Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Au « Grenelle », Nicolas Sarkozy fait sa « révolution verte »

Au « Grenelle », Nicolas Sarkozy fait sa « révolution verte »

© Reuters, Elizabeth Pineau – Jeudi 25 octobre

sarkozy borloo

PARIS (Reuters) – Fiscalité écologique, énergies renouvelables, suspension des OGMNicolas Sarkozy a confirmé jeudi les conclusions du « Grenelle de l’environnement » en vue d’une « révolution » verte dont la France serait la meneuse.

Un « New Deal écologique » qui sera conditionné à  son financement, à  l’enthousiasme des citoyens et de leurs élus. Du Parlement aussi, qui sera invité à  adopter la loi-cadre résumant l’ensemble du plan au premier trimestre 2008.

« La France n’est pas en retard, mais désormais elle veut être en avance et elle veut être exemplaire », a déclaré le chef de l’Etat devant 500 invités réunis dans la salle des fêtes de l’Elysée.

Un auditoire à  l’image de l’importance que le chef de l’Etat souhaitait donner à  l’évènement. On y reconnaissait une bonne partie du gouvernement, les présidents des deux assemblées, les représentants des partenaires sociaux, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso, et deux prix Nobel de la paix: l’Américain Al Gore et la Kényanne Wangari Maathaï.

Présents aussi, les 80 acteurs du « Grenelle de l’environnement », qui a duré quatre mois et s’est achevé par deux journées de négociations-marathon autour du ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo.

Nicolas Sarkozy a donné son feu vert à  la plupart de leurs suggestions : construction de 2.000 km de lignes à  grande vitesse d’ici 2020, réduction de la consommation d’énergie dans les bâtiments, « éco-vignette », taxe pour les poids lourds, un repas « bio » par semaine dans les cantines publiques. (VOILA COMMENT SARKOZY ESPERE SAUVER LA PLANETE?!)

Le chef de l’Etat a aussi donné satisfaction à  l’une des principales revendications des associations : la mise en place d’un « impôt vert » selon le principe d’un transfert de la fiscalité du travail sur la fiscalité écologique.

« Je veux poser la question du prix du carbone », a dit le président.

« POINT DE DEPART »

« Il n’est pas normal qu’un produit qui traverse le monde coùte moins cher qu’un produit local parce que le prix de son transport et de sa production n’intègre pas ses émissions de gaz à  effet de serre », a-t-il ajouté, sans donner beaucoup plus de détails.

Nicolas Sarkozy a aussi envisagé une baisse de la TVA sur les produits écologiques, une décision qui dépendra du feu vert de Bruxelles.

Sur les organismes génétiquement modifiés, il s’est prononcé pour la suspension de la culture commerciale des OGM pesticides, tout en refusant de condamner les « OGM d’avenir ».

Au chapitre énergétique, Nicolas Sarkozy a fixé comme but de dépasser l’objectif européen de porter à  20% la part des énergies renouvelables dans la consommation d’ici 2020, tout en restant fidèle au nucléaire.

« Même si je ne veux pas créer de nouveaux sites nucléaires, je sais que nous ne devons pas renoncer à  cette énergie », a dit le président, mettant un bémol à  ses discours passés à  ce sujet.

Au-delà  de ces mesures, c’est un changement d’état d’esprit que le chef de l’Etat a appelé de ses voeux. « Désormais, toutes les décisions publiques seront arbitrées en intégrant leur coùt pour le climat, leur « coùt en carbone », a-t-il dit. « Un projet dont le coùt environnemental est trop lourd sera refusé ».

Les organisations non gouvernementales ont en général salué cette « rupture », un « changement de stratégie » tout en regardant vers l’avenir.

« On a fait en quelques mois ce qu’on n’a pas fait en une dizaine d’années », a dit à  Reuters l’animateur Nicolas Hulot, qui a donné « 18 sur 20 » au président pour le lancement de la « taxe carbone ».

« On est dans un point de départ. Il était important d’avoir une feuille de route ambitieuse, nous l’avons », a dit Sébastien Genest, le président de France Nature environnement.

Quant à  Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, il estime que les agriculteurs « premiers écologistes de France », peuvent « partager les mêmes ambitions qu’un certain nombre d’organisations non gouvernementales ou politiques ».


Publié le 26 octobre, 2007 dans Réchauffement de la Planète.

Laissez un commentaire