Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

11-Septembre: discrétion à  New York

Ben Laden fait l’éloge d’un terroriste

© AFP

NEW YORK (AFP) – Les commémorations des attentats du 11 septembre 2001 se sont tenues mardi avec plus de discrétion que les années précédentes aux Etats-Unis, nargués par Oussama ben Laden qui a fait l’éloge de l’un des 19 terroristes responsables de près de 3.000 morts.

Les cloches de New York ont sonné le glas à  08H46 (12H46 GMT) pour marquer l’heure où le premier avion, le vol 11 de la compagnie American Airlines, avait percuté la tour Nord du World Trade Center.

C’est « le jour qui a lacéré notre histoire et nos coeurs », a déclaré le maire de New York Michael Bloomberg, après une minute de silence sous un ciel bas et une pluie fine. Son prédécesseur, le républicain Rudolph Giuliani, et la sénatrice démocrate Hillary Clinton, tous deux candidats à  l’investiture de leur parti pour la présidentielle de 2008, étaient présents.

La cérémonie d’un peu plus de trois heures s’est tenue pour la première fois en dehors de « Ground Zero », le site où se dressaient les tours jumelles, dans un parc proche. Face au mécontentement des familles, le maire leur a permis de se rendre ensuite sur l’emplacement des tours pour y déposer des fleurs. Le choix d’une nouvelle esplanade a été dicté par le lancement de travaux de reconstruction sur le site où vont se dresseront quatre gratte-ciel, un musée et un monument aux victimes.

Accompagnés par des musiciens, sauveteurs et parents de victimes ont lu les noms des 2.749 personnes mortes à  New York. Des portraits des disparus étaient brandis ça et là , et des dizaines de personnes avaient du mal à  retenir leurs larmes.

A la Maison Blanche, le président George W. Bush a observé un moment de silence. Dans un communiqué, la présidence américaine a défendu sa « guerre » controversée contre le terrorisme qui justifie, selon lui, l’engagement en Irak.

Le secrétaire à  la Défense Robert Gates a présidé une cérémonie à  la mémoire des 184 personnes tuées lorsque le vol 77 de la compagnie American Airlines s’était écrasé sur le Pentagone. « Les ennemis de l’Amérique – les ennemis de nos valeurs – ne connaîtront plus de répit, parce que nous les pourchasserons sans relâche et sans réserves », a-t-il dit.

L’éloge par le chef du réseau terroriste Al-Qaïda de l’un des 19 pirates de l’air a semblé particulièrement provoquante en cette journée anniversaire.

Oussama ben Laden a salué dans une vidéo la mémoire de Walid al-Shehri, « un jeune homme qui s’est exposé aux dangers les plus extrêmes et qui était d’une qualité rare parmi les hommes: l’un des 19 héros », auteurs des attentats antiaméricains, selon le document signé As-Sahab, organe médiatique d’Al-Qaïda, et fourni par IntelCenter, un groupe américain d’observation des sites islamistes.

Le 11 septembre 2001, quatre avions détournés avaient fait 2.978 morts dont 2.749 à  New York. Deux appareils avaient percuté le World Trade Center, un troisième s’était écrasé en Pennsylvanie après une lutte entre les passagers et les pirates de l’air, le quatrième avait été projeté sur le Pentagone.

George W. Bush « l’a toujours dit: nous le trouverons », a assuré le porte-parole de la Maison Blanche, Tony Snow, à  propos de ben Laden. Mais « le fait est que la guerre contre le terrorisme n’est pas la guerre contre un seul homme, Oussama ben Laden, c’est (une guerre) contre un réseau qui utilise tous les moyens pour recruter de nouveaux terroristes », a-t-il ajouté.

L’Union du Djihad islamique, un groupuscule terroriste ouzbèke, a revendiqué mardi, jour anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, les projets d’attentats déjoués la semaine dernière en Allemagne alors qu’une base militaire américaine a été mise en alerte à  la suite de menaces.

Les terroristes, arrêtés mardi dernier, visaient la base américaine de Ramstein (centre) le quartier général des forces de l’air américaines en Europe, a annoncé le ministère allemand de l’Intérieur dans un communiqué.

Ils projetaient également des attentats « contre des consulats américains et ouzbeks en Allemagne », a précisé le ministère, ajoutant que ces attaques auraient pu être perpétrées « à  la fin 2007 ».

La revendication de l’Union du Djihad islamique a été faite sur un site internet, selon ce communiqué qui ajoute que Berlin part du principe que le message est authentique.

L’organisation terroriste sunnite affirme qu’elle voulait, avec ces projets d’attentats, faire pression pour un retrait des militaires allemands stationnés dans le sud de l’Ouzbékistan, sur la base de Termez, dans le cadre des opérations effectuées en Afghanistan voisin.

Six ans après les attentats, la police turque a désamorcé mardi en plein centre d’Ankara une bombe de forte puissance.

Dans un message à  son homologue américain, le président français Nicolas Sarkozy a fait part du « soutien résolu de la France dans la lutte contre le fléau du terrorisme« .


Publié le 12 septembre, 2007 dans Terrorisme.

Laissez un commentaire