Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La Chine est méga vexée / irritée !!

Nucléaire iranien: une réunion du groupe des Six à  Berlin annulée après le retrait de la Chine

© AP – Mardi 16 octobre

BERLIN – Une réunion du groupe des Six sur le nucléaire iranien qui devait avoir lieu mercredi à  Berlin a été annulée à  cause de la Chine, qui a fait savoir lundi qu’elle ne viendrait pas pour protester contre les honneurs faits au Dalaï Lama aux Etats-Unis, a-t-on appris mardi de source diplomatique européenne.

La Chine a refusé de participer à  la réunion de Berlin mercredi, alors que le même jour le chef spirituel tibétain doit recevoir une distinction au Congrès américain en présence du président américain George W. Bush, selon un responsable du Département d’Etat américain.

L’ambassade de Chine à  Washington a simplement expliqué que la date de la réunion de Berlin ne « convenait pas » à  la délégation chinoise.

Le groupe des Six est constitué des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine, Russie) et l’Allemagne qui tentent de convaincre l’Iran de renoncer à  ses activités nucléaires sensibles.

Bush maintient ses rencontres avec le dalaï lama malgré la colère chinoise

© AFP, Par Laurent LOZANO – Mardi 16 octobre

WASHINGTON (AFP) – Le président George W. Bush a reçu le dalaï lama mardi et apparaîtra pour la première fois en public à  ses côtés mercredi, passant outre aux vives protestations de la Chine pour qui les Etats-Unis renforcent un indépendantiste en exil.

« Je voulais exprimer ma gratitude au président Bush, il a vraiment pris au sérieux la situation » au Tibet, a dit le leader tibétain après la rencontre, selon des déclarations rapportées par ses collaborateurs.

« Nous avons développé une amitié étroite », a-t-il dit.

Ces propos ainsi que la rencontre risquaient d’irriter considérablement la Chine, malgré les efforts déployés par la Maison Blanche pour ne pas crisper encore davantage la Chine.

Le président Hu Jintao a été informé par M. Bush de ses intentions il y a plus d’un mois et l’entretien a eu lieu dans les appartements privés de M. Bush. Aucune photo, quasiment aucun détail sur les conversations, sinon qu’elles ont duré environ 30 minutes dans la pièce ovale jaune de la résidence, n’ont été rendus publics.

C’est mercredi cependant que l’exaspération chinoise menaçait d’être à  son comble. M. Bush deviendra alors le premier président américain à  apparaître en public au côté du dalaï lama. Cette première aura lieu dans tout le décorum de la république américaine, sous la coupole majestueuse du Parlement, quand sera remise au leader tibétain la Médaille d’or, plus haute distinction civile du Congrès.

La Chine a exprimé son « profond mécontentement » et a demandé l’annulation de ces rendez-vous. Ils risquent de « saper gravement » les relations bilatérales, a-t-elle dit. Ils constituent une « grave violation des principes des relations internationales » et une « ingérence dans les affaires intérieures chinoises », a dit le ministre des Affaires étrangères, Yang Jiechi.

La Maison Blanche a dit « comprendre les inquiétudes des Chinois ».

Elle a cependant réfuté s’immiscer dans les affaires de la Chine.

« Le président croit que les gens du monde entier doivent pouvoir (…) pratiquer leur religion en liberté. C’est pour cela que le président veut le rencontrer. Il croit qu’on doit l’honorer en tant que grand leader spirituel », a dit la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.

Les Etats-Unis ne soutiennent pas pour autant l’indépendance du Tibet, a-t-elle dit.

La Chine craint que les Etats-Unis ne renforcent la stature internationale du dalaï lama, prix Nobel de la paix, qui personnifie à  l’étranger l’opposition au régime communiste.

Le dalaï lama disposera d’une tribune exceptionnelle quand il prendra la parole mercredi. La Médaille d’or du Congrès le place au panthéon parlementaire à  côté de Martin Luther King ou de Nelson Mandela.

M. Bush lui-même devrait s’exprimer à  cette occasion.

Et c’est lui qui remettra la Médaille d’or au dalaï lama, a indiqué Drew Hammill, un porte-parole de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

La Chine considère le Tibet comme une partie inaliénable du pays et s’inquiète de ce qui pourrait aider les menées séparatistes qu’elle prête au dalaï lama. Ce dernier, qui a fui le « toit du monde » après l’échec d’un soulèvement contre l’autorité chinoise en 1959 et qui vit en Inde, assure ne vouloir qu’une forme d’autonomie.

Selon des diplomates, l’agacement chinois a provoqué le report d’une réunion internationale sur la crise nucléaire iranienne prévue mercredi à  Berlin.

