Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Sarkozy Réforme les Régimes Spéciaux des Retraites pour de bon

Retraites: Sarkozy a confirmé sa volonté de réformer les régime spéciaux

© AFP, Par Dominique BRULE – Mercredi 12 septembre

sarko 911 2007

PARIS (AFP) – Nicolas Sarkozy a confirmé mardi à  Rennes sa volonté de réformer les régimes spéciaux de retraites, en jugeant la situation actuelle « indigne », en pleine grogne des syndicats qui menacent d’un « conflit majeur » en cas de « passage en force ».

Au passage, il a donné une petite leçon de méthode au Premier ministre François Fillon qui, dimanche, avait annoncé – à  la surprise générale – que la réforme des régimes spéciaux était prête et n’attendait que le « signal » du chef de l’Etat.

L’ancien Premier ministre Dominique de Villepin a conseillé mercredi au gouvernement de mener la réforme des régimes spéciaux de retraite avec « doigté ». L’alignement des régimes spéciaux de retraite sur celui de la fonction publique, annoncé dimanche par le Premier ministre François Fillon, doit être « traité avec le doigté indispensable et compte tenu de l’expérience acquise », a expliqué M. de Villepin sur LCI.

Selon lui, « il faut avancer en prenant en compte le très grande sensibilité de ce dossier, en évitant une simple approche comptable, en utilisant toutes les marges de manoeuvre ». « L’utilité de la réforme, aujourd’hui les syndicats en sont convaincus », « les modalités, la conduite de la réforme, c’est la clé », a-t-il observé.

Mardi devant un parterre d’agriculteurs, M. Sarkozy a confirmé qu’il « dirait ce qu’il pense » des régimes spéciaux le 18 septembre, lors d’un discours devant les journalistes d’information sociale. Sur le fond, il a promis qu’il changerait la situation « indigne » des régimes spéciaux de retraites, réforme qui constituait un de ses engagements de campagne.

« La vérité, c’est qu’il existe des régimes spéciaux de retraites qui ne correspondent pas à  des métiers pénibles et qu’il existe des métiers pénibles qui ne correspondent pas à  un régime spécial de retraite », a-t-il dit. Sur la forme, il a observé qu' »un peu de méthode ne nuit pas à  la solution d’un problème ».

Déjà  dans son édition de mardi, Le Parisien/Aujourd’hui en France avait fait état de l’agacement de l’Elysée après la déclaration du Premier ministre. Le « coup d’accélération » de François Fillon a été jugé « hâtif » et « maladroit » à  la présidence, selon le quotidien. « Cela a un peu grincé », confie un ministre, dont le nom n’est pas précisé.

Interrogé sur ce point, Matignon ne faisait mardi matin aucun commentaire.

La réforme des régimes spéciaux comme l’avenir de la fonction publique constituent le premier grand test social du président. Nicolas Sarkozy devait s’exprimer sur le deuxième dossier mercredi à  Nantes et détailler les réformes qu’il entend mener dans la fonction publique, où il a pour objectif de ne pas remplacer un départ en retraite sur deux. Mais il a reporté son déplacement au 20 septembre, en invoquant « des contraintes d’agenda ».

L’explication n’a pas convaincu les syndicats de fonctionnaires, exaspérés par les suppressions d’emploi et l’absence de négociations salariales. Selon eux, « l’épisode des régimes spéciaux n’y est pas pour rien ». Ainsi la CFDT a estimé que le président « peut chercher à  calmer le jeu » sur une réforme qui avait paralysé le pays en 1995.Mais, selon la FSU, il est probable que Nicolas Sarkozy n’avait pas « grand chose à  dire de nouveau », en particulier sur le pouvoir d’achat.

Les salaires et les effectifs sont les principales pommes de discorde entre le gouvernement et les fonctionnaires. Le non remplacement de 22.700 fonctionnaires partant à  la retraite dans le budget 2008, annoncé fin juillet, a fortement irrité les organisations syndicales.

Leur grogne a été attisée par la malencontreuse formule de la ministre de l’Economie Christine Lagarde qui a évoqué le 2 septembre un « plan de rigueur » dans la Fonction publique. Même si le secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant puis François Fillon ont vivement démenti la ministre, les syndicats y ont vu un « aveu de franchise », selon le terme du secrétaire général de la CFDT François Chérèque.


Publié le 12 septembre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire