Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

AIEA: l’Iran aurait besoin de trois à  huit ans pour se doter de la bombe nucléaire

L’Iran ne sera pas une menace dès demain, dit ElBaradeï

© Reuters – Lundi 22 octobre

mohamed elbaradei

PARIS (Reuters) – L’Iran aura encore besoin de trois à  huit ans pour se doter de l’arme nucléaire, si tant est que cela soit son objectif, estime Mohamed ElBaradeï.

« Je ne peux pas juger des intentions, mais à  supposer que l’Iran ait l’intention de se doter de la bombe nucléaire, il lui faudrait encore entre trois et huit années pour y arriver », dit le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), dans un entretien au journal Le Monde publié lundi.

« Tous les services de renseignement s’accordent là -dessus », ajoute le chef de l’agence basée à  Vienne.

« Je veux détourner les gens de l’idée que l’Iran sera une menace dès demain, et que nous nous trouvons maintenant devant la question de savoir s’il faut bombarder l’Iran ou le laisser avoir la bombe », ajoute le prix Nobel de la paix 2005.

« Nous ne sommes pas du tout dans cette situation », note Mohamed ElBaradeï, qui cite l’Irak « comme exemple criant du fait que (…) l’usage de la force exacerbe le problème au lieu de le résoudre ».

Il rappelle qu’il doit présenter avant la fin du mois de novembre un rapport sur la coopération entre l’Iran et l’AIEA, afin de déterminer si Téhéran agit ou non « de bonne foi ».

« C’est un test décisif pour l’Iran. S’ils ratent cette opportunité – et je le leur ai dit – alors la communauté internationale dira : nous avons raison de ne pas faire confiance à  l’Iran », explique-t-il, n’excluant pas que le délai fixé soit reporté à  décembre.

Le vice-président américain, Dick Cheney, a dit dimanche que les Etats-Unis ne laisseront pas l’Iran se doter de l’arme nucléaire et que Téhéran s’exposerait « à  de graves conséquences » s’il ne respectait pas cet avertissement.

El-Baradeï: l’Iran aurait besoin de trois à  huit ans pour se doter de la bombe nucléaire

© AP – Lundi 22 octobre

PARIS – Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Mohamed el-Baradeï, estime dans un entretien au « Monde » daté de mardi que, « à  supposer que l’Iran ait l’intention de se doter de la bombe nucléaire, il lui faudra encore entre trois et huit années pour y arriver ».

Le chef de l’agence onusienne veut « détourner les gens de l’idée que l’Iran sera une menace dès demain, et que nous nous trouvons maintenant devant la question de savoir s’il faut bombarder l’Iran ou le laisser avoir la bombe ». « Nous ne sommes pas du tout dans cette situation », affirme-t-il.

« Certains ont tendance à  parler un peu vite de l’usage de la force, en brandissant cette idée de ‘guerre juste’ ou de ‘guerre préventive' », critique M. El-Baradeï, alors que plusieurs pays, dont les Etats-Unis et la France, durcissent le ton à  l’égard de Téhéran. Pour le prix Nobel de la paix, « nous avons encore beaucoup de temps pour utiliser tous les outils de la diplomatie ».

En ce qui concerne le rapport sur la coopération de l’Iran avec l’AIEA au sujet de son programme nucléaire, que Mohamed el-Baradeï doit normalement rendre avant la fin du mois de novembre, il prévient que clarifier la situation « nécessitera un certain temps, car il s’agit d’avoir accès à  des personnes, à  des documents, à  des installations ». L’élaboration du rapport pourrait donc « durer jusqu’en décembre ».

« C’est un test décisif pour l’Iran », souligne le chef de l’AIEA, « c’est une phase cruciale ». Et de répondre à  ceux qui reprochent à  l’AIEA de prendre du temps: « Nous ne sommes pas naïfs. Nous ne pensons pas que nous donnons la possibilité à  l’Iran de faire traîner les choses. »


Publié le 23 octobre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire