Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Plan banlieue: sortir 100.000 jeunes du chômage, sans un sou de l’Etat

Sans un sou de l’Etat

© Claudine RENAUD AFP

PARIS (AFP) – En réponse au chômage des banlieues, Nicolas Sarkozy a appelé vendredi la mobilisation des entreprises et des jeunes pour en accompagner « plus de 100.000 » vers l’emploi en trois ans, mais sans annoncer un sou de plus aux structures publiques qui s’en occupent au quotidien.

En dépit d’efforts de l’ANPE et d’initiatives lancées après les émeutes de l’automne 2005, le taux de chômage reste dans les quartiers populaires le double de la moyenne: autour de 22%.

Chez les jeunes, il atteint même 40%, un niveau digne d’un pays en développement, en raison du poids des préjugés, du manque de qualifications ou de relations, des difficultés de transport ou d’emplois trop peu rémunérateurs pour être incitatifs.

Une grande partie des moins de 25 ans ne s’inscrit même pas à  l’ANPE.

Face au malaise, le chef de l’Etat n’a pas repris à  son compte la promesse de sa secrétaire d’Etat à  la Ville Fadela Amara de tout faire pour diviser par deux le chômage des jeunes des quartiers dans les trois ans.

Il a annoncé plusieurs mesures, dont une seule – de 500 millions d’euros – financée par la solidarité nationale, pour améliorer les transports en commun dans les quartiers « dont l’isolement, a-t-il rappelé, est un obstacle à  l’emploi ».

Pour le reste, le chef de l’Etat en a appelé aux entreprises, « pour qu’elles redonnent un espoir à  cette partie de la jeunesse qui se sent le plus abandonnée ».

Il a par avance remercié la centaine de chefs d’entreprise qui « dans les jours qui viennent vont signer un engagement à  recruter plusieurs milliers de jeunes issus des quartiers en difficultés ».

Il a annoncé un nouveau programme d’accompagnement des jeunes, confié aux « entreprises spécialisées dans l’insertion professionnelle », à  savoir l’intérim, pour offrir aux jeunes « un véritable contrat d’autonomie ».

Ce contrat, dont la CFDT a demandé « à  voir préciser le financement », prendra la forme d’un « soutien intensif et personnalisé », de « quelques semaines ou quelques mois ».

« Les jeunes qui en ont besoin pourront apprendre les codes nécessaires à  l’insertion dans l’entreprise », « ils pourront compléter leur formation », selon M. Sarkozy.

Parallèlement, les « professionnels de la création d’entreprise » devront aider les jeunes à  monter leur société, a dit le chef de l’Etat.

La présidente de l’association des directeurs de Missions locales, Annie Jeanne, a jugé « forcément une bonne chose » cet « appel à  la mobilisation générale ».

« Par contre, il y a une vraie interrogation sur la formation. Les moyens financiers n’ont pas été annoncés », a-t-elle jugé. « Embarquer les entreprises d’intérim sur le terrain de l’accompagnement des jeunes, c’est un vrai choix politique, car soit on renforce les services publics existants, soit on s’adresse au privé, j’espère au moins qu’il y aura une bonne articulation ».

« Il y a un élan mais je trouve qu’il n’y a pas de plan… Dire qu’+on va essayer de mobiliser+, c’est dire à  la télé ce qui est notre travail quotidien », ajoute-t-elle.

Pas un sou de plus n’a été annoncé pour l’Afpa, l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes, organisme de service public offrant des formations qualifiantes aux personnes les plus démunies scolairement.

Pas d’argent non plus pour les Missions locales, qui accueillent un million de jeunes par an, avec un budget de 253 millions d’euros.


Publié le 8 février, 2008 dans Actualité.

Laissez un commentaire