Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Big Brother lit vos Blogs

Big Brother lit vos Blogs

Source: PrisonPlanet.com, parce que le monde est une planète prison., le 28 Février 2006,

big brother oeil

Ces jours-ci, les réseaux sociaux internet sont concernés sur comment protéger la vie privé des utilisateurs, non pas seulement des prédateurs et des artistes arnaqueurs, mais des employés curieux et des autorités de campus.

Une de ces personnes, Shannon Sullivan commençait à  être inquiète. Comme tous ses amis , elle passa la plupart de son temps à  chatter (tchatcher sur internet, chat), blogguer, et partager ses photos sur un site de réseaux sociaux, Myspace.com. Mais bientôt, la bizu collégienne de 14 ans a divulguée tellement d’information personnelle en ligne — depuis son adresse jusqu’à  son numéro de téléphone jusqu’à  sa date de naissance et les noms de ses amis — elle n’a plus sentit qu’elle pouvait surfer le web prudemment. Donc Sullivan a fait l’impensable: elle a suspendu son profile Myspace.

« Je me moi même mise dans des positions dangereuse », a dit l’adolescente du New Jersey, se rappelant la rafale de rapports d’actualités sur les prédateurs sexuels et les voleurs d’identité rôdant sur les sites de réseaux sociaux. Certains de ces amis partagent le même opinion, dit-elle. « Avec toutes ces histoires, ça effraye les gens. »

CAMOUFLAGE ET FICTIONS. Ce n’est pas seulement la perspective des prédateurs et escrocs qui ont les réseaux-sociaux alarmés. Des fonctionnaires d’Universités et des policiers de campus listent les blogs et les sites pour des astuces sur la consommation d’alcool en bas âge et autre mauvais comportement d’étudiant. Les entreprises investissent dans des logiciels de reconnaissance-de-texte depuis des vendeurs comme SAP et IBM afin de suivre les blogs des employés ou des candidats en recherche d’emplois.

En réponse, les utilisateurs de sites sociaux ont trouver une manière créative de s’évader de ce qu’ils considèrent des menaces pour la sécurité et la confidentialité. Sullivan, comme plein d’autres, optèrent pour un différent site. D’autres ont recours jusqu’à  fictionaliser ou déguiser leurs messages, et plusieurs se rapprochent des logiciels ciblés à  protéger la confidentialité.

Malgré les supports concernant la confidentialité, des sites populaires de réseaux-sociaux comme MySpace.com, Facebook.com, et Xanga.com comptent pour une portion grandissante de visites de l’Internet — à  peu près 4% en Janvier, nous dit le Consultant Internet Hitwise. C’est presque plus d’1% que l’année dernière. D’après le Pew Internet & American Life Project, 19% des adolescents de 12 à  17 ans ont des blogs, comparés avec 7% pour les gens qui ont plus de 27 ans.

APPAT ET CRAVACHE. Les modèles d’utilisation changent rapidement. Quelques exemples de nouveaux utilisateurs: Un professeur de lycée dans la Caroline du Nord a scanné les profiles de Facebook.com afin de déterminer quels étudiants il acceptera dans sa classe. La police du campus de l’Université de l’Etat de Penn utilisa Facebook, qui accepte seulement des messages de gens avec des adresses en .edu, afin d’identifier les étudiants qui se sont rués sur le terrain durant le match d’octobre Penn State vs. Ohio State University, durant laquelle deux policiers ont été blessés.

Les participants formèrent un groupe spécial de « Je me suis rué sur le terrain », complet avec des noms et des photos, a dit Tyrone Parham, l’assistant directeur de la police du campus. Parham et son équipe ont délivré des messages alertant plus de 50 personnes dans ce groupe. « Ils furent surpris — ils pensèrent que c’était un site internet privé, » il a dit. « Mais nous avons juste fait quelques clics, et il y avait les photos de tout le monde. »

Combattre le feu par le feu, certains étudiants ont cherché les sites pour l’évidence de policiers de campus recherchant sur le web en couverture ou avoir recours à  des subterfuges. A l’Université de George Washington, le sénior de communications-politique Kyle Stoneman et ses amis ont posé un appât aux policiers en ayant envoyé un innocent rassemblement appelé « Death Party » (Fête de Mort) sur Facebook.com. Après que la police arriva en appelant, le groupe changea le nom de la fête en « Love Party ». Promettant aux invités des accolades et des baisers pour s’être montré, a dit Stoneman.

PERDRE SON TRAVAIL A CAUSE D’UN SITE INTERNET. Les bloggueurs d’entreprises sont aussi en coopération avec une vigilance accru de leurs patrons. Se faire virer pour un message dans un blog est tellement courant que c’est maintenant caractérisé dans la langue anglaise par le mot « dooced ». Dooce.com, un blog gardé par une de ces personnes « dooced », a vu le trafic de son site doubler durant la dernière année, d’après le site de placement internet Alexa. Une personne qui demande à  ne pas être identifiée nous dit qu’elle remplit régulièrement ses messages avec de la fiction comme ça elle peut éviter de se faire identifier par son employeur.

Les utilisateurs les moins rebelles ont simplement recours à  l’utilisation de contrôles de la confidentialité fournit par des sites comme Facebook.com. Alors que des utilisateurs ont l’habilité d’implémenter des configurations en ligne afin de bloquer les administrateurs et employés de voir leurs messages pour les mois, « les gens ont commencé de le faire plus agressivement récemment, » a dit Chris Kelly, le chef officier de la confidentialité de Facebook.com. Kelly a été embauché pour cette nouvelle position.

Les entrepreneurs espèrent que le rebond encouragera les utilisateurs de quitter Facebook.com ou Myspace.com pour des nouveaux sites plus sur et privé. Un de ces sites est YFly.com, un site pour les adolescents qui a virtuellement ouvert ses portes le 3 Février. « Cela ne pouvait pas être mieux, car les parents cherchent un meilleur endroit pour laisse aller leurs enfants »

« RAPPORTER L’ADULTE. » Le site a un support depuis Tom Petters, dont la compagnie possède Polaroid, et un support de célébrité depuis personne d’autre que Nick Lachey, anciennement de la bande de garçon 98 Degrees et de Newlyweds TV Show. Le site fournit un bouton « report the creep » sur toutes les pages, qui peut-être utilisé pour rapporter un utilisateur qui apparait être un adulte (les adultes ne sont pas autorisés sur le site, à  part si il a une permission spéciale).

Les plaintes sont renvoyées à  une équipe d’adolescents volontaires de toutes les universités représentées sur le site. Le groupe confirme — ou réfute — que la personne qui a été rapportée est actuellement enrôlée dans son école. Tous les violateurs sont immédiatement rapportés à  la police. Sullivan, qui a quitté Myspace.com, a une page sur YFly.com maintenant. Après une semaine d’utilisation, 24 de ses amis l’ont rejoins, elle nous dit.

Un autre réseau social pour adolescent, Tagged.com, planifia d’aller un peu plus loin. C’est entrain d’assembler un site squad d’ado qui répondra à  toutes les questions des « newbies » (un newbie : un bleu) sur la sécurité. C’est aussi entrain de construire ensemble un groupe de conseiller adulte constitué de fonctionnaires de la loi et d’éducateurs qui aideront à  trouver d’autres méthodes reliées à  la sécurité.

CREER DES NOUVEAUX OUTILS. Dans les prochains mois, Tagged.com va aussi lancer une recherche automatique d’information qui est ajoutée sur le site. Si le logiciel de recherche (scanning) détecte que des utilisateurs sont entrain d’essayer de poster un numéro de téléphone, par exemple, cela conjurera un pop-up, qui demandera à  l’utilisateur s’il veut vraiment — ou devrait — poster cette information. « Nous avons besoin d’un équilibre entre autoriser les ados à  être ado et les protéger, » a dit le CEO Greg Tseng.

Le désir d’être surprotégé sur le Net est entrain de monter dans les services et producteurs de nouveaux logiciels de réseaux sociaux. Roger Sullivan, vice-président du Liberty Alliance Management Board, une industrie d’identité-digitale de 150 compagnies y compris Oracle et American Online (AOL) de Time Warner, disent que quelque compagnies membre prévoit d’utiliser le logiciel qui permet aux pages personnelles d’un utilisateur d’afficher différentes informations dépendants sur qui est entrain de les regarder.

Un autre effort est d’avoir un certain focus sur les services d’authentification. L’idée est de créer un service qui pourrait aider les gens que vous contactez en ligne à  savoir si vous êtes ce que vous dites être, nous dit Sullivan. Les sites de réseaux-sociaux « nous ouvrent aux voleurs d’identités et des problèmes de confidentialités jamais vus auparavant, » il observa. Heureusement, il y a des solutions pour aider les gens à  coopérer avec les risques.


Publié le 16 octobre, 2007 dans Big Brother.

Laissez un commentaire