour son hébergeur, 20 minutes, ni pour toute autorité qui souhaiterait incriminer l’auteur.
Nous sommes des milliers, des millions même, à  écrire. Pourtant – et je reprends là  les propos de Carla Bruni – que se passerait-il si la police, diligentée par le ministère de l’Intérieur, lui-même commandé par le président, décidait de pister les auteurs jugés contestataires ou séditieux ?

La paranoïa ne sert à  rien, la vigilance, si. Les unes après les autres, les mesures proposées par Nicolas Sarkozy nous apportent la preuve chaque jour davantage de sa folie. Tant que l’on raisonnera avec ou contre lui et que l’on utilisera sa logique, on courra le danger de le rejoindre dans sa démence. L’Histoire mondiale, celle du nazisme notamment, nous a appris à  nous méfier des hommes à  l’ego sur-développé, au populisme galopant… Ce n’est pas aberrant de songer au moustachu de sinistre mémoire en examinant les événements français. L’évolution des mentalités téléguidées par des chefs avides de pouvoir et d’argent et des médias aveugles, doit nous préparer à  résister à  un état policier. Je ne suis pas une adepte de la violence, ma seule arme, c’est la parole. Me taire, donc ? Non, Pas encore ! Tant que cela est possible, usons des blogs et de tous les moyens que nous fournit internet pour dire notre inquiétude, notre mécontentement, notre colère. Mais ne soyons pas des autruches, ne cachons pas notre tête dans le sable : la mouche que je suis, avec ses yeux qui regardent à  360°, est prête à  prendre son envol.


Publié le 18 février, 2008 dans Internet.

Laissez un commentaire