Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Réforme des Retraites par Sarkozy et Fillon

Fillon attend le signal de Sarkozy pour réformer les régimes spéciaux de retraite

© AFP, Par Céline Castella

fillon retraites

PARIS (AFP) – Le Premier ministre François Fillon a assuré dimanche que la réforme sur les régimes spéciaux de retraite était « prête » et que le gouvernement attendait le « signal » du président Nicolas Sarkozy pour entamer des négociations avec les partenaires sociaux sur ce sujet.

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a prévenu lundi sur France Inter qu’il y aurait « un conflit majeur, y compris avec la CFDT », si le gouvernement décidait de « passer en force » sur la question des régimes spéciaux de retraite.

« Si le gouvernement a décidé de passer en force, il y aura un conflit majeur y compris avec la CFDT, on ne pourra pas accepter qu’une telle réforme se fasse sans dialogue et sans concertation », a déclaré M. Chérèque.

Le leader cédétiste s’est toutefois dit « favorable à  discuter d’une évolution des régimes spéciaux de retraite, pour une raison simple: si on ne fait pas évoluer ces régimes, ils seront en faillite et les retraites des personnels ne seront pas versées ».

« Cette réforme est prête (…), elle est simple à  faire, il s’agit d’aligner les régimes spéciaux sur celui de la fonction publique », a affirmé M. Fillon sur Canal +, précisant que le gouvernement attendait « le signal du président de la République ». « Quand le président choisira de déclencher cette réforme, on entamera immédiatement les négociations avec les partenaires sociaux », a-t-il poursuivi ajoutant qu’elle pouvait « être réalisée dans les prochains mois », soit par une loi, soit par un décret.

M. Fillon a toutefois souligné qu’il n’était « pas certain qu’il y ait besoin d’un texte législatif ».

Ces régimes d’entreprises publiques (SNCF, RATP, EDF, GDF…) et de professions particulières (marins, clercs de notaire, ou parlementaires…) permettent généralement à  leurs affiliés (500.000 actifs et 1,1 million de retraités) de partir à  la retraite plus tôt que les autres salariés.

Après la mise en garde lancée mardi par le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault contre toute tentation de décision « unilatérale » sur le sujet, le gouvernement avait démenti vendredi qu’un décret sur cette question soit en préparation comme l’avait indiqué le leader de la CFDT, François Chérèque.

Le numéro un du PS François Hollande a réagi à  l’annonce de M. Fillon en soulignant que « toute précipitation serait contraire à  l’idée même de la réforme ». « Il faut absolument que la négociation soit la règle », a-t-il dit au Forum Radio J, relevant que « après on verra le texte juridique », loi ou décret, selon que les partenaires sociaux réussissent à  se mettre d’accord ou non.

« Si le gouvernement veut passer en force, il faut s’attendre à  des réactions, c’est évident » a averti le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, sur France 2.

Dimanche, le Premier ministre a par ailleurs annoncé qu’il souhaitait élargir la réflexion amorcée sur la TVA sociale et demander au Conseil économique et social (CES) de travailler sur une « réforme du financement de la protection sociale ». « On ne va pas enterrer cette réforme » de la TVA sociale, a-t-il affirmé. Le rapport que va lui remettre en début de semaine Eric Besson, secrétaire d’Etat chargé de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques, « aboutit à  montrer que la question est plus large que celle de la TVA », a-t-il dit.

M. Fillon a aussi souligné que le gouvernement « adapterait le budget 2008 à  la réalité de croissance ». Interrogé sur la révision à  la baisse des prévisions de croissance pour 2007 par l’OCDE, il a indiqué que les mesures prises cet été devaient encore « s’appliquer ».

Le chef du gouvernement souhaite également « continuer l’effort » en matière de suppression de postes dans l’Education nationale afin que le système soit « mieux organisé » et que les salaires des enseignants soient « revalorisés ». En 2008, l’Education nationale sera amputée de 11.200 postes sur les 22.700 suppressions annoncées dans la fonction publique.

M. Hollande a accusé le gouvernement et M. Sarkozy de chercher à  « maquiller la vérité » sur la situation économique, assurant que « le plan de rigueur est en route ».

Retraites: « perversion complète de l’idée de dialogue social » selon la CGT

© AFP

PARIS (AFP) – L’annonce dimanche par le Premier ministre que la réforme des régimes spéciaux de retraite était « prête » constitue une « perversion complète de l’idée de dialogue social » a jugé lundi un responsable de la CGT, Jean-Christophe Le Duigou sur France Info.

« Nous considérons que ce dossier comme les autres doit faire l’objet de négociations, or que constate-t-on ? C’est qu’on nous propose la négociation sur la base déjà  d’un texte déjà  ficelé. Je crois qu’il y a là  une perversion complète de l’idée de dialogue social » a déclaré M. Le Duigou, secrétaire confédéral de la CGT en charge du dossier retraite.

« Je ne pense pas que les salariés concernés (500.000 salariés dans deux entreprises et une branche, celle des industries électriques et gazières), peuvent laisser comme cela les choses avancer, alors qu’ils ont un certain nombre de revendications qu’il faut pouvoir discuter » a-t-il ajouté.

« La méthode gouvernementale interroge : vendredi le porte-parole du gouvernement dément qu’un texte réformant les régimes spéciaux soit en préparation et hier le Premier ministre déclare que la réforme est prête. Cette méthode est quand même extrêmement curieuse », a souligné M. Le Duigou.

« Qu’il y ait égalité » (des retraites) ou « que l’on vise l’égalité, c’est absolument nécessaire, mais l’alignement sur le plus bas n’est pas l’égalité » a-t-il estimé.

François Fillon a assuré dimanche que la réforme sur les régimes spéciaux de retraite était « prête » et que le gouvernement attendait le « signal » du président Nicolas Sarkozy pour entamer des négociations avec les partenaires sociaux sur ce sujet. « Cette réforme est prête (…), elle est simple à  faire, il s’agit d’aligner les régimes spéciaux sur celui de la fonction publique », a-t-il dit.

Ces régimes d’entreprises publiques (SNCF, RATP, EDF, GDF…) et de professions particulières (marins, clercs de notaire, ou parlementaires…) permettent généralement à  leurs affiliés (500.000 actifs et 1,1 million de retraités) de partir à  la retraite plus tôt que les autres salariés.

Retraites : « Une déclaration de guerre de Fillon » selon Besancenot

© AFP

olivier besancenot

PARIS (AFP) – Olivier Besancenot, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire, a qualifié lundi de « déclaration de guerre » les propos de François Fillon sur la réforme des régimes spéciaux et a rappelé au souvenir du gouvernement le mouvement anti-CPE du printemps 2006.

« Fillon siffle la rentrée sociale. Il s’agit de répondre présent », a-t-il dit sur LCI au lendemain de la déclaration du Premier ministre indiquant que la réforme des régimes spéciaux de retraite était prête et n’attendait plus que le feu vert de Nicolas Sarkozy.

Selon Olivier Besancenot, « c’est une déclaration de guerre de la part de Fillon ». « Il le sait. On l’attendait. Elle vient un peu plus vite que prévu parce qu’il y a des difficultés économiques qui se profilent en cascade pour le gouvernement », a-t-il ajouté. En s’opposant à  une telle réforme, « il s’agit de défendre des acquis sociaux élémentaires », a-t-il affirmé. Une réforme des régimes spéciaux consisterait, selon lui, à  « niveler vers le bas les régimes de retraite ».

« Derrière les régimes spéciaux, ce sont les régimes de retraite qui sont visés », a-t-il dit.

M. Besancenot a prévenu le gouvernement que « dès qu’on touche aux acquis sociaux arrachés par nos anciens, cela peut très rapidement se transformer en bordel dans le pays ». Il a cité la mobilisation de 2006 contre le contrat première embauche qui avait abouti à  sa suppression alors que la loi instaurant le CPE avait été votée et promulguée.


Publié le 10 septembre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire