Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bush Refuse d’aider les Enfants et les Défavorisés, mais est prêt à  dépenser des milliards pour la guerre?!

Bush oppose un veto très risqué à  un texte de loi un an avant les élections

© Par Laurent LOZANO AFP – Jeudi 4 octobre

george bush

WASHINGTON (AFP) – Le président George W. Bush a opposé son veto mercredi à  un texte de loi étendant la couverture santé pour les défavorisés et les enfants, décision très risquée dont ses adversaires se sont saisis faute de pouvoir lui imposer leurs vues sur l’Irak, a annoncé la Maison Blanche.

C’est seulement la quatrième fois que M. Bush se sert de son veto en presque sept ans de présidence. Cet acte a suscité l’indignation chez ses adversaires démocrates, mais aussi la réprobation parmi certains de ses amis républicains.

Un an avant les élections, ces derniers s’alarment de passer pour des élus ne se souciant pas de la couverture santé des enfants.

Pour les démocrates, qui leur ont ravi la majorité au Congrès, ce veto peut être un aubaine. Ils ont perdu beaucoup de l’estime des Américains en échouant à  imposer à  M. Bush un retrait d’Irak, comme les électeurs semblaient leur en avoir confié le mandat en 2006.

Malgré la pression continue du mouvement antiguerre, les dirigeants démocrates paraissent avoir fait leur deuil de ce projet.

Et celui ou celle qui succèdera à  M. Bush en janvier 2009 (voir: Présidentielle Américaine 2008), républicain ou démocrate, a tout intérêt à  rester prudent sur l’Irak au cours de la campagne électorale en cours car il trouvera le dossier en arrivant à  la Maison Blanche.

Les démocrates pourraient ainsi se concentrer sur les dossiers intérieurs.

Or en opposant son veto à  la proposition d’étendre un programme social existant, M. Bush va à  l’encontre de l’opinion publique.

Selon un récent sondage, 72% des Américains approuvent la proposition de loi qui étendrait le Programme pour l’assurance santé des enfants (SCHIP).

SCHIP, créé en 1997 essentiellement pour faire face au nombre grandissant d’enfants sans assurance dans un pays notoirement connu pour de telles carences, couvre 6,6 millions de personnes, surtout des enfants de familles qui gagnent trop pour prétendre à  la couverture de base mais pas assez pour payer une assurance privée.

Les démocrates, mais aussi nombre de républicains, ont approuvé une augmentation de 35 milliards de dollars sur cinq ans pour permettre à  quatre millions d’enfants supplémentaires de bénéficier de SCHIP. Cet effort serait financé par une hausse de 0,61 dollar de la taxe fédérale sur les cigarettes.

M. Bush, dont l’image de « conservateur compatissant » a beaucoup souffert, a dit mercredi être attaché à  SCHIP. Mais, avec l’extension du programme, un tiers des nouveaux bénéficiaires renoncerait à  leur assurance privée au profit de SCHIP, a-t-il dit à  Lancaster (Pennsylvanie).

La loi contreviendrait au grand principe de réduction des dépenses de l’Etat et de son intervention dans la vie des Américains selon lui. C’est là  une différence « philosophique » avec les démocrates, a-t-il dit.

Les démocrates se sont saisis de l’occasion. Pour le sénateur Joseph Biden, candidat à  la présidentielle, M. Bush « a refusé une couverture santé à  3,8 millions de gamins » alors qu’il « compte dépenser des milliards et des milliards de dollars en Irak ».

Mais même des républicains se sont émus, comme le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, « profondément déçu » que 775.000 enfants de son Etat soient privés des bienfaits de SCHIP.

Pour le sénateur républicain Chuck Grassley, « nous devons à  présent faire notre possible pour passer outre » à  ce veto.

Deux tiers des votes sont nécessaires dans les deux chambres du Congrès pour mettre en échec le veto présidentiel. Cette condition ne paraît pas remplie à  la Chambre des représentants, même si nombre de républicains ont voté avec les démocrates dans les deux chambres.

Veto du président Bush à  un texte visant à  étendre l’assurance maladie pour les enfants

© AP, Par Jennifer Loven – Mercredi 3 octobre

WASHINGTON – Le président américain George W. Bush a opposé son veto mercredi à  une loi bipartisane, soutenue par les démocrates et par des républicains, visant à  étendre un programme d’assurance maladie à  plusieurs millions d’enfants sans couverture médicale.

Il s’agit du quatrième veto de la présidence Bush, et les républicains craignent que celui-ci ne soit lourd de conséquences pour leur parti lors des élections législatives et présidentielle de novembre 2008.

Le Sénat avait approuvé la loi avec une majorité qui permettrait de passer outre le veto, ce qui n’a pas été le cas à  la Chambre des représentants. Les démocrates, qui dominent le Congrès, ont dénoncé la décision de M. Bush et se préparaient à  mener la bataille contre le veto et les républicains opposés à  l’extension de ce programme public d’assurance santé.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid a dénoncé un « veto sans coeur ». « On n’a jamais vu aussi clairement à  quel point le président Bush est déconnecté des priorités du peuple américain », juge-t-il dans un communiqué. « En mettant son veto à  un texte de loi bipartisan pour renouveler le Programme d’assurance santé pour les enfants (Schip), le président Bush prive de soins médicaux des millions d’enfants de familles à  bas revenus en Amérique ».

La majorité démocrate au Congrès pourrait attendre deux semaines pour tenter de contrer le veto afin de faire monter la pression sur les élus républicains. La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a affirmé que les démocrates restaient déterminés à  faire passer la loi « avec ou sans le soutien du président ».

Le chef de la Maison Blanche a défendu sa décision mercredi à  l’occasion d’un discours sur le budget. « Je crois dans la médecine privée, pas dans la gestion par le gouvernement fédéral du système de santé », a-t-il expliqué. M. Bush s’est également dit « disposé » à  négocier avec les parlementaires « s’ils ont besoin d’un petit peu plus d’argent pour la loi ».

Le programme Schip mis sur pied par les Etats de l’union et les autorités fédérales finance la couverture médicale de 6,6 millions de personnes, essentiellement des enfants, dans des familles qui gagnent trop pour bénéficier de l’assurance santé pour les plus démunis mais pas assez pour s’offrir une couverture privée.

Le texte voté par les démocrates et un certain nombre de républicains prévoit une rallonge de 35 milliards de dollars (24,6 milliards d’euros) sur cinq ans pour étendre le Schip à  quatre millions d’enfants supplémentaires. La mesure serait financée par un relèvement de la taxe sur le paquet de cigarettes de 61 cents (43 centimes d’euro) à  1 dollar (70 centimes d’euro).


Publié le 5 octobre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire