Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Ahmadinejad Est Allé à  New York, Relations Iran-France-USA Tendus

Ahmadinejad vient défier Bush à  l’ONU sur fond de rhétorique guerrière

© AFP, Par Laurent LOZANO

ahmadinejad 23 septembre
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad en partance pour les Etats-Unis le 23 septembre 2007

NEW YORK (AFP) – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad devrait à  nouveau défier mardi son adversaire George W. Bush, cette fois quasiment chez lui, à  New York à  l’Assemblée générale de l’ONU, avec en arrière-plan une escalade des tensions qui fait craindre une nouvelle guerre.

« Il est faux de penser que l’Iran et les Etats-Unis se dirigent vers la guerre. Pourquoi dire cela ? Pourquoi devrions-nous partir en guerre ? Il n’y a pas de guerre en vue », a dit M. Ahmadinejad dimanche sur la chaîne de télévision américaine CBS.

Pourtant, depuis qu’il a fait à  l’ONU une entrée fracassante sur la scène internationale il y a deux ans, l’opposition entre l’Iran et les Etats-Unis s’est considérablement renforcée.

L’Iran est désormais visé par deux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU lui imposant des sanctions pour son refus de renoncer à  ses activités nucléaires les plus sensibles.

Et M. Ahmadinejad, qui s’exprimera à  la tribune des Nations unies après le président américain, risque de se lancer, comme en 2006, dans une diatribe antiaméricaine au moment où M. Bush pousse à  de nouvelles mesures punitives plus draconiennes, du Conseil de sécurité ou – à  défaut d’un accord de la Chine et de la Russie – des Etats-Unis et de leurs alliés européens.

M. Ahmadinejad assure que le programme nucléaire iranien ne vise qu’à  produire de l’électricité. « Quel besoin avons-nous d’une bombe ? », a-t-il demandé sur CBS.

Mais il a aussi dit samedi, la veille de son départ pour les Etats-Unis où l’attendait un concert de protestations, que ni la « guerre psychologique » ni les sanctions économiques n’arrêteraient « la marche de l’Iran vers le progrès ».

M. Bush ne croit pas aux protestations pacifiques d’un dirigeant qui a appelé à  la destruction d’Israël, le grand allié des Etats-Unis, et remis en question la réalité de l’Holocauste.

Toute la question est de savoir si l’exaspération pourrait pousser M. Bush à  en finir avant le terme de sa présidence, en janvier 2009.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner vient ouvertement d’envisager l’éventualité de l’affrontement armé en cas d’échec de la diplomatie.

Car selon M. Bush, qui a fait de l’Iran l’un des Etats de « l’axe du mal », le régime islamique arme aussi les extrémistes chiites contre les soldats américains en Irak; en Afghanistan, il aide les talibans; il soutient le Hezbollah qui oeuvre à  la déstabilisation du gouvernement libanais; il appuie les groupes antiisraéliens considérés comme terroristes.

Le commandement américain en Irak a alourdi les charges dimanche en accusant l’Iran de fournir aux rebelles des missiles sol-air sophistiqués capables d’abattre des appareils américains.

Comble de l’impudence pour M. Bush, son homologue iranien, l’une des personnalités internationales suscitant le plus d’hostilité aux Etats-Unis, a cherché à  déposer une gerbe sur le site du World Trade Center, détruit par les attentats du 11-Septembre.

M. Bush a dit « comprendre » que la police de New York ait refusé la permission au représentant d’un régime « soutenant le terrorisme« .

Il s’est toujours gardé d’exclure le recours à  la force. Cependant il se défend d’intentions militaires pour le moment. « J’ai constamment dit que j’espérais que nous pourrions convaincre le régime iranien d’abandonner son ambition de mettre au point un programme d’armes (nucléaires) et y parvenir de manière pacifique », a dit M. Bush jeudi.

De nombreuses voix se sont élevées pour presser M. Bush de renouer avec l’Iran un dialogue rompu il y a 27 ans.

Comme en 2006, M. Ahmadinejad a offert à  M. Bush un débat public à  l’ONU. La Maison blanche a exclu cette éventualité.

M. Ahmadinejad a dit se rendre à  New York avec l’intention, aux Nations unies ou la veille dans un discours aussi attendu que controversé à  l’université de Columbia, d’exposer les « positions du peuple iranien » à  des Américains « très désireux » de les connaître.

USA et Iran ne se dirigent pas vers la guerre, selon Ahmadinejad

© Reuters, Dimanche 23 septembre

photo ahmadinejad

NEW YORK (Reuters) – Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, affirme que son pays et les Etats-Unis ne « se dirigent pas vers la guerre » dans une interview accordée à  la chaîne de télévision CBS, qui en a diffusé la transcription dimanche.

