Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Nicolas Sarkozy défend le retour de la « morale » et de « l’autorité » à  l’école primaire

Nicolas Sarkozy défend le retour de la « morale » et de « l’autorité » à  l’école primaire

© AP

Par Christine Ollivier AP – Vendredi 15 février

PERIGUEUX – Retour de « l’autorité », cours d' »instruction civique et morale » avec l’apprentissage du respect des emblèmes nationaux, programmes recentrés sur « l’essentiel », maths et orthographe: Nicolas Sarkozy a présenté vendredi les grandes lignes de la réforme de l’enseignement primaire.

Le chef de l’Etat s’est rendu vendredi à  Périgueux, ville de son ministre de l’Education Xavier Darcos, candidat aux municipales des 9 et 16 mars, à  qui il a rendu un hommage appuyé.

« Notre école primaire ne se porte pas bien », a constaté le chef de l’Etat. Ainsi, « 15% des élèves sortent de notre école primaire en grande difficulté », soit « 100.000 enfants par an ». Il s’est donc donné pour objectif de « diviser par trois » d’ici la fin de son quinquennat « le taux d’échec scolaire à  l’issue du CM2 ».

Dans le cadre de « la plus importante réforme de l’école primaire depuis des décennies », le temps scolaire connaîtra ainsi « une petite révolution », avec 24 heures de cours par semaine au lieu de 26. Et « au-delà  de ces 24 heures obligatoires pour tous les élèves, dès le mois de septembre prochain nous offrirons (…) deux heures de plus en petits groupes pour les enfants en difficulté », a-t-il expliqué. « Cela ne s’est jamais fait », a-t-il souligné.

Le chef de l’Etat a aussi présenté son « projet éducatif » pour l’école primaire. Car Nicolas Sarkozy entend se mêler des programmes scolaires. « Que voulons-nous enseigner à  nos enfants? (…) Ce n’est pas une affaire simplement de spécialistes (…) Les programmes scolaires sont un sujet de débat politique », a-t-il tranché, souhaitant « que nous revenions à  l’essentiel, aux fondamentaux de l’école ».

Il a donc plaidé pour des programmes de « quelques pages » consultables par les familles, « sans jargon » et « recentrés sur le français et sur les mathématiques ». « L’orthographe », « la grammaire »: « toutes ces disciplines seront remises à  l’honneur », a-t-il affirmé.

De même, « l’accent sera mis sur la mémorisation de connaissances et de compétences clairement identifiées ». Car « la mémoire, ça se travaille », « l’effort ça s’apprend », « la rigueur, ça se développe ».

De même, le chef de l’Etat entend réintroduire la « morale » à  l’école. Il a ainsi plaidé pour des cours d' »instruction civique et morale » à  l’école primaire, avec « l’apprentissage des règles de politesse, la connaissance et le respect des valeurs et des emblèmes de la République française: le drapeau tricolore -ce n’est pas faire du nationalisme que d’apprendre à  nos enfants à  respecter le drapeau tricolore-, Marianne, l’hymne national, à  l’écoute duquel nos enfants devront se lever », a-t-il précisé.

« L’affirmation des valeurs morales, l’énonciation de règles de comportements applicables à  tous, sont une absolue nécessité », a estimé le chef de l’Etat. Et « c’est dans ce cadre que s’inscrira l’initiation des enfants au drame de la Shoah en leur confiant la mémoire d’un des 11.000 enfants victimes de cette tragédie ».

Malgré la polémique qu’elle a suscitée, Nicolas Sarkozy a longuement défendu cette idée. « On fait un grand tumulte là -dessus », a-t-il constaté. Mais « à  un enfant on doit lui dire la vérité. On ne doit pas lui cacher la vérité ».

« Si vous ne leur parlez pas de ce drame-là , alors ne vous étonnez pas que ça se reproduise (…) Faites de nos enfants des enfants aux yeux ouverts, sans complaisance », a-t-il plaidé. « On ne traumatise pas les enfants en leur faisant ce cadeau de la mémoire d’un pays ».

Nicolas Sarkozy entend aussi appliquer sa culture du résultat à  l’école, avec le développement d’un système d’évaluation. « Deux évaluations nationales témoins seront créées » pour « mesurer chaque année les acquis des élèves au CE1 et au CM2 », a-t-il dit. Et « chaque famille recevra systématiquement non seulement les résultats de son enfant mais aussi de son école ».

L’évaluation des professeurs des écoles aura quant à  elle lieu « tous les deux ans » au lieu de quatre actuellement en moyenne. Et elle « s’attachera d’abord aux progrès des élèves et non au choix de telle ou telle méthode pédagogique, que je veux laisser à  l’appréciation de l’enseignant », a précisé Nicolas Sarkozy. Il a balayé les « débats sans fin sur les mérites autoproclamés de telle ou telle méthode » d’apprentissage de la lecture, globale ou syllabique.


Publié le 16 février, 2008 dans Education.

Laissez un commentaire