Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

190 Milliards Réclamés par Robert Gates pour la Guerre en 2008

USA: le Pentagone réclame un budget record de 190 milliards de dollars pour la guerre en 2008

© AFP, Par Daphné BENOIT – Jeudi 27 septembre

robert gates

WASHINGTON (AFP) – Le secrétaire américain à  la Défense Robert Gates a demandé mercedi au Congrès près de 190 milliards de dollars pour financer les guerres en Irak et en Afghanistan en 2008, soit 42 milliards de plus que prévu.

M. Gates sollicitait cette rallonge mercredi devant la commission des Finances du Sénat, dans un contexte de regain de violences en Irak qui a fait plus de 70 morts en trois jours, dont au moins 36 au cours de la seule journée de mercredi.

S’il était accepté, ce budget pour l’année fiscale 2008 (qui commence en octobre) serait le plus important consacré par les Etats-Unis depuis six ans à  la « guerre contre le terrorisme« .

L’estimation budgétaire initiale de l’administration Bush s’élevait en février à  141,7 milliards de dollars, auxquels s’est ajoutée une première demande de rallonge de 5,3 milliards, pour des véhicules blindés résistant aux mines (MRAP, Mine Resistant Ambush Protected), a rappelé M. Gates.

« Le second ajustement requis par le président Bush s’élève à  environ 42 milliards de dollars, ce qui porte la demande budgétaire du département de la Défense à  près de 190 milliards pour l’année fiscale 2008 », a-t-il déclaré.

Cette rallonge doit financer les renforts envoyés en Irak en début d’année et permettre l’achat d’armements plus performants pour protéger les troupes.

« Onze milliards de dollars seront consacrés à  l’achat de 7.000 nouveaux MRAP, en sus des 8.000 déjà  demandés », a souligné le secrétaire à  la Défense.

Neuf milliards seront investis dans les équipements et la technologie nécessaires aux futures opérations de combat, 6 milliards seront consacrés à  l’entraînement et l’équipement des troupes, un milliard servira à  améliorer les installations américaines dans la région, et un milliard pour entraîner les forces de sécurité irakiennes, a-t-il détaillé.

Le président démocrate de la commission sénatoriale des Finances, Robert Byrd (exemple de Robert C. Byrd sur la guerre en Irak), a vertement critiqué cette demande de rallonge budgétaire.

« Si le Congrès approuvait la demande de budget révisé du président, le financement total de la guerre en Irak dépasserait les 600 milliards – 600 milliards! », s’est-il indigné.

Quelque 165.000 soldats américains sont actuellement déployés en Irak, soit environ 20 brigades.

Le général David Petraeus, le plus haut gradé américain en Irak, a récemment annoncé son intention de réduire le nombre des troupes à  130.000 d’ici juillet 2008, soit 15 brigades.

Le financement des guerres en Afghanistan et en Irak est séparé du budget régulier de la Défense américaine, pour lequel l’administration Bush a demandé au Congrès 481,4 milliards de dollars au titre de 2008.

Pendant son audition au Sénat, M. Gates a également dù répondre mercredi à  une rafale de questions concernant l’embarrassante affaire Blackwater, cette société privée de sécurité récemment impliquée dans une fusillade meurtrière en Irak.

Le ministre de la Défense a annoncé avoir envoyé une équipe en Irak pour enquêter sur les relations entre l’armée et les sociétés privées de sécurité. « Mon souci est de savoir s’il y a eu suffisamment de contrôle dans la région sur les activités de ces sociétés de sécurité », a-t-il déclaré.

Le Pentagone a fait savoir au commandement de l’armée américaine en Irak qu’il avait la responsabilité de superviser les entreprises privées de sécurité opérant dans ce pays.

L’Irak était également au centre des débats à  New York mercredi, où le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a appelé, dans un discours à  l’ONU, les pays de la région à  réaliser que le terrorisme représente un danger pour eux aussi et qu’un Irak faible n’est « pas dans leur intérêt ».

Dans son discours, le Premier ministre a réaffirmé qu’il espérait « que les Nations unies relancent leurs activités en Irak ».


Publié le 27 septembre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire