Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Nouveaux records du pétrole, à  plus de 88 dollars à  New York

Nouveaux records du pétrole, à  plus de 88 dollars à  New York

© AFP – Mardi 16 octobre

pompe a essence

NEW YORK (AFP) – Les prix du pétrole ont dépassé mardi pour la première fois de leur histoire les 88 dollars à  New York et les 84 dollars à  Londres, le risque d’une éventuelle offensive turque à  la frontière irakienne s’ajoutant aux craintes sur les approvisionnements cet hiver.

Le prix d’un baril de « light sweet crude » pour livraison en novembre a grimpé mardi jusqu’au prix jamais vu de 88,20 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Dans le même temps, le Brent de la mer du Nord pour la même échéance a également amélioré son record historique, en atteignant 84,49 dollars le baril.

Le baril de « light sweet crude » a terminé mardi la séance à  New York en hausse de 1,48 dollar à  87,61 dollars, un record de clôture, tandis qu’à  Londres, le baril de Brent de la mer du Nord a clôturé en hausse de 1,41 dollar à  84,16 dollars.

« Les derniers développements en Turquie ont retenu l’attention du marché et accentué la pression à  la hausse sur les prix », ont affirmé les analystes de la banque Barclays Capital.

La Turquie a évoqué le recours à  l’intervention militaire de l’autre côté de sa frontière avec l’Irak, afin de pourchasser sur leurs bases les rebelles kurdes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan.

Le Parlement turc discute actuellement d’une motion visant à  autoriser cette intervention dans le Nord de l’Irak, et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a appelé le gouvernement irakien et les Kurdes d’Irak à  agir contre le PKK pour éviter de subir les conséquences d’une incursion militaire.

Les analystes craignent qu’une telle intervention ne perturbe encore plus l’approvisionnement en brut de la région: le pétrole extrait dans le nord de l’Irak est acheminé hors du pays via un oléoduc aboutissant au terminal turc de Ceyhan, sur la Méditerranée.

Le transit par les oléoducs du Nord a longtemps été quasiment inexistant depuis 2003, date de l’invasion militaire américaine, en raison d’incessants sabotages mais les exportations via le nord du pays avaient récemment repris.

L’Irak exporte également son brut par le Golfe où la production des champs du sud du pays est acheminée via le terminal pétrolier de Bassorah.

Selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l’Irak a produit environ 2 millions de barils par jour au mois d’aoùt. Avant avril 2003, date de l’invasion militaire américaine, la production du pays était estimée à  2,8 millions de barils par jour.

Le marché, habitué à  l’instabilité en Irak, ne s’inquiète pas seulement des perturbations éventuelles de l’offre du pays, mais d’une éventuelle déstabilisation de la région, où les foyers de risque sont multiples.

Ce nouveau risque géopolitique intervient au moment où le marché est sur les dents en raison de l’état critique des stocks mondiaux avant l’hiver.

« Nous considérons que l’équilibre de plus en plus serré entre l’offre et la demande mondiale de pétrole est le facteur principal de l’escalade continue des prix », ont estimé les analystes de la banque Barclays Capital.

L’Opep ne partage pas cette analyse, comme elle l’a encore répété mardi. Le cartel observe avec « inquiétude » la récente escalade des prix, mais persiste à  penser que les fondamentaux du marché ne justifient pas les prix actuels, selon son secrétaire général, Abdallah El-Badri.

Le « marché est très bien approvisionné », a insisté l’Opep.

Une telle déclaration laisse penser que, malgré la flambée des cours, l’organisation n’envisage pas à  court terme de mettre davantage de pétrole sur le marché.

Alors que les craintes sur l’approvisionnement se multiplient, l’afflux d’argent spéculatif pourrait contribuer à  pousser les cours vers les 90 dollars le baril à  très court terme, estiment plusieurs analystes.


Publié le 17 octobre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire