Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Début de la difficile négociation sur le marché du travail

Début de la difficile négociation sur le marché du travail

© Reuters, Par Jean-Baptiste Vey Reuters – Vendredi 7 septembre

PARIS (Reuters) – La plupart des partenaires sociaux ont fait part de leur satisfaction vendredi, à  l’issue de leur première séance de négociation sur la réforme du marché du travail, qu’ils abordent avec des revendications antagonistes et sous la pression des pouvoirs publics.

La CGT a toutefois critiqué la décision des organisations patronales de soumettre aux syndicats un texte sur le premier volet de la négociation, l’entrée dans l’emploi.

Sa secrétaire confédérale, Maryse Dumas, a également dénoncé un « front uni Medef-gouvernement » visant à  faciliter les licenciements.

Lors de l’université d’été du Medef, la semaine dernière, le président Nicolas Sarkozy s’est prononcé pour un système de « séparation à  l’amiable » défendu par l’organisation patronale.

A la sortie de la réunion, le représentant du Medef, Denis Gautier-Sauvagnac, a estimé que la négociation partait sur de bonnes bases.

« Nous avons, de manière assez consensuelle, considéré qu’il y avait un équilibre à  trouver entre les besoins des entreprises et les aspirations des salariés », a-t-il déclaré.

Mais, selon la responsable de la CGT, « pour l’instant, les objectifs sont inconciliables ».

Les représentants des entreprises souhaitent faciliter la séparation entre l’entreprise et les salariés, tandis que les syndicats insistent sur la « sécurisation » des parcours professionnels.

« NEGOCIATION DIFFICILE »

« J’espère que les mobilisations des salariés, les convergences intersyndicales, feront que le patronat sera obligé de négocier sur la base des attentes des salariés et non pas seulement sur les objectifs idéologiques et économiques qu’il poursuit », a expliqué Maryse Dumas.

« Cette négociation est difficile », a souligné Marcel Grignard, secrétaire national de la CFDT. Mais, selon lui, « si nous restons dans l’esprit de ce matin, nous avons l’espoir de parvenir à  des solutions ».

La représentante de la CFTC, Gabrielle Simon, a précisé que les partenaires sociaux s’étaient assurés que la négociation ne serait pas bloquée en cas de désaccord sur des points de discussion particuliers.

« Le climat, de part et d’autre, est plutôt constructif avec une envie d’aboutir mais on verra très vite si on aboutit à  quelque chose », a déclaré Stéphane Lardy de Force ouvrière.

Les partenaires sociaux ont convenu de se réunir tous les vendredis jusqu’à  la fin de l’année.

Ils entameront la semaine prochaine la négociation sur l’entrée dans l’emploi, qui comprend notamment les stages et les périodes d’essais. L’évolution des parcours professionnels et la sortie de l’emploi, seront ensuite abordées.

Faute d’accord à  la fin de l’année, le chef de l’Etat a indiqué qu’il demanderait au gouvernement de légiférer sur ce dossier.


Publié le 8 septembre, 2007 dans Actualité.

Laissez un commentaire