Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le mysterieux rôle des Banques Centrales

©, Par Alain Lambert Agoravox – Vendredi 24 aoùt, 14h39

Cet article a été rédigé par un reporter

d’AgoraVox, le journal média

citoyen qui vous donne la parole.

dollar.jpg

La crise financière de ce mois d’aoùt (voir: article sur la Fed du 9 aout) a mis les Banques Centrales sur le devant de la scène, au travers notamment leur fonction régulatrice. Elle a également démontré, s’il en était nécessaire, que leur rôle et leurs modes d’intervention sont mal connus. Je vous propose donc une « série » de 2 billets pour éclairer ce sujet. Ce premier traite du fonctionnement général d’une Banque Centrale. Le suivant sera plus particulièrement consacré à  la Banque Centrale Européenne.

Pour comprendre le rôle d’une Banque Centrale, éclairons d’abord le mécanisme de la création monétaire. Oublions toute référence à  l’or ou à  la planche à  billet. Ce sont les banques qui créent l’essentiel de la monnaie, par un jeu très simple d’écritures comptables. Un client, Monsieur A, obtient un prêt de 10 000 ?. Dans sa comptabilité, sa banque (la banque 1) va inscrire que son client lui doit 10 000 ? en même temps qu’elle lui verse la somme (qu’elle lui « crédite ») sur son compte. Le client peut disposer de 10 000 ?, dont la mise à  disposition n’a retiré de pouvoir d’achat à  personne. Il y a eu création monétaire par cette simple opération de prêt. Il émet ensuite un chèque de 10 000 ? au bénéfice de Madame B, son fournisseur. Si Madame B a un compte dans la banque 1, pas de problème : l’argent va être pris sur le compte de Monsieur A pour être mis sur celui de Madame B. Mais voilà  ! Madame B est cliente de la banque 2. Cette dernière va donc créditer le compte de sa de la somme et demander ensuite à  la banque de l’émetteur (la banque 1) de bien vouloir lui régler le dit chèque. Comme de son coté, la banque 1 a peut être des chèques à  faire valoir sur la banque 2, il y a « compensation » : les banques s’échangent ainsi leurs dettes et les soldes font l’objet de paiement. Cette compensation qui est aujourd’hui complètement informatisée (ce qu’on appelle le SIT pour « système interbancaire de télécompensation ») se fait sous l’égide de la Banque Centrale, qui centralise les comptes de chaque banque et veille au bon règlement (par mouvement de compte à  compte, chez elle). Posons que ce jour, il n’y avait en compensation que ce chèque de 10 000 ?. Le compte de la banque 1 à  la Banque Centrale va donc être diminué de 10 000 ? et celui de la Banque 2 augmenté d’autant. Apparaît donc ici le premier rôle de la Banque Centrale : elle est la banque des banques.

Que se passe-t-il si le compte de la banque 1 à  la Banque Centrale n’est pas suffisamment approvisionné ? Dans notre exemple, la banque 2 dispose d’un excèdent de trésorerie. Elle va pouvoir le prêter à  la banque 1, pour une durée qui peut être très brève, de l’ordre de 24 heures à  quelques jours, et ainsi tout s’équilibre. L’ensemble de ces échanges à  très court terme entre établissements de crédit détermine le « marché monétaire ».

Dans un tel exemple, les banques semblent pouvoir créer autant de monnaie qu’il leur convient. Comment la Banque Centrale peut réussir à  contrôler cette création ? Introduisons alors un nouvel élément. Madame B, après avoir déposé son chèque, a retiré 1000 ? en espèce, qui sont autant de ressources en moins pour la banque 2. Cette dernière ne dispose plus ainsi que de 9 000 ? à  prêter sur le marché monétaire, alors que la banque 1 a toujours besoin de 10 000 ?. Ce besoin est une aubaine pour la Banque Centrale, que cette « fuite » sous forme de billets rend indispensable au bon fonctionnement du marché monétaire. Et qui lui permet d’agir sur la quantité de monnaie en circulation et donc sur l’inflation. C’est l’une des fonctions essentielles de la Banque Centrale, que de surveiller la croissance de la masse monétaire et, si possible de la maîtriser. Pour ce faire, la Banque Centrale propose régulièrement aux banques de se refinancer, c’est-à -dire de leur prêter des fonds, le plus souvent sur des périodes courtes, couramment de l’ordre d’une semaine. Les établissements de crédit font connaître leurs souhaits d’emprunt en fonction des taux qui peuvent leur être proposés. Puis la Banque Centrale arbitre en déterminant le taux et la volumétrie des fonds prêtés (pour les spécialistes : ce sont les opérations d’open market). Ce taux est en principe peu éloigné d’un taux « directeur » qu’elle a fixé, qui donne le « la » des taux monétaires, c’est-à -dire qu’il sert de « référence » aux prêts à  court terme. Lorsque le taux directeur s’accroît, le coùt du refinancement des banques auprès de la Banque Centrale augmente et donc l’argent prêté aux ménages devient plus cher. Il y a moins de crédits accordés et donc la création monétaire se ralentit. Ajoutons que le principe des « réserves obligatoires », sorte de dépôts que les banques ont l’obligation de constituer auprès de la Banque Centrale accroît la « fuite » hors du marché monétaire, donc leur besoin en refinancement donc l’efficacité de la politique monétaire.

Il peut arriver enfin qu’une banque ne puisse trouver suffisamment de liquidités sur le marché monétaire. Dans cette situation, elle se tourne vers la Banque Centrale pour obtenir les ressources qui lui font défaut. La Banque Centrale est ainsi le « prêteur en dernier ressort », celui vers qui on se tourne lorsqu’il n’y a plus d’argent disponible sur le marché monétaire. C’est à  ce titre que la Banque Centrale Européenne est intervenue du 11 au 14 aoùt, pour remettre des liquidités, dont le montant total n’a pas dépassé 95 milliards. Ajoutons qu’au demeurant ces prêts n’ont pas eu d’impact sur la masse monétaire. D’une part, ils ont été accordés pour des échéances très courtes (24 heures), d’autre part, ils ont été destinés à  permettre aux banques d’équilibrer leur trésorerie, alors que la masse monétaire ne mesure que ce qui est détenu par les agents non financiers (c’est-à -dire « tout ce qui n’est pas banque »). Toujours dans le cadre des refinancements, la Banque Centrale peut aussi consentir des prêts aux banques pour des périodes de plusieurs semaines.

Au final, la Banque Centrale s’affirme donc comme la banque des banques, le régulateur de la masse monétaire et le prêteur en dernier ressort. En outre, elle veille à  la sécurité du système bancaire qui ne peut jouer son rôle que si les agents économiques lui font confiance. Elle émet, en relation avec le Ministère des Finances, et veille au respect d’une importante réglementation visant à  ce qu’aucune banque ne puisse faire faillite.


Publié le 2 septembre, 2007 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire