Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La justice refuse de rouvrir l’enquête sur la mort de Robert Boulin

La justice refuse de rouvrir l’enquête sur la mort de Robert Boulin

© AFP, Par Matthieu RABECHAULT – Mardi 16 octobre

robert boulin

PARIS (AFP) – Le procureur général de Paris a refusé mardi de rouvrir l’enquête sur le décès de l’ancien ministre RPR du Travail Robert Boulin, retrouvé mort le 30 octobre 1979, suicidé selon la justice, « assassiné » selon sa fille, une des grandes affaires de la Ve République.

Le procureur général Laurent Le Mesle a reçu mardi Fabienne Boulin-Burgeat et son avocat, Me William Bourdon, pendant près d’une heure et justifié son refus de saisir la chambre de l’instruction de la demande de réouverture de l’information judiciaire « en l’absence de charges nouvelles au sens de la loi ».

« Les points qualifiés de nouveaux (…) soit ne le sont pas, soit ne constituent pas des charges mais de simples éléments d’ambiance insusceptibles d’apporter ne serait-ce qu’un commencement de réponse à  la question posée, soit enfin n’ont pas été avérés par l’enquête », a précisé le parquet général dans un communiqué.

Cette décision, qui n’est pas susceptible de recours, met un terme sur le plan judiciaire à  l’une des grandes affaires politico-judiciaire de la Ve République. Si aucun nouvel acte de procédure n’est déposé d’ici là , le dossier sera prescrit en 2017.

A la sortie de son entretien avec M. Le Mesle, Fabienne Boulin-Burgeat s’est déclarée « pas surprise mais déçue ».

« C’est une bataille rude car la France a toujours eu du mal à  assumer ses turpitudes », a-t-elle affirmé devant la presse. « J’attendrai peut-être que les procureurs passent mais la vérité est inéluctable ».

La fille de Robert Boulin avait demandé en avril la réouverture de l’enquête sur la base d’auditions d’une trentaine de témoins dans le cadre d’une enquête du parquet entre 2002 et 2006 et de témoignages recueillis dans un livre d’enquête paru au printemps laissant penser que Robert Boulin a été assassiné. Parmi ces témoignages, certains, inédits, affirment que des responsables politiques ont été informés de sa mort « plus de six heures avant la découverte officielle du cadavre par les gendarmes » vers 08H40 le 30 octobre.

Le Premier ministre de l’époque, Raymond Barre, a ainsi appris le décès à  03H00.

Le cadavre de Robert Boulin, 59 ans, a été retrouvé le 30 octobre 1979 dans 50 cm d’eau d’un étang, près de la forêt de Rambouillet. La police avait conclu un mois plus tard à  un suicide par noyade après absorption d’un somnifère.

Une plainte contre X pour homicide volontaire, déposée en juin 1983 par la famille Boulin s’était soldée le 20 septembre 1991 par un non-lieu prononcé par la quatrième juge chargée du dossier, Laurence Vichnievsky puis par le rejet de l’appel et du pourvoi en cassation formulé par la famille.

Selon la version officielle, Robert Boulin aurait mis fin à  ses jours pour échapper au déshonneur après sa mise en cause dans une affaire d’escroquerie liée à  l’achat d’un terrain à  Ramatuelle (Var).

Mais pour la famille, il pourrait avoir été victime de rivalités au sein de la famille gaulliste à  l’approche de l’élection présidentielle de 1981.

Pour Me Bourdon, le refus de rouvrir l’information « n’est pas compréhensible car les éléments forts que nous apportons font exploser la thèse officielle ». Mais « c’est compréhensible parce que rouvrir l’affaire Boulin c’est ouvrir une boîte de Pandore », a-t-il estimé, évoquant sans plus de précisions les « responsables mafieux et politiques » de la mort de Robert Boulin.

« Il eut fallu une justice idéale, une justice exceptionnelle pour que l’on tire les conséquences des faits nouveaux très puissants que nous avons apportés », a-t-il ajouté.


Publié le 17 octobre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire