Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

G7 des Finances à  Washington

G7 finances: la croissance mondiale « forte » mais menacée par le pétrole et l’immobilier US

© AFP – Samedi 20 octobre

g7 finance

WASHINGTON (AFP) – La « croissance mondiale reste forte » mais « les turbulences sur les marchés financiers, les prix élevés du pétrole et la faiblesse du marché immobilier américain » vont probablement peser sur elle, ont estimé vendredi les grands argentiers des sept pays les plus industrialisés.

Dans leur communiqué commun, les ministres des Finances et les gouverneurs de Banques centrales du G7 ont également appelé la Chine à  assouplir son taux de change pour faire remonter sa monnaie, le yuan, et ralentir ainsi l’augmentation de son excédent commercial et lutter contre l’inflation dans son économie.

Le G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) n’a toutefois pas fait allusion dans son communiqué à  l’envolée de l’euro face au dollar ni au faible cours du yen, la monnaie japonaise.

« Nous réaffirmons que les taux de change doivent refléter les fondamentaux économiques. Une trop grande volatilité et des mouvements désordonnés dans les taux de change sont indésirables pour la croissance économique », se sont-ils bornés à  indiquer.

« Nous nous félicitons de la décision de la Chine d’accroître la flexibilité de sa devise mais au vu de l’augmentation de son excédent de sa balance des paiements courants et de son inflation intérieure, nous soulignons qu’elle doit permettre une appréciation accélérée de son taux de change réél », a souligné le G7.

Concernant la crise financière qui a frappé les marchés financiers occidentaux pendant l’été, le G7 a estimé que « le fonctionnement des marchés financiers s’améliore ».

« De solides fondamentaux mondiaux et des institutions financières fortement capitalisées fournissent une base solide et résistante mais un environnement des instable risque de perdurer pour un certain temps et demandera une surveillance étroite », ont-ils souligné.

Le G7 va demander à  la Chine de faire un effort sur les changes

© Reuters, Par Gernot Heller – Samedi 20 octobre

WASHINGTON (Reuters) – Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G7 vont appeler la Chine à  laisser s’apprécier le yuan plus rapidement, selon le projet de communiqué final obtenu par Reuters.

Le communiqué, dont la version définitive sera publiée dans la soirée, ne mentionne ni l’euro, ni le dollar, ni le yen. Cela a été interprété par les marchés comme l’anticipation d’une nouvelle glissade du billet vert.

Certains pays européens, qui craignent les conséquences de l’appréciation de l’euro pour leurs exportations, auraient souhaité que la déclaration du G7 soit plus prolixe sur la faiblesse de la devise américaine.

Les ministres de ces pays, qui étaient arrivés avec plusieurs idées bien arrêtées sur ce chapitre, se sont finalement mis d’accord pour prendre le problème du côté chinois.

« Nous saluons la décision de la Chine d’accroître la souplesse de sa devise, mais compte-tenu de l’accroissement de l’excédent de ses comptes courants et de son inflation, nous insistons sur la nécessité qu’elle autorise une appréciation accélérée de son taux de change effectif », peut-on lire dans le projet de communiqué.

La devise chinoise s’est appréciée de 8% face au dollar depuis sa réévaluation officielle par le gouvernement chinois en juillet 2005, mais, selon certains experts, le yuan serait toujours sous-évalué de 20% à  25%.

Sur les marchés financiers, le dollar est tombé vendredi à  un plancher sans précédent face à  un panier de devises après les premières fuites relatives au communiqué du G7. L’indice dollar, qui évalue la devise américaine face à  un panier de grandes monnaies, a touché 77,0396.

« APPRÉCIATION ACCÉLÉRÉE »

Le dollar est aussi tombé à  114,77 yens, son plus bas de trois semaines face à  la devise japonaise. Quant à  l’euro, il se négociait au-dessus de 1,43 dollar, proche de son record historique de 1,4319 dollar touché vendredi matin en Europe.

Mis à  part la nouvelle expression « appréciation accélérée » relative au yuan, qui constitue un net durcissement de ton par rapport aux précédents communiqués du G7, le reste de la phraséologie sur les changes ne varie pour ainsi dire pas.

Les sept pays les plus riches réaffirment que les taux de changent doivent refléter les éléments fondamentaux de l’économie et qu’une volatilité excessive des marchés des changes et des fluctuations désordonnées des devises ne sont pas des éléments favorables à  la croissance économique.

Les membres du G7 promettent de continuer « à  surveiller de près » les taux de change et à  coopérer si nécessaire.

Le G7 note aussi que les perspectives économiques mondiales se sont assombries depuis sa précédente réunion en 2007, notamment en raison de la poursuite de la hausse des cours du pétrole et des perturbations financières nées du marché du crédit.

Mais malgré cela, les fondamentaux économiques continuent à  être bons tandis que les marchés émergents sont salués pour fournir une « impulsion » bienvenue à  l’économie mondiale.

Le G7 demande aussi au Forum pour la stabilité financière (FSF), créé en février 1999 pour promouvoir la stabilité financière au niveau international, une analyse de ce qui s’est passé sur les marchés financiers après la crise du crédit immobilier à  risque aux Etats-Unis et de remettre des propositions sur la liquidité et la gestion des risques.

Le FSF fera son rapport au G7 l’an prochain.

Les ministres des Finances s’engagent aussi à  lutter contre le protectionnisme et appellent de leurs voeux un succès du cycle de négociation de Doha sur la libéralisation des échanges commerciaux internationaux.


Publié le 20 octobre, 2007 dans Canada, La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire