Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’Administration Bush Prépare une Guerre contre l’Iran

GlobalResearch.ca, Le 16 Septembre 2007

Source: Globalreasearch.ca, Ce que vous allez lire est exactement les mêmes annonces que pour la guerre en Irak mais cette fois avec l’Iran.

L’Administration de Bush prépare des plans de guerre dirigés contre l’Iran

moe bush guerre iran

Citant les sources officielles, les médias de l’Ouest sont entrain de confirmer, plutôt tardivement, que l’Administration Bush a prévue d’aller en guerre avec l’Iran « pour de vrai » et que cela doit être prit sérieusement.

« Des bombes de punition » dirigées contre Téhéran pourraient être lancées d’ici quelques mois.

Le mode diplomatique est éteint: Le Pentagone nous dit qu’« ils sont entrain de prendre les pas afin d’assurer une confrontation militaire avec l’Iran », parce que les initiatives diplomatiques ne semblent pas aboutir à  des solutions.

Ces annonces diaboliques sortent seulement quelques semaines après la publication du rapport de l’AIEA (L’Agence Internationale de l’Energie Atomique). Qui confirme explicitement que le programme nucléaire de l’Iran est de nature civile et que l’Iran n’a pas l’intention nis les capabilités de développer des armes nucléaires:

– Article IV (1): Ces modalités couvrent les problèmes subsistants et l’agence (veut dire l’AIEA) confirme qu’il n’y a pas d’autres problèmes subsistants et d’ambiguïtés en ce qui concerne l’activité et le programme nucléaire dans le passé de l’Iran.

– Article IV (3): La délégation de l’agence part du principe que l’accord des problèmes ci dessus devrait plus faire la promotion de l’efficacité d’implémentation de gardes de sécurité en Iran et son abilité à  conclure la nature exclusivement pacifique des activités nucléaire Iranienne.

– Article IV (4): L’Agence a été capable de vérifier la non-diversion des matériaux nucléaire déclarés dans les usines d’enrichissement en Iran et a de plus conclu que cela est utilisé de manière pacifique. (Rapport de l’AIEA, les italiques sont ajoutés)

Au même gage, le rapport de l’AIEA est une baffe dans la face de Washington. Elle confirme le manque de légitimité et la nature criminelle de la polique étrangère des USA aussi bien que la tentative de Washington de résoudre la violation de la loi internationale:

« Le rejet abrupt du rapport de l’AIEA par l’administration Bush Mardi dernier est un autre signe que Washington n’a aucun intêret en une résolution diplomatique de ces confrontations avec Téhéran. Suivant les dénonciations belliqueuses de Bush sur l’Iran la semaine dernière. Les USA ont réitéré leurs intentions de pousser pour des sanctions plus sévère de l’ONU contre Téhéran ce mois-ci. » (Peter Symond, Global Research, Septembre 2007)

Pas de Huées Publiques

Malgré la nature manifestement agressive des déclarations Américaine, ces plans de guerre envers l’Iran, qui dans un sens très vrai menace le futur de l’humanité, ne font pas l’objet de débat public. Une guerre de préemption sponsorisée par les USA, utilisant des armes thermonucléaire, qui d’après l’opinion des « autorités » scientifiques (qui sont sous contrat avec Washington), sont « inoffensives pour les populations aux alentours » n’est simplement pas sur la première page des journaux en relation avec n’importe quel autre sujet banal.

Les dangers d’une guerre plus large dans le Moyen Orient sont joués petit ou ignorés par les coalitions anti-guerre. L’utilisation proposée d’armes nucléaires dans une guerre conventionnelle cinématisée n’est pas un problème à  débattre.

De plus, les attaques prévues en Iran et leurs diverses conséquences désastreuses ne sont pas adressées par les organisations « progressives » des sociétiés civiles, y compris « la gauche », qui considère tacitement la République Islamique comme une menace réelle des droits humains. D’après Jean Bricmont:

« Tout les panneaux indicateurs idéologiques pour attaquer l’Iran sont en place. Le pays a été intelligemment démonisé parce qu’il n’est pas gentil pour les femmes, les homosexuels, ou les juifs. Ce qui est en soit suffisante pour neutraliser une grande partie de la « gauche » américaine. Le problème n’est bien sur pas si l’Iran est gentil ou non d’après nos visions–mais plutôt si il y a des raisons pour l’attaquer légalement, et il n’y en a aucunes; mais l’idéologie dominante des droits humains a légitimisée, spécialement dans la gauche, le droit d’intervention de groupes humanitaire partout, à  n’importe quel moment, et cette idéologie a totalement réussit à  dévier la question mineure de la loi internationale. » (Jean Bricmont, Global Research, Septembre 2007)

Contexte d’organisation de la Guerre

Depuis les 3 dernières années, dans plusieurs articles prudemment documentés, Global Research a rapporté en détail des plans de guerre sponsorisés par les USA contre l’Iran. Ces plans comprennent l’utilisation préemptive d’armes thermonucléaire contre l’Iran en veangeance contre Téhéran à  cause de sa soi disante non-conformité au sein de la « communauté internationale »

Les plans de guerre en relation avec l’Iran ont été préparé dans nos esprits depuis milieu année 2005. Israel, la Grande Bretagne et l’OTAN font parti de la coalition dirigée par les USA et sont critiqués dans le rôle actif qu’ils ont avec l’opération militaire.

La première phrase de ces plans de guerre a été initialement formulée en milieu d’année 2003, dans un scénario du Pentagone appelé « TIRANNT (Theater Iran Near Term) ». La préparation militaire a déjà  commencée depuis une période de plus de 3 ans.

Dans l’été 2006, des jeux de guerre ont été conduis contre le Golf Persique et l’Est de la Méditerranée.

Le bombardement Israélien du Liban en Juillet 2006 a été une partie intégrale du large agenda militaire. De plus, Israel a conduit des bombardements à  l’intérieur du territoire Syrien visiblement dans un act de provocation.

Les récentes déclarations officielles de Washington confirment la nature cachée de ces plans de guerre:

« Les fonctionnaires de la Défense et du Senior American Intelligence pensent que le Président George W Bush et son administration sont entrain de faire des démarches afin de placer l’Amérique sur le chemin de la guerre avec l’Iran, …

Les planificateurs du Pentagone ont développé une liste de plus de 2000 cibles de bombardements en Iran, …

Les chefs de la CIA et du Pentagone croient que la Maison Blanche a commencée une calibration prudente qui programmera l’avalanche qui nous ammènera a une guerre totale avec l’Iran.

Dans un scénario terrifiant sur comment la guerre pourrait arrivée, un officier sénior des renseignements averti qu’une dénonciation d’Iraniens agissants secrètement en Irak – où ils armeraient et entraineraient des militants – ammenerait a traverser les frontières et a faires des raids sur les camps d’entrainement Iranien et les usines de fabrication de bombes.

La première cible serait la base Fajr qui est dirigée par « Iranian Revolutionary Guard Quds Force in southern Iran », dont les renseignements des agences de l’Ouest nous disent que des projectiles qui transpersent les blindages utilisés contre les troupes Anglaises et Américaines sont construis.

L’officier des renseignements dit que l’armée Américaine a « deux possibilités majeur de plans » pour un raid aérien sur l’Iran.

« Une est de bombarder seulement les équipements nucléaire. La seconde option est un raid bien plus gros qui – en deux ou trois jours – détruira tout les sites militaires significatifs. Ce plan parle de plus de 2000 cibles. » (cité dans « The Sunday Telegraph », 16 Septembre 2007)

Les déploiements navals USA-OTAN prendront lieu dans deux endroits distinct: Le Golf Persique et l’Est de la Méditerranée.

Il est rapporté que deux porte-avions « strike groups » (USS Nimitz et l’USS truman) sont en route vers le Golf Persique où ils rejoindront l’USS Enterprise, ce qui veut dire qu’il y aura, à  la fin de Septembre, trois porte-avions « strike groups » dans le Golf Persique.