Ahmadinejad, qui doit participer cette semaine à  la 62e Assemblée générale des Nations unies, ajoute que l’Iran n’a pas besoin de la bombe atomique.

« Vous devez vous rendre compte que nous n’avons pas besoin de la bombe atomique. Nous n’en avons pas besoin. Quel besoin aurions-nous d’une bombe ? », insiste-t-il dans cette interview enregistrée jeudi dernier à  Téhéran pour l’émission 60 Minutes.

« Il est faux de penser que l’Iran et les USA marchent vers la guerre. Qui dit cela ? Pourquoi devrions-nous entrer en guerre ? Aucune guerre n’est imminente », ajoute-t-il.

Le programme de recherche nucléaire de la République islamique est au centre de la crise qui l’oppose à  l’Occident. Les capitales occidentales accusent l’Iran de chercher à  se doter de l’arme atomique quand Téhéran affirme ne poursuivre qu’un programme civil de production d’électricité.

Ahmadinejad, qui était attendu dimanche à  New York, réitère dans cette interview l’objet pacifique des recherches nucléaires iraniennes.

« Notre plan et notre programme sont tout à  fait transparents », dit-il.

« Dans le cadre des relations politiques actuelles, la bombe atomique n’est d’aucune utilité. Si elle l’était, elle aurait empêché la chute de l’Union soviétique, si elle l’était, elle aurait réglé le problème que rencontrent les Américains en Irak », poursuit-il, ajoutant que « le temps de la bombe est révolu ».

Le président iranien évoque également les accusations de soutien aux insurgés irakiens alléguées par l’administration Bush, selon laquelle Téhéran fournit armes et formations à  des groupes rebelles. « Nous n’avons pas besoin de cela », dit-il. « L’insécurité en Irak dessert nos intérêts. »

Ahmadinejad: l’Iran n’a pas besoin d’armes nucléaires

© AFP – Dimanche 23 septembre

ahmadinejad 23 sept teheran

NEW YORK (AFP) – L’Iran n’a pas besoin d’armes nucléaires et ne s’achemine pas vers une guerre avec les Etats-Unis, a déclaré le président iranien Mahmoud Ahmadinejad dans une interview à  la télévision américaine CBS, qui doit être diffusée dimanche soir.

« Dans les relations internationales aujourd’hui, la bombe atomique ne sert à  rien. Si elle était utile, elle aurait évité la chute de l’Union soviétique, si elle avait une quelconque utilité, elle aurait réglé le problème qu’on les Américains en Irak. Le temps de la bombe est passé », ajoute le leader iranien dans cet entretien.

M. Ahmadinejad était attendu dimanche à  New York, où il doit assister à  l’Assemblée générale de l’ONU. Il a dit, à  son départ de Téhéran, qu’il allait présenter aux Nations unies « les solutions de l’Iran pour régler les problèmes du monde ».

« Vous devez comprendre que nous n’avons pas besoin d’une bombe atomique. Quel besoin avons-nous d’une bombe? », ajoute-t-il, selon une retranscription écrite de l’entretien télévisé.

« Il est faux de penser que l’Iran et les Etats-Unis se dirigent vers la guerre. Pourquoi dire cela? pourquoi devrions-nous aller à  la guerre? », poursuit le président iranien.

« Notre programme est très transparent. Nous sommes sous la supervision de l’Agence (internationale de l’énergie atomique, AIEA). Tout est sur la table. Nous n’avons rien à  cacher », dit-il, en ajoutant: « nos activités sont très pacifiques ».

Les ambitions nucléaires iraniennes suscitent l’inquiétude internationale, une inquiétude renforcée par l’attitude du régime à  l’encontre d’Israël.

M. Ahmadinejad a appelé à  plusieurs reprises à  rayer Israël de la carte, mettant en cause la réalité et l’ampleur de l’Holocauste.

Yahya Rahim Safavi, conseiller militaire de l’Ayatollah Ali Khamenei, a déclaré samedi qu' »aujourd’hui, les Etats-Unis doivent savoir que leur 200.000 soldats en Irak et en Afghanistan sont à  portée de tir pour l’Iran ».

« Quand les Américains étaient loin de nos rivages, ils n’étaient pas à  notre portée, mais aujourd’hui il nous est très facile de leur porter des coups », a-t-il ajouté selon l’agence Mehr.

Ces commentaires sont survenus au début d’une semaine annuelle de la défense en Iran, marquée cette année par une importante parade militaire et par la présentation d’un nouveau missile à  longue portée qui pourrait atteindre Israël.

Les ennemis jurés de la république islamique, Israël et les Etats-Unis, n’ont jamais exclu une action militaire contre l’Iran, même si les dirigeants américains affirment vouloir résoudre la crise actuelle par des moyens diplomatiques.


Publié le 24 septembre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire