Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le nouveau plan de l’ONU contre la désertification peine à  voir le jour

Le nouveau plan de l’ONU contre la désertification peine à  voir le jour

© AFP, Par Olivier THIBAULT

MADRID (AFP) – Un nouveau plan de l’ONU pour lutter plus efficacement contre la désertification peinait à  se dessiner vendredi soir en raison de divergences sur son financement, au dernier jour programmé d’une conférence internationale sur le sujet à  Madrid.

Cette réunion internationale, tenue depuis le 3 septembre dans la capitale espagnole, avait pour but de « revitaliser » la stratégie de la Convention de l’ONU contre la désertification (UNCCD), vieille de plus de dix ans et critiquée pour son manque de résultats.

Mais pour l’ultime jour de la conférence, les discussions entre les 191 pays signataires piétinaient, en raison essentiellement de divergences sur le financement de ce nouveau plan stratégique à  dix ans, selon une porte-parole de l’UNCCD.

Les tractations devaient se poursuivre jusqu’à  tard dans la nuit vendredi et risquaient de continuer durant le week-end, a précisé vers 16H30 GMT à  l’AFP cette représentante onusienne.

Pour Teo Oberhuber, responsable de l’ONG Ecologistas en Accion, observateur à  cette réunion, un plan d’action pourrait être approuvé mais sans budget, en raison de réticences des pays riches à  apporter des fonds. En ce cas, la question du financement pourrait être réglée plus tard, selon M. Oberhuber.

La ministre espagnole de l’Environnement, Cristina Narbona s’est toutefois déclarée optimiste sur l’issue de la réunion, déclarant qu’en « toute probabilité un plan stratégique serait approuvé avec des actions concrètes ».

La ministre a regretté au passage que l’UNCCD soit « le parent pauvre » de toutes les conventions nées du Sommet de la terre de Rio en 1992, rejoignant en cela les critiques émises par les ONG présentes à  la réunion.

Elle s’est prononcée pour la mise en place d’une organisation mondiale de l’environnement dotée, à  l’image de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), de pouvoirs de décision contraignants et de pouvoirs de sanction, idée lancée par l’ancien président français Jacques Chirac en début d’année.

Ce manque d’intérêt s’explique par le fait qu’encore « beaucoup de pays riches ne souffrent pas de désertification ». Mais ce phénomène, lié au changement climatique, va toucher un nombre croissant de régions, a relevé la ministre.

L’Espagne est elle-même menacée d’une « africanisation » de son climat et un tiers de son territoire court à  terme le risque d’une désertification.

Les ONG comme Greenpeace ont déploré durant la réunion le fait que la lutte contre la désertification ne bénéficie pas de la même médiatisation et mobilisation que la lutte contre le changement climatique.

Quelque 70 ONG présentes à  la réunion ont critiqué dans une déclaration commune finale « la constante passivité » et « l’absence d’intervention » des pays signataires de l’UNCCD, et mis en avant la nécessité d’une « dynamique résolue et efficace » contre ce fléau.

La désertification est un phénomène en expansion dans le monde qui affecte actuellement directement 200 millions de personnes et menace à  terme 2 milliards d’humains, soit un tiers des habitants de la planète, selon les experts de l’ONU.

Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur le climat (UNFCCC), a reconnu que le budget de l’UNCCD était environ cinq fois inférieur à  celui de la Convention des Nations Unies sur le climat (UNFCCC).

M. de Boer a plaidé, tout comme plusieurs ministres de l’Environnement qui ont participé à  la réunion de Madrid, pour une lutte conjointe contre le réchauffement global et la désertification, « les deux faces d’une même monnaie ».


Publié le 15 septembre, 2007 dans Réchauffement de la Planète.

Laissez un commentaire