D’près les sources militaire, le USS Kearsarge Expeditionary Strike Groupe a prit position à  la fin Aout à  l’opposé des côtes libanaises.

Les attaques sur l’Iran sont maintenant officiellement supportées par les Alliés Européens des Américains, y compris la France et l’Allemagne. Le ministre des affaires étrangère français Bernard Kouchner a appelé la France à  supporter les USA dans la guerre contre l’Iran:

« On doit se préparer au pire, et le pire c’est la guerre, » a dit Mr. Kouchner dans une interview sur la TV Française et à  la radio. Mr Kouchner a dit que les négotiations avec l’Iran doivent continuer « jusqu’à  la fin », mais une arme nucléaire iranienne poserait « un danger réel pour toute la planète ». (cité par la BBC, 16 Septembre 2007)

La Grande Bretagne est aussi prochement impliquée, malgré les rejets du niveau diplomatique. La Turquie occupe un rôle centrale dans les opération dans l’Iran. Elle a des accords de coopération exstensif militaire avec Israel. L’OTAN est formellement impliqué dans la liaison avec Israel, avec laquelle l’OTAN a signé un accord de système militaire en Novembre 2004.

Alors que les USA, Israel, et aussi la Turquie (avec des frontières pour les deux: Syrie et Iran) sont les principaux acteurs militaire, un autre nombre de pays dans la région, alliés avec les USA, y compris la Géorgie et l’Azerbaïdjan sont dans la liste.

Il y a des indictions d’après plusieurs sources de média que Israel est aussi dans un état avancé de préparation militaire et sera impliqué d’accomplir des bombardements aériens. La Syrie et très probablement le Liban seront aussi ciblés.

Scénarios d’Intensification de la Situation

Si cette opération militaire venait à  être lancée, le Moyen Orient entier et la région d’Asie Centrale pourrait s’embraser.

Cette guerre pourrait englober une zone s’étendant depuis l’Est de la Méditerranée jusqu’à  la frontière ouest de la Chine.

D’après cette stimation, les planificateurs militaire Américain ont analysés plusieurs « scénarios d’intensification de la situation ».

En fait, ils espèrent la guerre de s’intensifier. En d’autres mots, intensification, à  savoir des représailles par l’Iran est un objectif désiré. Cela fait parti de l’agenda militaire.

« Un raid va certainement suivre une intensification graduelle. Dans les prochaines semaines et mois, les USA vont construire des tensions et évidence autour des activités de l’Iran en Irak….

D’après la théorie – qui est entrain de gagner créance dans les cercles de sécurité à  Washington – des actions des USA voudraient provoquer une réponse majeur Iranienne, peut-être sous la forme de mouvements afin de couper l’approvisionement de pétrole dans le Golf, fournissant ainsi une gachette pour raid aérien sur les équipements nucléaires iranien et peut-être ses forces armées. (Sunday Telegraph, op cit)

L’Iran se Venge

La nature de la vengeance Iranienne devrait être comprise. Le Général David Petraeus, qui est responble pour gérer le théatre de guerre Irakien, a parlé de son opposition d’attaquer l’Iran.

« Gen. david Petraeus, le commandant sénior de Mr Bush, dénonça la « guerre de proxy » iranienne en Irak la semaine dernière alors qu’il a construit des supports à  Washington pour les surtensions de l’armée Américain dans Bagdad. » (Sunday Telegraph, op cit)

Le Général Petraeus est totalement conscient des implications pour the théatre de guerre Irakien. Une guerre en Iran pourrait immédiatement se renverser en Irak:

L’Iran est le troisième plus grand importateur de systèmes d’armements Russe après l’Inde et la Chine. Dans la course des cinq dernières années, la Russie a supporté la technologie de missile ballistique en Iran, dans les négotiations atteintes initiallement en 2001 sous la présidence de Mohammed Khatami.

L’Iran a testé trois nouveaux types de missiles terre-mer et mer-mer dans le contexte de son « Grand Prophète II » exercices militaire Novembre dernier. Ces tests ont été marqués par une planification précice et l’opération s’est déroulée prudemment. D’après un expert sénior américain de missiles, « Les Iraniens ont démontré qu’ils ont la plus récente technologie afin de lancer des missiles, et l’Ouest ne savait pas que l’Iran la possèdait. »

Téhéran a l’abilité de se venger et de répandre des attaques de missiles ballistiques contre les USA et les équipements de la coalition en Irak, l’Afghanistan et l’état du Golf. Israel pourrait aussi être une cible potentielle, si Israel n’était pas un partenaire actif dans la campagne de bombardement.

Les troupes au sol Iranienne pourraient traverser la frontière entre l’Irak et l’Afghanistan.

Les forces Iranienne ont un total de plus de 350,000 personnels militaire actif et aussi 350,000 forces de réserve. L’armée iranienne dispose de plus de 2200 tanks. Avec ces capabilités, en terme de personnel militaire, l’Iran pourrait potentiellement infliger des pertes significatives aux USA et aux troupes de la coalition sur le terrain de l’Irak et de l’Afghanistan.

Les Rencontres Militaire Bush-Cheney

Quelques rendez-vous clés militaire ont eut lieu les mois dernier ce qui tend à  re-renforcer le contrôle militaire qu’exerce Bush-Cheney. Spécifiquement, ces rendez-vous appartiennent aux positions de Directeur et de Vice Directeur et de Joint Chiefs of Staff, et le commandant respectif de USCENCOM, USSTRATCOM et US Pacific Command. Les trois commandants ont récemment abandonnés leurs positions respectives.

Ces nouveaux rendez-vous sont cruciaux parce que USSTRATCOM, USCENTCOM et US Pacific Command sont priés de jouer des rôles clés dans la coordination et l’implémentation de l’opération militaire iranienne, en liaison avec Israel et l’OTAN.

1. Joint Chiefs of Staff
En Mai, le Directeur et le Joint Chiefs of Staff (CJCS) Général Peter Pace a été renvoyé (« non-renouvelable »). Le Général Pace, dans les mois récents, a indiqué son désaccords avec l’administration pour l’Irak et les attaques proposées sur l’Iran. Général Pace a déclaré (Février 2007) qu’il n’a vu aucunes évidences que Téhéran est entrain de fournir des armes aux milices chiites à  l’intérieur de l’Irak, qui a été annoncé par l’administration Bush comme une justification pour déclarer la guerre contre l’Iran:

« [P]eut-être que c’est pourquoi il est le directeur qui s’en va. Peut-être que c’est pour ça qu’ils ne le renouvèlent pas …Il n’a vu aucunes évidences que l’Iran est entrain de formenter des agitations en Irak et que cela causent des vies Américaines … » (Fox News’ Alan Colmes, ox News, Juin, 13, 2007),

Le terme en tant que directeur du JCS du Général Peter Pace prend fin à  la fin Septembre. Le secrétaire à  la défense choisit par Gates est l’amiral Michael Mullen, ancien Chef d’Opérations Navales aux USA, est exécuté de remplacer le Général Peter Pace en tant que Directeur du Joint Chiefs of Staff.

Le discours de Mullen est marqué de contraste par rapport à  celui du Général Peter Pace. Mullen, qui est en charge de coordonner les jeux de guerre navals de 2006 à  2007 sur la côte iranienne, a exprimé un engagement inflexible afin de « guerroyer » et « gagner des guerres symétriques », tout en « protègeant les Etats-Unis »:

« nous devons assurer que nous avons la force de la bataille, et la préparation au combat afin de gagner les guerres de notre nation…

Notre Navy se bat contre la Guerre Mondiale de la Terreur et en même temps elle fournit une Réserve Stratégique Mondiale pour le président et les Combatant Commanders Unifiés… Réagir simplement au changement n’est plus longtemps une course d’action acceptable si notre Navy viendrait à  engager une guerre symétrique et dissuader simultanément les menances régionales et transnationals. » (Déclaration, Senate Armed Services Committee, 7 Mai 2007)

L’attitude de l’Amiral Mullen est en ligne avec celle de l’Administration Bush. Avec respect pour l’Iran, des échos dictent presque mots par mots l’attitude de la Maison Blanche, l’Amiral Mullen considère que c’est « inacceptable que l’Iran soit entrain de fournir les ennemies des USA en Irak et Afghanistan avec les capabilités de blesser ou tuer des troupes Américaines. » (A l’intérieur du Pentagone, Juin 21, 2007). Mais avec le problème de l’Iran, est que les Démocrates sont à  bord. Il y a un consensus bi-partisan, exprimé par le Sénateur Jo Lieberman:

« Je veux être clair, je ne suis pas entrain de parler d’une invasion massive sur le sol Iranien,… [mais d’un] raid aérien au dela des frontières Iranienne, ou nous avons de bonnes évidences qu’ils ont une base dans laquelle ils sont entrain d’entrainer des gens afin de les faire revenir en Irak pour tuer nos soldats » (AP, Juin 11, 2007)

En Juin, le Secrétaire à  la Défense Gates rencontre le Commandant de USSTRATCOM, Général Cartwright qui a la position de Vice-Directeur du JCS. Ensemble avec leur rendez-vous de l’Amiral Mullen, qui est demandé de prendre cette position de vice-président du JCS en Octobre, ces deux nouveaux rendez-vous implique l’entretien significatif dans la structure de pouvoir du JCS.

Entre temps, USSTRATCOM est dirigé, en attente de la confirmation d’un nouveau commandant de la part du Sénat, sur une base intérim par un Lieutenant Général de l’Air Force C. Robert Kehler.

2. CENTCOM
L’Amiral William J. Fallon, a été nommé Commandant du « U.S. Central Command » (CENTCOM) en Mars par le Sécrétaire de la Défense Robert M. Gates.

L’Amiral Fallon est complètement d’accords avec les plans de guerre de l’administration Bush en relation avec l’Iran. Il remplace le Général John P. Abizaid, qui a été forcé de démissioner, à  cause de désaccords avec le successeur de Rumsfeld, le Sécrétaire de la Défense Robert M. Gates. en même temps que Abizaid reconnut les erreurs et faiblesses de l’armée des USA en Irak, l’Amiral Fallon est très aligné avec le Vice Président Dick Cheney. Il s’est aussi fermement engagé à  la « Global War on Terrorism » (GWOT), la « Guerre Mondiale contre le Terrorisme ». CENTCOM aurait du coordonner une attaque en Iran depuis le théatre de guerre du Moyen Orient.

De plus, le rendez-vous de l’Amiral est indicatif d’un changement de l’accent des fonctions de USCENTCOM dans le théatre de guerre. Le « prochaine terme » de l’accent est l’Iran plutôt que l’Irak, demandant la coordination des opérations de forces navales et aériennes dans le Golf Persique.

3. Pacific Command
Un autre rendez-vous majeur militaire a été entreprit, qui a directement prit en charge les préparations de la guerre en relation avec l’Iran. L’Amiral Timothy J. Keating, Commandant du US NORTHCOM a été convenu en Mars, de diriger l’US Pacific Command, ce qui inclut la 5ème et la 7ème flottes. La 7ème flotte Fleet Pacific Command est la plus grande « U.S. Combatant Command. Keating », qui prend les ordres de l’Amiral Fallon qui est aussi un supporteur de la « guerre contre le terrorisme ». Pacific Command pourrait jouer un rôle dans le contexte d’une opération militaire contre l’Iran. (http://www.pacom.mil/about/pacom.shtml)

De l’importance, l’Amiral Keating a été impliqué dans l’attaque de l’Irak en 2003 en tant que commandant de l’US Naval Forces Central Command et de la 5ème flotte.

Cela devrait être comprit que ces nouveaux rendez-vous militaire ont tendance à  consolider le pouvoir Bush-Cheney dans l’armée, afin de dominer les futurs dissidences ou oppositions à  l’agenda Iranien directement l’utilisation des puissantes têtes de la chaine de l’armée des USA.

Le Rôle Central de USSTRATCOM dans la coordination des attaques

USSTRATCOM aurait la responsabilité d’entre voir et de coordonner le déploiement militaire et de lancer une opération militaire dirigée contre l’Iran. (Pour Détails, Michel Chossudovsky, Guerre Nucléaire contre l’Iran, Janvier 2006)

En Janvier 2005, un changement significatif du mandat de USSTRATCOM a été exécuté. USSTRATCOM a été identifié en tant que « le Combatant Command dirigeant l’intégration et la syncronisation des efforts ‘DoD-wide’ dans le combat contre les armes de destructions massive. » Afin d’exécuter ce mandant, un nouveau genre de commande appelé « Joint Fuctional Component Command Space and Global Strike, ou JFCCSGS a été créée.

Supervisé par USSTRATCOM, JFCCSGS serait responsable de lancer des opérations militaire « utilisant du nucléaire ou des armes conventionnelles » en accord avec la nouvelle doctrine nucléaire de l’Administration Bush. Les deux catégories d’armes pourraient être intégrées dans une « joint strike operation under unified Command and Control. »

D’après Robert S. Norris et Hans M. Kristensen, qui écrivirent dans le Bulletin des Scientifiques Atomique,

« Le département de la défense est entrain d’améliorer ces plans d’attaques nucléaires afin de refléter la nouvelle directive présidentielle (…) dans le but de produire des attaques petite mais plus flexible créés pour battre l’adversaire d’aujourd’hui. Le nouveau plan central stratégique de guerre est connut en tant que OPLAN (Operations Plan) 8044…. Ce plan revu et détaillé fournit plus d’options flexible afin d’assurer les alliés et de dissuader, et si nécessaire de battre les adversaires dans un périmètre large de contingences..

One membre de la nouvelle famille est CONPLAN 8022, un plan conçu pour une utilisation rapide du nucléaire, conventionnel, ou des armes capables de détruire–préemptivement, si nécessaire–« des cibles urgentes » n’importe dans le monde. Le Secrètaire à  la Défense Donald Rumsfeld a ordonné un ordre d’alerte tôt en 2004 qui a dirigé d’appliquer le plan CONPLAN 8022 en action. Et comme un résultat, la politice de préemption de l’administration Bush est maintenant opérationelle sur des bombardiers à  longue portée, des sous-marins stratégiques en patrouille, et vraisemblablement des missiles ballistiques intercontinentaux (ICBMs). »

L’implémentation opérationelle de l’attaque globale se contiendrait sous le CONCEPT PLAN (CONPLAN) 8022, qui consiste maintenant d' »un plan actuel que la Navy et l’Air Force ont traduit en un colis d’attaque pour leurs sous-marins et bombardiers, » (Japanese Economic Newswire, 30 Décembre 2005, Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, Guerre nucléaire contre l’Iran, op. cit.).

CONPLAN 8022 est ‘le plan d’ensemble pour une sorte de scénario stratégique pre-planifié impliquant des armes nucléaire.’

‘C’est principalement centralisé sur ces nouveaux types de menaces — Iran, Korée du Nord — des proliférateurs et terroristes potentiels,’ il dit. ‘Il n’y a rien qui dit qu’ils ne peuvent pas utiliser CONPLAN 8022 dans des scénarios limités contre des cibles Russes et Chinoises.’ (D’après Hans Kristensen, sur le Projet d’Information Nucléaire, cité dans Japanese Economic News Wire, op. cit.)

USSTRATCOM pourrait jouer un grand rôle afin faire et de coordonner des décisions dans l’éventuelle guerre Iranienne. L’administration a demandé à  USSTRATCOM d’élaborer des plans centralisés dirigés contre l’Iran. CENTCOM pourrait largement être utilisé pour introduire ces plans de guerre dans le theatre de guerre au Moyen Orient.

USSTRATCOM est décrit comme un « intégrateur global chargé des missions d’attaques globales ».

USSTRATCOM est en charge de la coordination des structures de commande sous « global C4ISR » (Commande, Contrôle, Communications, Ordinateurs, Renseignement, Surveillance, et Reconnaissance).

Si l’Iran se Venge, les USA pourraient utiliser l’Arme Nucléaire

ahmadinejad genkidema

Les planificateurs militaire d’Israel, de l’OTAN et des USA sont totalement conscient que un « bombardement de punition » pourrait ammener les forces de la coalition dans un scénario de guerre au sol, dans laquelle ils auront peut-être à  affronter les forces Iraniennes et Syriennes dans le champ de bataille.

Téhéran a confirmé qu’il se vengerait si il était attaqué, sous la forme d’attaques de missiles ballistiques dirigés contre Israel autant que les équipements militaires Américain en Irak, l’Afghanistan et le Golf Persique, ce qui ammènerait immédiatement dans le scénario d’intensification de la guerre Iranienne.

Les troupes iraniennes pourrait traverser la frontière Iran-Irak et confronter les forces de la coalition à  l’intérieur de l’Irak. Les troupes israéliennes et/ou les Forces Spéciales pourraient entrer en Syrie.

Si Iran venait à  répondre d’une manière forte, ce qui est attendu par les planificateurs de l’armée US, les US pourraient se venger avec des armes tactiques nucléaire.

ce scénario d’utiliser des armes nucléaire contre l’Iran a été inventé depuis 2004. En 2005, le Vice Président Dick Cheney ordonna l’USSTRATCOM de faire un « plan de contingence », dans lequel « est inclut un assaut aérien très vaste en Iran employant des armes conventionelles et des armes tactiques nucléaire. » (Philip Giraldi, Attaque contre l’Iran: Guerre Nucléaire Préemptive, The American Conservative, 2 Aout 2005).

En relation aux plans existants, Cheney a confirmé son intention d’attaquer l’iran avec des armes nucléaire.

« Le Vice Président est dit avoir préconiser d’utiliser des armes nucléaires tactiques bunker-buster contre les sites nucléaires iraniens. Ces alliés discutent cela, mais Mr. Cheney est connut pour mettre la pression afin de faire des attaques aériennes si les sites peuvent être identifés où les Gardes Révolutionnaire sont entrainés par la milice Chiite. »

L’Autorisation de Déployer des Armes Nucléaire

En Mai 2004, le « National Security Presidential Directive » NSPD 35 sur l’autorisation de déploiement d’armes nucléaires a tété développé.

Le contenu de ce document très sensible reste prudemment gardé dans le secret d’état. Il n’y a aucune mentions de NSPD 35 par les médias et même pas dans les débats de congrès. Alors que son contenu reste classifié, la présomption est que NSPD 35 concerne le déploiement d’armes nucléaire tactiques dans le théatre de guerre du Moyen Orient sous l’autorisation de CONPLAN 8022.

Les armes tactiques nucléaire dirigées contre l’Iran ont aussi été déployé dans des bases militaire dans plusieurs états non-nucléaire de l’OTAN, comme l’Allemagne, l’Italie, la Hollande, la Belgique et la Turquie.

Cela devrait être comprit que même sans l’utilisation de bombes nucléaire, les bombardements aériens proposés par les USA sur les sites nucléaires iraniens résulteront en un « désastre nucléaire de type Tchernobyle » mais sur une zone plus large.

Scénario de la Troisième Guerre Mondiale

Alors que la guerre en Iran est reconnut par les médias de l’ouest, cela n’est pas sur la première page des journaux et news.

Les graves implications de cette catastrophe ne sont simplement pas adressées.

L’intensification pourrait nous pousser dans un scénario de type Troisième guerre mondiale.

A cause de la désinformation des médias, la gravité d’une guerre dirigée par les USA en Iran prétendument en vegeance contre la mauvaise attitude de l’Iran dans la « communauté internationale » est minimisée. L’objectif est de stimuler l’opinion publique de l’Ouest en support d’une opération militaire dirigée par les USA, qui devrait inévitablement dirigée vers une intensification de la situation.

La propagande de guerre consiste à  « fabriquer un ennemie » tout en ammenant l’illusion que le Monde de L’Ouest est sous attaque par des terroristes Islamistes, qui sont supportés directement par le gouvernement de Téhéran.

« Créer un monde plus Sur », « prévenir de la prolifération de bombes nucléaire sales par les terroristes », « mettre en oeuvre des actions de punitions contre l’Iran pour assurer la paix ». « Combattre la prolifération nucléaire »…

Supporté par les médias de l’ouest, une atmosphère généralisée de racisme et de xénophobie dirigée contre les Musulmans s’est étalée, particulièrement dans l’Europe de l’Ouest, ce qui fournit un fausse légitimité pour l’agenda de guerre des USA. La dernière est appelée « Juste la Guerre ». La théorie de « Juste la Guerre » sert à  camoufler la nature des plans de guerre des USA, tout en fournissant une imagine humaine à  l’envahisseur.

Que peut-on faire?

Le mouvement anti-guerre est en plusieurs aspects divisé et désinformé sur la nature de l’agenda militaire des USA. aux USA, « United for Peace and Justice » supporte implicitement la polique étrangère des USA. Elle n’a pas résut à  reconnaitre l’existence d’un Mouvement de Résistance Irakienne. De plus, ces mêmes organisations anti-guerres, qui se sont egagées à  la Paix dans le Monde ont tendance à  minimiser les implications du bombardement Iranien proposé. Plus généralement le mouvement anti-guerre n’a pas résut à  adresser l’existence d’un agenda militaire plus large au Moyen Orient, une longue-guerre. Ces actions sont petites, s’interessant sur l’Afghanistan, l’Irak et la Palestine sans adresser la relation qu’on chacun de ces théatres de guerre.

Afin de renverser la tendance, une campagne massive doit être lancée afin d’informer les gens sur la planète, nationallement et internationallement, dans les voisinnages, endroits de travail, écoles, universités, municipalités sur le danger d’une guerre sponsorisée par les USA, qui envisage très explicitement l’utilisation d’armes thermonucléaire. Le message devrait être fort et clair: Comme confirmé par le rapport de l’AIEA, l’Iran n’est pas une menace.

Des discussions et des débats doivent avoir lieu avec l’armée et la communauté de renseignement, particulièrement sur le projet d’utiliser des armes tactiques nucléaire, dans le corridors du Congrès des USA, dans les municipalités et à  tout les niveaux du gouvernement.

A la fin, la légitimité des acteurs politique et militaire hauts placés doit être défiée.

Les médias ont aussi une grosse responsabilité dans la couversture d’une guerre criminelle sponsorisée par les USA.

Ce qui est nécessaire c’est de briser la conspiration du silence, exposer les mensonges et les distortions des médias, confronter la nature criminelle de l’Administration des USA et ceux qui là  supporte, son agenda de guerre aussi bien que leur soi disant « Homeland Security Agenda » qui a déjà  définit les contours de l’état policier.

Le monde est dans une des plus sérieuse crises modernes de son histoire. Les USA se sont embarqués dans une aventure militaire, « une longue guerre », qui menace le futur de l’humanité.


Publié le 22 septembre, 2007 dans Monde, Palestine.

Commentaires (1)

 

  1. goyau jude dit :

    Cette guerre sera possible si l`Iran ne se respecte pas, car trop des militaires americains meurent. Je l`acepte car le President Busch doit defendre sa padrie , son pays et ses soldats. Moi Goyau si j`avais la possibilité je luterais du coté des americains pour pouvoir proteger mes freres et soeurs qui sont aux Etats unis, et mes freres en Dieu ASmericains qui aident mon pays d`Haiti.

Laissez un commentaire