Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un tiers des primates menacés d’extinction, selon un rapport

Un tiers des primates menacés d’extinction, selon un rapport

© AP, Par Michael Casey – Vendredi 26 octobre

gorille

BANGKOK – Près d’un tiers des gorilles, singes et autres primates sont menacés d’extinction en raison de la destruction de leur habitat tropical, du commerce de leur viande et du braconnage, avertit un rapport publié vendredi par la Société internationale de primatologie et l’Union mondiale pour la nature (UICN).

Le rapport évoque la situation des 25 primates les plus menacés dans le monde, comme le colobe rouge de Miss Waldron de Côte d’Ivoire et du Ghana, le langur à  tête dorée du Vietnam et le gibbon de Hainan en Chine, dont il ne reste plus que 17 individus.

« On pourrait faire tenir tous les membres survivants des 25 espèces dans un stade de football », souligne Russell Mittermeier, président de Conservation International et d’un groupe d’experts sur les primates de l’UICN. « La situation est pire en Asie, où la destruction de la forêt tropicale, la chasse et le commerce des singes met en grand danger de nombreuses espèces. »

Au total, 114 des 394 espèces de primates dans le monde sont considérées comme menacées d’extinction par l’UICN. Sur les 25 plus menacées, 11 sont originaires d’Asie, sept d’Afrique, quatre de Madagascar et trois d’Amérique du Sud et centrale. La liste comprend des espèces bien connues comme l’orang-outang de Sumatra et le gorille de Cross River du Cameroun et du Nigeria et d’autres qui le sont moins comme le grand hapalémur, un lémurien du Madagascar.

singe indien

Six espèces figurent dans le rapport pour la première fois, dont un tarsier d’Indonésie récemment découvert qui n’a pas encore été officiellement baptisé et le Kipunji de Tanzanie, dont l’existence a été révélée en 2003.

« Certaines des nouvelles espèces découvertes sont menacées (…) car elles vivent dans des zones restreintes », explique M. Mittermeier. « Si vous trouvez une nouvelle espèce qui vit dans une zone fortement touchée par la destruction de l’environnement et la chasse, vous ne pouvez que reconnaître qu’elle est en danger. »

La déforestation dans les régions tropicales reste le principal facteur du déclin des primates, constate l’étude. Le changement climatique modifie également les habitats de nombreuses espèces, exposant celles qui vivent dans un espace restreint à  un risque d’extinction plus grand.

La chasse de subsistance et à  des fins commerciales constitue une autre menace pour les singes, notamment en Afrique et en Asie, tout comme la capture de primates vivants pour le marché des animaux de compagnie, observe le rapport.

Quatre espèces du Vietnam figurant sur la liste des 25 plus menacées ont été « décimées » par la chasse, souligne Barney Long, biologiste pour le Programme du Grand Mékong du Fonds mondial pour la nature (WWF). « Elles sont proches de l’extinction », explique-t-il.

Mais le tableau dressé par le rapport n’est pas entièrement sombre. Par rapport au précédent rapport de 2004, neuf primates ont été retirés de la liste grâce aux efforts accrus déployés pour sauver leurs populations. Parmi eux, figurent le gorille d’Afrique de l’Est (gorilla beringei), le tamarin lion à  tête noire et un capucin du Brésil, et le sifaka de Perrier du Madagascar.

« Si vous investissez dans une espèce correctement et prenez les mesures de préservation nécessaires, vous pouvez réduire le risque d’extinction », souligne M. Mittermeier. « Si nous avions les ressources, nous pourrions retirer chacune des espèces de la liste au cours des cinq à  dix ans à  venir. » AP


Publicité
Publié le 26 octobre, 2007 dans Réchauffement de la Planète.

Laissez un commentaire