Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le Japon à  la Conquête de la Lune, suivit de la Chine, de l’Inde et des USA

Le Japon lance une sonde lunaire

© Reuters

kaguya 14 sept 2007

TOKYO (Reuters) – Le Japon a lancé sa première sonde lunaire, au moment où la Chine, l’Inde et les Etats-Unis préparent eux aussi des missions vers la Lune.

La fusée transportant la sonde Selene a décollé à  10h31 (01h31 GMT) de la petite île de Tanegashima, à  un millier de km au sud de Tokyo.

La sonde s’est séparée de la fusée au bout de trois quarts d’heure avant de faire deux fois le tour de la Terre puis de poursuivre sa course vers la Lune, distante de 380.000 km.

« Le premier étage fonctionne normalement », s’est félicité le commentateur de l’agence spatiale lors du lancement retransmis en direct sur le site de l’agence (www.jaxa.jp).

Les scientifiques japonais soulignent que le lancement de Selene, d’un coùt de près de 500 millions de dollars, constitue la mission vers la Lune la plus complexe depuis le programme américain Apollo, il y a plusieurs décennies.

La mission, surnommée Kaguya, du nom d’une princesse sélénite d’un conte japonais, est constituée d’un satellite principal et de deux mini-satellites équipés de 14 instruments d’observation destinés à  examiner la surface du sol, la gravité et d’autres caractéristiques de la Lune afin d’en étudier l’origine et l’évolution.

L’agence japonaise d’exploration aérospatiale (Jaxa) affiche comme objectif l’envoi d’astronautes sur la Lune d’ici 2025, bien que le Japon n’ait encore tenté aucun vol habité.

Kaguya emporte en aussi une caméra haute définition pour filmer le « lever » de Terre sur l’horizon lunaire, dont les images seront renvoyées vers la Terre. La sonde restera en orbite autour de la Lune pendant un an, jusqu’à  ce qu’elle tombe en panne de carburant.

Le lancement s’est fait avec quatre ans de retard sur le calendrier initial à  cause de lancements ratés et autres problèmes techniques.

La Chine compte lancer cette année une sonde « Chang’e 1 » autour de la Lune pour prendre des images en 3D et elle espère y envoyer en 2010 un véhicule automatique.

L’Inde prévoit quant à  elle d’envoyer en 2008, grâce à  un lanceur indien, sa première sonde automatique autour de la Lune. Elle envisage d’autre part un vol habité vers la Lune d’ici 2020.

Les Etats-Unis, dont la dernière mission habitée sur la Lune remonte à  1972, comptent lancer l’an prochain une sonde lunaire.

Le Japon lance une sonde d’observation lunaire

© AFP

TOKYO (AFP) – Le Japon a lancé avec succès vendredi matin une fusée transportant une sonde d’observation de la Lune, première étape du plus ambitieux programme lunaire depuis la mission américaine Apollo en 1969, a annoncé l’Agence d’exploration spatiale (JAXA).

« Nous avons réussi à  lancer la fusée et à  séparer la sonde de la fusée », a déclaré Eriko Sunada, une porte-parole de la JAXA.

La sonde s’est détachée comme prévu de la fusée 45 minutes après le lancement.

Le lanceur japonais H-2A avait décollé « sans problème » vendredi à  10H31 locales (01H31 GMT) de la base de Tanegashima (sud), avec à  son bord le système « Kaguya » composé d’une sonde principale et deux petits satellites annexes.

Cette mission a pour objectif de mieux comprendre l’origine et l’évolution de la Lune (ça se comprend… voir l’article de Formation du Système solaire Partie 2 pour mieux comprendre les mystères lunaires!) l’aide d’une quinzaine d’instruments de mesure embarqués.

« Kaguya » (le nom d’une princesse d’un conte traditionnel japonais) permettra de dresser une cartographie très précise de la Lune et de mieux connaître sa surface et ses couches inférieures.

Elle devra aussi étudier la répartition des minéraux ou autres éléments, évaluer les phénomènes magnétiques lunaires et s’intéresser au comportement des particules énergétiques et plasmas.

La mission, qui a coùté 55 milliards de yens (355 millions d’euros), doit durer un an.

Ses préparatifs ont toutefois été plus longs que prévu, ce qui a permis entretemps à  la Chine et à  l’Inde de mettre au point leurs propres missions d’exploration lunaire.

« +Kaguya+ va ouvrir une nouvelle ère de l’exploration lunaire », avait déclaré à  la veille du tir le président de la JAXA, Keiji Tachikawa.

La sonde, dont le lancement a été reporté à  plusieurs reprises pour des raisons techniques et météorologiques, devrait se séparer du lanceur 45 minutes après le décollage.

Si toutes les opérations se déroulent comme prévu, cette sonde qui pèse plus de trois tonnes effectuera ensuite deux fois le tour de la Terre.

Puis elle quittera l’orbite terrestre pour se diriger vers la Lune avant d’entrer dans le giron de cet astre dans trois semaines.

Cinq jours plus tard, elle larguera un petit satellite de 50 kilogrammes qui servira de relais pour la transmission de données vers la Terre lorsque la sonde sera masquée derrière la Lune.

Le deuxième satellite annexe, qui servira à  mesurer le champ de gravité de la Lune en association avec son jumeau, sera lâché quatre jours après, soit dans un mois.

Les deux satellites évolueront sur des trajectoires elliptiques à  une altitude lunaire variant de 100 km à  2400 km pour le premier et de 100 km à  800 km pour le second.

La sonde se rapprochera progressivement de la Lune pour se positionner dans une orbite circulaire distante de 100 kilomètres du sol lunaire.

L’observation ne commencera réellement que vers le mois de décembre si toutes les manoeuvres délicates ponctuant son parcours ne sont pas perturbées par des problèmes techniques.

Une fois sa récolte achevée et transmise, la sonde ira s’écraser sur le sol de la Lune.


Publié le 15 septembre, 2007 dans Espace.

Laissez un commentaire