Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Selon l’Onu, le terrorisme se finance en Afrique de l’Ouest

Selon l’Onu, le terrorisme se finance en Afrique de l’Ouest

© Reuters, Par Daniel Flynn – Mercredi 26 septembre

ban ki moon et rice
Ban Ki Moon, huitième Secrétaire général des Nations unies, avec Condoleezza Rice, Secrétaire d’État des États-Unis

DAKAR (Reuters) – L’Afrique de l’Ouest devient un terrain privilégié par les activistes de tous bords pour financer leurs opérations, grâce au trafic de drogue, d’immigrés clandestins ou de médicaments contrefaits, estiment des experts réunis par l’Onu à  Dakar.

Depuis deux ans, les cartels sud-américains utilisent des pays d’Afrique occidentale pour faire transiter leur drogue destinée à  l’Europe, ont-ils dit.

« Il y a un lien entre le financement du terrorisme et les activités de ces trafiquants de cocaïne dans certains pays d’Afrique occidentale et centrale », a déclaré Amado Philip de Andres, directeur adjoint de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) pour l’Afrique de l’Ouest.

« Ces réseaux, extrêmement organisés et bien financés, non seulement soutiennent le terrorisme, mais trafiquent des armes à  partir de pays qui sortent à  peine de la guerre. Ils trafiquent de la cocaïne, ce qui est lié aux activités de passage d’immigrés clandestins », a-t-il ajouté.

Parmi deux Colombiens arrêtés ce mois-ci en Guinée-Bissau, l’un était un membre des Farc, a ajouté de Andres. Malgré une tentative pour les extrader, les deux Colombiens ont été libérés, à  cause de pressions venues de « groupe d’intérêts » en Guinée-Bissau, a-t-il affirmé.

Le groupe Al Qaïda au Maghreb islamique (ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat), se livre depuis longtemps à  des trafics et extorsions en Mauritanie, au Mali et au Niger.

Les enquêtes sur certains attentats, comme ceux de mars 2004 à  Madrid, ont mis au jour des liens entre les groupes islamistes et la contrebande de drogue, ont encore déclaré ces experts.

DIAMANTS ET VIAGRA

Pendant les dix ans de guerres civiles entre la Sierra Leone et le Liberia, les diamants de contrebande ont servi indirectement à  financer Al Qaïda et le Hezbollah.

Le processus de Kimberley, lancé en 2003 pour surveiller l’origine des diamants et empêcher le financement de groupes rebelles, a depuis fermé cette possibilité.

Certains réseaux criminels ou terroristes se sont tournés vers le trafic de médicaments contrefaits.

« Au Nigeria et en Côte d’Ivoire, des laboratoires clandestins produisent massivement du faux Viagra. Ces médicaments sont ensuite utilisés pour blanchir de l’argent et pour financer le terrorisme », a déclaré de Andres.

Certains candidats à  l’émigration économique, ne pouvant payer aux passeurs des sommes avoisinant les 20.000 dollars (14.000 euros), prennent le risque de passer de la drogue pour leur compte en échange d’un transport vers l’Europe.

« Nous luttons contre la déstabilisation de l’Afrique de l’Ouest à  travers certains Etats, qui n’ont pas les moyens de combattre le terrorisme, son financement, et plus spécifiquement le trafic de drogues en provenance d’Amérique latine », a déclaré Amado Philip de Andres.

Publié le 27 septembre, 2007 dans ONU.

Laissez un commentaire