Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Au collège Henri Matisse à  Paris, « des cartables de 7 kilos, c’est trop »

Au collège Henri Matisse à  Paris, « des cartables de 7 kilos, c’est trop »

© AFP, Par Karine PERRET – Lundi 8 octobre

peser cartable

PARIS (AFP) – « Ce matin, on a des cartables de 7 kilos en moyenne, pour des enfants pesant environ 40 kilos, c’est beaucoup trop« , commente Françoise Brugière, parent d’élève, lundi matin, après la pesée des sacs et cartables d’un vingtaine d’élèves du collège Henri Matisse, à  Paris.

« Un texte ministériel de 1995 prévoit que le poids du cartable ne dépasse pas 10% du poids de l’enfant. Eh bien là , on est largement au-dessus ! Vu leur poids, il faudrait que leurs sacs ne dépassent pas 4 kilos! », commente-t-elle, à  l’AFP entre deux pesées.

Cette vice-présidente de la FCPE-Paris (fédération de parents d’élèves du public) participait lundi à  l’opération nationale organisée par sa fédération jusqu’au 20 octobre et destinée à  alerter des dangers pour la santé des enfants du poids souvent excessif de leurs cartables et autres gibecières.

Peu avant le début des cours à  8H00, à  proximité du perron de l’établissement – autrefois « Ecole primaire de garçons » comme en témoignent d’anciennes lettres gravées au dessus de la porte – Amine, Maxime, Kahyna et Yasmine font la queue.

Elèves de 6ème ou de 5ème, ils se prêtent volontiers à  l’opération: une première pesée de l’enfant avec le cartable, une deuxième sans.

« Avec mon sac, ça fait 49 kg, sans, ça fait 39 », explique Kahyna. Pour autant, cette élève aux cheveux et yeux noirs de « 6ème A », ne se plaint pas: « aujourd’hui ça va, parce qu’on n’a pas histoire-géo ! Le pire, c’est le vendredi, là  on a au moins trois cahiers et un livre de plus! ».

Lorsque l’on regarde de profil Thomas Sanchez, un garçonnet de 5ème tout en longueur, son sac à  dos noir à  compartiments fait, en volume, facilement trois fois plus que l’épaisseur de sa taille.

« J’ai huit heures de cours, les profs veulent tous qu’on ait le manuel », explique-t-il. Un de ses camardes porte lui un sac de deux kilos pour le sport, et un autre de 10 kg, certes à  roulettes, mais qu’il faut réussir à  soulever pour grimper les deux étages de l’établissement.

« Le mal de dos, c’est là  que ça commence! », avertit Mme Brugière. L’objectif de la FCPE, à  travers cette opération, est aussi d’obtenir la mise en place, par les pouvoirs publics, d’un « programme d’éducation vertébrale dans l’intérêt de tous ».

Elle veut également aboutir à  la rédaction d’une « charte applicable partout en France ». A cet effet, elle entend faire en sorte que la question du poids du cartable se transforme en proposition de loi.

« Il faut maintenant que tous les acteurs prennent conscience du problème et agissent et que le sujet soit à  l’ordre du jour du conseil d’administration de chaque établissement », lance Mme Brugière.

Pour elle, « ce n’est pas parce que le ministre (de l’Education, ndlr) dit que ça serait bien que le texte de 1995 s’applique que ça va se faire ! ».


Publié le 8 octobre, 2007 dans Education.

Laissez un commentaire