La Maison Blanche s’est employée à  limiter les dégâts, tâchant de concilier les grands principes et les intérêts diplomatiques à  un moment où les Etats-Unis sont tributaires de leur partenaire chinois dans maintes affaires internationales.

Mme Perino a admis que l’attention prêtée par la Maison Blanche à  « ne pas mettre de l’huile sur le feu » risquait de ne pas suffire à  apaiser la Chine. Mais elle s’est dite confiante que les Etats-Unis et la Chine garderaient de « vraiment bonnes relations ».

Crise entre Pékin et Washington à  l’occasion de la visite du dalaï lama aux Etats-Unis

© AFP – Mardi 16 octobre

dalai lama

PEKIN (AFP) – Le dalaï lama est au centre d’une nouvelle tension entre la Chine et les Etats-Unis, alors que le bras de fer continue entre Pékin et Berlin au sujet du chef spirituel tibétain dont la popularité en Occident irrite le régime communiste.

La Chine a demandé mardi aux Etats-Unis d’annuler tous les honneurs prévus cette semaine à  Washington pour le dalaï lama, mettant en garde contre une dégradation des relations bilatérales.

« Nous exprimons notre profond mécontentement et notre ferme opposition. Nous appelons les Etats-Unis à  annuler ces activités », a déclaré le chef de la diplomatie chinoise, Yang Jiechi.

Le président américain George W. Bush doit rencontrer mardi, lors d’une réunion privée à  la Maison Blanche, le prix Nobel de la paix 1989. Le lendemain, M. Bush doit également assister à  la remise au chef spirituel tibétain de la Médaille d’or du Congrès.

M. Yang, fin connaisseur des Etats-Unis, où il a été ambassadeur entre 2001 et 2005, a indiqué que son pays avait déjà  protesté à  plusieurs reprises auprès de Washington, estimant que ces cérémonies étaient une « grave violation des principes des relations internationales, heurtant les sentiments des Chinois, et constituaient une ingérence dans les affaires intérieures chinoises ».

Quelques heures auparavant, lors d’un point presse régulier, le porte-parole du ministère Liu Jianchao avait estimé que la rencontre entre M. Bush et le dalaï lama allait « saper gravement » les relations bilatérales entre les deux principaux pays de la planète.

La Chine avait déjà  exprimé son courroux quand la chancelière allemande Angela Merkel avait reçu en septembre le dalaï lama, une initiative également préjudiciable aux relations entre Berlin et Pékin, selon elle.

L’Allemagne a regretté lundi l’annulation par Pékin d’une deuxième rencontre sino-allemande sur les droits de l’Homme, prévue à  Pékin en décembre.

Selon des diplomates, une réunion internationale sur le programme nucléaire iranien, prévue mercredi à  Berlin, a été reportée sine die, en raison du mécontentement de la Chine envers Washington.

Le porte-parole chinois Liu Jianchao a nié cette version, affirmant que l’annulation était due à  des « raisons techniques ».

Le sujet des honneurs prévues pour le dalaï lama aux Etats-Unis a également occupé une bonne partie d’une rencontre mardi entre la presse étrangère et des représentants de la région du Tibet au 17e congrès du Parti communiste à  Pékin.

Les délégués ont dénoncé la trahison du dalaï lama, mettant en exergue les progrès réalisés par le Tibet sous la férule du Parti.

« Le dalaï lama a trahi et a fui sa patrie (…) depuis, il n’a jamais cessé de mener des activités pour l’indépendance », a lancé Zhang Qingli, secrétaire du Parti communiste au Tibet.

« Comment une personne qui n’aime pas son propre pays, et cherche même à  le diviser, peut-elle être accueillie chaleureusement dans d’autres pays et recevoir des récompenses? », a ajouté le dirigeant chinois au Tibet.

Lundi, à  l’ouverture du congrès, le panchen lama choisi par la Chine, 17 ans, avait assisté comme « invité spécial » au discours du numéro un Hu Jintao.

Rarement vu en public, le deuxième dignitaire du bouddhiste tibétain a été désigné en 1995 par Pékin pour remplacer le panchen lama nommé par le dalaï lama, qui n’a plus été vu depuis en public.

La Chine affirme avoir libéré le Tibet d’une oppression féodale en l’occupant en 1949. Elle y a établi une région autonome en 1965.

Le 14e dalaï lama, Tenzin Gyatso, 72 ans, a fui après l’échec d’un soulèvement contre l’autorité chinoise en 1959. La Chine le considère comme un séparatiste en exil, ce dont il se défend.


Publié le 17 octobre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire