Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Démonstration de Missiles de l’Iran, Préparation à  la Guerre, 22 Septembre

Iran: présentation d’un nouveau missile d’une portée de 1.800 km

© AP

avions saegheh

TEHERAN (AFP) – L’Iran a présenté samedi un nouveau missile de longue portée, le Ghadr (destin), affirmant qu’il pouvait franchir 1.800 km, à  l’occasion d’un imposant défilé militaire.

Un défilé des forces armées iraniennes présenté comme une démonstration de leur puissance régionale a commencé samedi matin à  l’occasion de l’anniversaire du déclenchement de la guerre Iran-Irak (1980-88).

« L’Iran est une puissance influente dans la région et dans les affaires internationales et le monde doit savoir que cette puissance a été toujours au service de la paix, de la stabilité, de fraternité et de justice », a déclaré le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, dans un discours plutôt mesuré.

« La présence des forces illégitimes (américaines) dans la région est la cause de tous les différends et de toutes les menaces et leur départ est dans leur intérêt, dans celui des peuples de la région et de la sécurité », a-t-il ajouté.

Au début du défilé, trois avions Saegheh, le nouveau appareil de chasse iranien, ont survolé la parade. L’Iran a montré jeudi pour la première fois à  la télévision deux exemplaires en vol de son nouveau chasseur, présenté comme un appareil dernier cri.

Les menaces et les sanctions n’arrêteront pas Téhéran, selon Mahmoud Ahmadinejad

© AP

TEHERAN – Les menaces et les sanctions économiques n’arrêteront pas le développement technologique de l’Iran, a prévenu samedi le président Mahmoud Ahmadinejad lors d’un grand défilé militaire destiné à  montrer la puissance du pays dans ce domaine.

Ces pays « qui supposent que leurs méthodes dégradantes, comme la guerre psychologique, la propagande politique et les prétendues sanctions économiques fonctionneront et empêcheront la marche rapide de l’Iran vers le progrès se trompent », a déclaré le président iranien.

Il s’exprimait alors que les discussions se poursuivent, entre les Etats-Unis et leurs alliés européens, concernant une troisième série de sanctions qui pourraient être imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU à  l’Iran en raison de son refus de suspendre l’enrichissement d’uranium.

Ce défilé militaire marquait le 27e anniversaire de l’invasion irakienne de l’Iran qui a provoqué la guerre de 1980-1988. Téhéran s’est servi de ce défilé pour montrer ses dernières armes, dont des missiles furtifs, des torpilles, des drones, des chars d’assaut et d’autres armes fabriquées en Iran. Deux Saegheh, les nouveaux avions de chasse iraniens, ont survolé le défilé.

Sur certains des camions transportant des missiles, on pouvait lire: « A bas les Etats-Unis » et « A bas Israël ».

« Tirez les leçons de vos erreurs passées. Ne répétez pas vos erreurs », a lancé M. Ahmadinejad dans un avertissement adressé aux Etats-Unis en raison de leurs efforts pour imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran. AP

Ahmadinejad dit que les sanctions n’arrêteront pas l’Iran

© Reuters

ahmadinejad onu 21 sept

TEHERAN (Reuters) – De nouvelles sanctions internationales n’empêcheront pas l’Iran de poursuivre son programme nucléaire, a réaffirmé samedi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Les membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu et l’Allemagne ont annoncé avoir eu vendredi des discussions « sérieuses et constructives » en vue d’un troisième train de sanctions pour condamner la poursuite du programme iranien d’enrichissement d’uranium, mais n’ont pas renoncé à  négocier avec Téhéran.

« Ils se trompent, ceux qui pensent arrêter les progrès de la nation iranienne en utilisant des moyens aussi dépassés que la guerre psychologique et les sanctions économiques », a lancé Ahmadinejad lors d’un défilé militaire à  Téhéran, à  l’occasion de l’anniversaire du début de la guerre Iran-Irak de 1980-1988, rapporte l’agence de presse Irna.

Le président iranien a par ailleurs exhorté une nouvelle fois les forces américaines et leurs alliés à  quitter l’Irak. « Les nations de la région n’ont pas besoin de cette présence étrangère », a-t-il dit.

Ahmadinejad a présidé une grande parade militaire près du mausolée de l’ayattolah Khomeini, le fondateur de la République islamique, dans le sud de Téhéran.

L’Iran a présenté à  cette occasion le missile Shahab-3, qui aurait une portée de 2.000 km et serait donc capable d’atteindre Israël et les bases américaines dans le Golfe.

VERS UNE TROISIEME SERIE DE SANCTIONS ?

Aux Etats-Unis, les six – Etats-Unis, Chine, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne – « ont eu une discussion détaillée sur les composantes d’une nouvelle résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que sur la possibilité de poursuivre le dialogue avec l’Iran », a déclaré Nicholas Burns, secrétaire d’Etat adjoint américain.

« Ils ont réaffirmé leur engagement à  entretenir une double approche des activités nucléaires iraniennes », a-t-il ajouté.

France et Grande-Bretagne se sont prononcées sans ambiguïté en faveur des nouvelles sanctions prônées par les Etats-Unis, tandis que la Chine et la Russie s’y opposent.

Le Conseil de sécurité a infligé le 23 décembre 2006 un premier train de sanctions commerciales à  l’Iran. Un deuxième, gelant les avoirs de 28 entreprises et individus, a été adopté le 24 mars dernier.

La troisième résolution à  l’étude prône de nouvelles sanctions financières et le contrôle des marchandises entrant et sortant d’Iran, pour faire obstacle au trafic de matériel à  usage nucléaire, a-t-on appris de sources diplomatiques.

« Il est important de noter que nous avons fixé une voie diplomatique qui comprend des négociations comme méthode privilégiée pour régler ce problème », a souligné la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, lors d’une conférence de presse avec son homologue français Bernard Kouchner, qui, après avoir évoqué dimanche le risque d’un conflit ouvert avec l’Iran, a nuancé ses propos ces derniers jours.

« Si l’Iran ne reprend pas le chemin des négociations, nous chercherons à  obtenir de nouvelles résolutions au Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-elle ajouté.

« Nous pouvons espérer qu’il y aura une troisième résolution pour renforcer les sanctions, qui jusqu’à  présent n’ont pas été très efficaces », a quant à  lui déclaré Kouchner.


Publié le 22 septembre, 2007 dans Monde.

Laissez un commentaire