Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Poutine en Iran en quête d’une solution sur le dossier nucléaire

Poutine en Iran en quête d’une solution sur le dossier nucléaire

© Reuters, Par Oleg Chtchedrov – Lundi 15 octobre

poutine larmes aux yeux

MOSCOU (Reuters) – Le président russe Vladimir Poutine est attendu mardi en Iran où il plaidera pour une issue négociée à  la crise qui oppose les pays occidentaux à  Téhéran sur le dossier du nucléaire.

Vladimir Poutine avait confirmé lundi dans la journée le maintien de son déplacement dans la république islamique en dépit des menaces d’attentat contre sa personne.

Le président russe, qui était attendu lundi soir à  Téhéran, arrivera finalement mardi matin, à  la tête d’une délégation, en provenance d’Allemagne, précise un communiqué des services de Mahmoud Ahmadinejad.

Soupçonnant l’Iran de vouloir se doter de la bombe atomique, malgré les dénégations de Téhéran, l’Occident fait campagne au Conseil de sécurité de l’Onu pour lui imposer de nouvelles sanctions s’il ne suspend pas ses activités nucléaires sensibles.

Premier chef du Kremlin à  se rendre en Iran depuis Joseph Staline en 1943, Poutine y participera à  un sommet des Etats riverains de la mer Caspienne mais la question du nucléaire devrait dominer son séjour.

La Russie, qui a un droit de veto au Conseil de sécurité, a approuvé les deux premières batteries de sanctions décrétées par le Conseil de sécurité à  l’encontre de l’Iran pour l’inciter à  coopérer pleinement avec l’AIEA.

Mais elle s’oppose à  de nouvelles mesures tant que l’Agence internationale pour l’énergie atomique ne se plaindra pas d’un défaut de coopération de l’Iran ou n’apportera pas la preuve que son programme vise des fins militaires.

« POURSUIVRE SUR LA VOIE DIPLOMATIQUE »

« Rien ne nous permet d’affirmer que l’Iran cherche à  se doter d’armes nucléaires », a jugé mercredi Poutine, en présence du président français Nicolas Sarkozy, tout en assurant partager l’avis occidental que « les programmes de l’Iran doivent être transparents ».

Le président russe insistera auprès de son homologue Mahmoud Ahmadinejad pour que Téhéran prouve sa bonne foi aux inspecteurs de l’AIEA, a fait savoir le Kremlin, tout en ajoutant que sa visite visait à  souligner « l’importance de poursuivre sur la voie diplomatique ».

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a mis en garde vendredi les pays occidentaux contre la tentation de contourner le Conseil de sécurité pour imposer des sanctions à  l’Iran et a rappelé la nécessité de continuer à  négocier avec celui-ci dans le cadre du groupe des six.

Celui-ci, qui négocie depuis près de deux ans avec le régime de Téhéran la suspension de ses activités nucléaires sensibles, comprend, outre la Russie, les Etats-Unis, la Chine, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Parmi les raisons poussant le Kremlin à  jouer la modération figure la coopération existante entre la Russie et l’Iran pour la construction d’un réacteur nucléaire à  Bouchehr. Celle-ci est actuellement suspendue à  l’initiative de Moscou.

Selon certains analystes, Poutine envisagerait de proposer à  l’Iran de lui fournir le combustible nucléaire pour cette future centrale en échange de l’abandon, réclamé par l’Occident, de ses activités d’enrichissement d’uranium.


Publié le 16 octobre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire